Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 27Article 593491

BBC Afrique of Tuesday, 27 April 2021

Source: www.bbc.com

Ramadan : ces non-musulmans qui observent le mois de jeûne de l’islam

Rehan Jayawickreme, un homme politique représentant la principale opposition au Sri Lanka, a fait une annonce surprise le 13 avril.

"Je suis bouddhiste et je fais de mon mieux pour suivre la philosophie bouddhiste", écrit-il sur Twitter.

"Ceci étant dit, je suis impatient avec mes frères et sœurs musulmans de jeûner pendant le mois sacré du Ramadan. Ce sera ma première fois, alors souhaitez-moi bonne chance".

Il est président du conseil urbain de la ville de Weligama, dans le sud du Sri Lanka, et depuis le début du Ramadan le 14 avril, il s'abstient de manger et de boire pendant la journée.

Par pure coïncidence, les musulmans du Sri Lanka, un pays principalement bouddhiste, ont commencé cette année leur jeûne le même jour que le nouvel an pour les communautés cinghalaises et tamoules.

Mais la société multiconfessionnelle du Sri Lanka a subi un choc, il y a près de deux ans, lorsque des militants islamistes ont perpétré des attentats suicides contre des églises lors des célébrations de Pâques, tuant près de 270 personnes.

Contre le racisme

"J'ai pensé faire cela comme une marque de protestation contre le racisme promu par certains dirigeants de notre pays", déclare Rehan Jayawickreme. "Non pas que je sois converti à l'islam, mais comme une protestation contre le racisme."

Il dit à la BBC que la communauté musulmane minoritaire du Sri Lanka était diabolisée depuis les attentats du dimanche de Pâques.

Près de 70 % de la population du Sri Lanka est bouddhiste. Le reste est principalement composé d'hindous, de musulmans et de catholiques.

"Quand je montre aux musulmans que, en tant que majorité, nous nous soucions d'eux, je propose de leur offrir un sens, un sentiment de sécurité. Et de leur montrer que nous nous soucions d'eux".

Certains de ses détracteurs ont accusé Rehan Jayawickreme de simplement courir après les votes musulmans. En réponse, le politicien se souvient d'un commentaire laissé par l'un de ses partisans sur Twitter :

"Il est bien préférable d'obtenir des votes en promouvant l'harmonie religieuse que de créer de la haine."

"Nourrir les autres"

La journaliste Marianne David, catholique, observe le jeûne du Ramadan depuis plus de 15 ans. Elle dit qu'elle utilise cette période pour se recentrer et réfléchir aux choses qui comptent vraiment.

"Le jeûne élimine en grande partie le processus incessant de penser à quoi manger, d'être distrait par la nourriture et de manger sans but de temps en temps simplement parce que l'on est paresseux ou tenté. Il apporte plus de discipline et d'ordre à la journée".

Elle croit que le rituel aiguise sa concentration et la fait se sentir en meilleure santé.

"Ce n'est pas un énorme sacrifice de jeûner pendant la journée pour ceux qui bénéficient déjà de certains privilèges en termes de niveau de vie et de travail", déclare-t-elle à la BBC.

"C'est plus difficile pour les gens qui font du travail manuel ou qui travaillent à l'extérieur dans cette chaleur et ceux qui n'ont pas d'argent pour manger de la nourriture saine pendant cette période".

Pour elle, un aspect important du Ramadan est de penser à ceux qui ne peuvent pas facilement se permettre un repas au Sri Lanka.

Donner est important, affirme-t-elle. "Je pense que ce qui est également nécessaire en s'abstenant est de faire un don, de nourrir d'autres moins privilégiés et de leur permettre d'observer le jeûne en répondant à leurs besoins."

Solidarité

À l'autre bout du monde, Nadyne Parr, des États-Unis, est une autre non-musulmane qui observe le Ramadan. Chrétienne fervente, elle y a été introduite par l'intermédiaire de sa meilleure amie, une femme musulmane.

"C'est un acte de solidarité avec mes amis musulmans bien-aimés ainsi qu'une pratique régulière de l'expression de ma propre foi, étant un disciple de Jésus, lorsque je choisis de jeûner pendant le Ramadan".

Nadyne est écrivaine, coach commerciale et enseignante à Grand Rapids, dans l'État du Michigan.

"Cela fait un moment maintenant, mais cela fait sept ans, avec les restrictions d'eau, que je respecte étroitement les directives traditionnelles de jeûne du Ramadan… prendre le petit-déjeuner avant le lever du soleil et m'abstenir de tous les aliments jusqu'après le coucher du soleil", dit-elle.

En fin de compte, l'humanité occupe un terrain plat. S'abstenir de manger pendant une saison, qu'une vérité spirituelle puisse être révélée dans un acte physique intentionnel de contrainte, nous rappelle à tous à quel point nous sommes connectés. Je célèbre ça".

Un moment de convivialité

De retour au Sri Lanka, Marianne David aime souligner "ce n'est pas seulement une question de sacrifice et de discipline. C'est aussi un moment de convivialité et de fête avec les proches".

"Lorsque nous sortons ou accueillons des amis ou de la famille pour le jeûne, cela ressemble toujours à un dîner, sauf sans alcool", dit-elle. "Nous essayons de nouveaux aliments et nous nous amusons vraiment, même si la quantité que l'on peut manger diminue significativement après quelques jours.

"Ce qui vous manque vraiment, c'est l'eau, surtout par ce temps, mais les avantages l'emportent largement sur le sacrifice. Depuis la première fois où j'ai commencé à jeûner, je n'ai vraiment manqué que de l'eau potable - tout le reste est facile à faire une fois que vous avez décidé et faites-le avec un but".

Pour Nadyne, le jeûne est devenu une partie importante de sa vie spirituelle.

"Je veux cela pour tous ceux qui sont fatigués et qui ont besoin de réponses", dit-elle.

"Quand nous cherchons à satisfaire un appétit tout le temps, nous pouvons manquer des moments sacrés, des espaces sacrés. Il devient plus facile de passer en mode automatique et d'oublier notre dépendance totale et totale à Dieu".

Elle croit que le fait de se passer de nourriture et d'eau donne à sa foi une nouvelle perspective.

"Nous voyons au-delà de nos besoins. Nous avons nos besoins redéfinis, nous faisons l'expérience de Dieu".

Pas facile

Mais pour Rehan Jayawickreme, la nouvelle expérience n'a pas été aussi simple.

"Je me suis réveillé à 4 heures du matin et j'ai pris des dattes, du yaourt et des fruits pour le petit-déjeuner. Je n'ai rien eu avant 18h30", a-t-il déclaré à la BBC.

Il dit que la nouvelle expérience lui a permis de se sentir frais à la fin de la journée, mais il a également eu des doutes sur la possibilité de la vivre pendant tout le mois.

"Je continuerai aussi longtemps que possible", dit le politicien bouddhiste. Mais il révèle avec sympathie, "il est très difficile de ne pas boire d'eau".

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter