Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 03Article 611734

BBC Afrique of Tuesday, 3 August 2021

Source: www.bbc.com

Racisme: la contestation aux Jeux olympiques de 1968 était 'une déclaration retentissante qui atteindrait le bout du monde'

La contestation aux Jeux olympiques de 1968 était La contestation aux Jeux olympiques de 1968 était "une déclaration retentissante qui atteindrait le

L'image puissante de l'athlète John Carlos et de son coéquipier américain Tommie Smith, les poings gantés de noir levés vers le ciel sur le podium des Jeux olympiques de 1968 à Mexico, est l'une des plus marquantes de l'histoire des Jeux et résonne encore dans la société contemporaine.

Smith et Carlos, qui ont remporté respectivement l'or et le bronze au 200 mètres, ont eu la tête baissée et les mains levées pendant la cérémonie de remise des médailles.

Ils ont eu un impact mondial en tentant de diffuser le message de l'égalité et des droits civils des Noirs, malgré l'hostilité de nombreux milieux.

  • L'athlète de 13 ans qui a déjà remporté une médaille d'or à Tokyo
  • 'Je dois me concentrer sur ma santé mentale', Simone Biles
  • Comment la science aide les sprinters à franchir la barre historique des 10 secondes
Le Dr John Carlos, aujourd'hui âgé de 76 ans, a grandi à Harlem, à New York, et a été influencé par le temps qu'il a passé avec des figures emblématiques et inspirantes de la lutte pour l'égalité raciale dans les années 1960, comme Malcolm X et le Dr Martin Luther King.

L'assassinat du premier en 1965 et du second en 1968 n'a pas empêché les sprinters américains de défendre leur cause ni détourné Carlos de son destin.

"Né dans ce monde pour faire cette déclaration"

Ces deux personnes ont contribué à me façonner pour ce qu'était ma mission", a déclaré le Dr Carlos à l'émission "Sportsound Meets" de BBC Radio Ulster.

"En tant qu'adolescent, un jeune homme noir, je suis né mort, alors si quelqu'un mettait une menace sur ma vie, ma philosophie était 'je vais mourir de toute façon', a-t-il ajouté.

"Je suis né dans ce monde pour être sur ce podium en octobre 1968 à Mexico pour faire cette déclaration".

  • Des drapeaux de pays transformés en samouraïs pour les Jeux olympiques
  • Des technologies innovantes utilisées pour la première fois aux Jeux Olympiques
"J'ai rencontré Malcolm X quand j'étais enfant et j'ai eu l'occasion de courir dans les rues avec lui pendant un an et demi pour obtenir de lui le plus de connaissances possible.

"Il m'a donné les bases et Martin m'a donné la sagesse de me présenter à Mexico où nous pourrions faire une déclaration retentissante qui atteindrait les confins de la terre - une déclaration non violente mais une déclaration percutante en même temps.

"Nous avons pris tout le monde par surprise - les gens qui étaient présents dans le stade et les téléspectateurs choqués du monde entier qui regardaient à la télévision.

"Il ne s'agissait pas de cette médaille autour du cou mais d'essayer d'améliorer la situation pour vos enfants et les enfants de vos enfants.

"Nous avons reçu plus de sympathie internationale en dehors des États-Unis qu'à l'intérieur, où nous avons subi beaucoup d'abus. Nous faisions une déclaration en tant que jeunes individus noirs après 480 ans d'oppression."

  • Le contrôle 'sexiste' des vêtements féminins dans le sport
  • Comment Naomi Osaka, la joueuse de tennis 'rebelle' change le Japon

Le changement ne se produit pas instantanément

Cette année, les Jeux olympiques de Tokyo se déroulent dans un contexte où des efforts continus sont déployés pour mettre en évidence les inégalités raciales après le meurtre de George Floyd en garde à vue aux États-Unis, par le biais d'initiatives telles que le mouvement "Black Lives Matter" et les sportifs qui "s'agenouillent" avant le début des épreuves.

Le Comité international olympique (CIO) a initialement interdit toute tentative de mettre en évidence le racisme aux Jeux de cette année en s'agenouillant, conformément à la règle 50 de son code qui interdit les manifestations de "propagande politique, religieuse ou raciale" sur les sites olympiques.

Cette règle a ensuite été partiellement assouplie pour permettre des protestations pacifiques avant la compétition, mais des sanctions peuvent encore être appliquées pour des gestes sur le podium.

  • Le Japon peut-il empêcher la propagation du Covid-19 lors des Jeux olympiques ?
  • Les 5 grosses surprises de la première semaine des JO de Tokyo
  • Comment les tribunes vides aux Jeux olympiques pourraient affecter les performances des athlètes
"Les Jeux olympiques modernes sont aujourd'hui à peu près dans la même veine que les anciens Jeux olympiques", a déclaré le Dr Carlos.

"Je ne pense pas qu'ils aient changé de mentalité et pris conscience que les temps ont changé.

" Tout change autour d'eux et ils vont finir par comprendre que s'ils ne font pas les changements nécessaires, les Jeux olympiques vont s'effondrer sur eux.

"Les États-Unis sont plus avancés en matière d'égalité et d'opposition au racisme, mais il y a encore beaucoup de racisme.

"Il doit y avoir un point de départ. Les gens sont en mouvement. Le changement ne se fait pas instantanément - c'est un processus où les gens deviennent inclusifs."