Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 18Article 590584

BBC Afrique of Sunday, 18 April 2021

Source: bbc.com

Prince Philip : ces tribus du Vanuatu qui pleurent la mort de leur 'âme guide'

Alors que les Britanniques pleurent la mort du prince Philip, une tribu vivant sur une île du Pacifique à l'autre bout du monde porte également le deuil.

Pendant des décennies, deux villages de l'île de Tanna ont vénéré le duc d'Édimbourg comme une figure spirituelle divine.

Une période officielle de deuil est maintenant en cours.

Lundi, des dizaines de membres de la tribu se sont réunis lors d'une cérémonie à la mémoire du Prince Philip.

"Le lien entre les habitants de l'île de Tanna et le peuple anglais est très fort... Nous envoyons des messages de condoléances à la famille royale et au peuple anglais", a déclaré le chef de la tribu, le chef Yapa, selon l'agence de presse Reuters.

Au cours des prochaines semaines, les villageois se réuniront périodiquement pour effectuer des rites pour le duc, qui est considéré comme un "la réincarnation d'un esprit ou d'un dieu très puissant qui vit sur l'une de leurs montagnes", explique l'anthropologue Kirk Huffman, qui étudie les tribus depuis les années 1970.


Ils effectueront probablement des danses rituelles, organiseront une procession et exposeront des souvenirs du prince Philip, tandis que les hommes boiront du kava, une boisson cérémonielle fabriquée à partir des racines de la plante kava.

Le tout culminera par un "rassemblement" en guise d'ultime acte de deuil. "Ils exposeront aussi leurs richesses", c'est-à-dire des ignames et des plants de kava, explique Dan McGarry, journaliste basé au Vanuatu.

"Et aussi des cochons, car ils constituent une source primaire de protéines. Je m'attends à ce que de nombreux porcs soient tués pour la cérémonie."

Ce lundi des personnes se sont rassemblées sous des arbres banians géants, selon M. McGarry qui se trouve sur Tanna.

Il y a eu des discours à la mémoire du prince Philip, mais aussi des discussions sur un éventuel successeur. Au coucher du soleil, les hommes ont bu du kava.

La BBC comprend qu'un message privé à la reine Elizabeth a été donné aux journalistes sur place, qui le transmettront aux responsables britanniques.

'Le parcours d'un héros'

Pendant un demi-siècle, le mouvement Prince Philip a prospéré dans les villages de Yakel et de Yaohnanen. A son apogée, il comptait plusieurs milliers d'adeptes, mais on pense qu'ils ne sont plus que quelques centaines.

Les villageois vivent dans la jungle de Tanna et continuent de pratiquer leurs coutumes ancestrales. Le port de vêtements traditionnels est encore courant et, bien qu'ils entretiennent des liens étroits avec la société, l'argent et les technologies modernes telles que les téléphones portables sont rarement utilisés au sein de leur propre communauté.

Bien qu'ils ne vivent qu'à quelques kilomètres de l'aéroport le plus proche, "ils ont simplement fait le choix actif de désavouer le monde moderne. Il ne s'agit pas d'une distance physique, mais d'une distance métaphysique. Ils ne sont qu'à 3 000 ans de distance", explique M. McGarry, qui a souvent rencontré les villageois.

Le "kastom" séculaire des villageois, ou culture et mode de vie, considère Tanna comme l'origine du monde et vise à promouvoir la paix - et c'est là que le Prince Philip a joué un rôle central.

Au fil du temps, les villageois en sont venus à croire qu'il est l'un des leurs - la réalisation d'une prophétie d'un membre de la tribu qui a "quitté l'île, dans sa forme spirituelle originale, pour trouver une femme puissante à l'étranger", dit M. Huffman.

"Régnant sur le Royaume-Uni avec l'aide de la reine, il essayait d'apporter la paix et le respect des traditions en Angleterre et dans d'autres parties du monde. S'il réussissait, alors il pourrait retourner à Tanna - bien qu'une chose l'empêchant était, comme ils l'ont vu, la stupidité des blancs, la jalousie, la cupidité et les combats perpétuels."

Avec sa "mission de planter littéralement la graine de Tanna kastom au cœur du Commonwealth et de l'empire", le duc était donc considéré comme l'incarnation vivante de leur culture, dit M. McGarry.

"C'est le voyage d'un héros, une personne qui part en quête et qui gagne littéralement la princesse et le royaume".

Personne ne sait exactement comment ou pourquoi le mouvement a commencé, bien qu'il existe plusieurs théories.

Selon M. Huffman, les villageois auraient vu sa photo, ainsi que celle de la reine, sur les murs des avant-postes coloniaux britanniques, lorsque le Vanuatu s'appelait encore Nouvelles-Hébrides, une colonie administrée conjointement par la Grande-Bretagne et la France.

Une autre interprétation est qu'il est apparu comme une "réaction à la présence coloniale, une façon de se réapproprier et de reprendre le pouvoir colonial en s'associant à quelqu'un qui est assis à la droite du souverain du Commonwealth", dit M. McGarry, en rappelant l'histoire coloniale parfois violente de Vanuatu.

Mais les experts sont certains que dans les années 1970, le mouvement Prince Philip existait déjà, cimenté par la visite du couple royal en 1974 aux Nouvelles-Hébrides, où le duc aurait pris part à des rituels de consommation de kava.

Qu'a fait le Prince Philip de tout cela ? En public, il a semblé accepter leur vénération, envoyant plusieurs lettres et photographies de lui-même aux membres de la tribu, qui l'ont à leur tour gratifié de cadeaux traditionnels au fil des ans.

L'un de leurs premiers cadeaux a été un club de cérémonie appelé nal-nal, offert en 1978 lors d'une réunion convoquée par les villageois pour demander plus d'informations sur le prince Philip, à laquelle M. Huffman a assisté.

"Le commissaire résident britannique est donc descendu, a fait une présentation de photos du prince Philip. Des centaines de ces personnes attendaient simplement, assises ou debout sous les buissons. C'était si calme qu'on aurait pu entendre une mouche voler", raconte M. Huffman.

"L'un des chefs a alors donné un club à remettre au prince Philip, et voulait une preuve qu'il l'avait reçu".

Elle a été envoyée jusqu'au Royaume-Uni, où des photos du duc tenant le club ont été prises et renvoyées aux villageois. Ces photos, parmi d'autres souvenirs, sont toujours chéries par les villageois à ce jour.

En 2007, plusieurs membres de la tribu ont rencontré le duc en personne. Pour la série de télé-réalité de Channel 4 Meet the Natives filmée au Royaume-Uni, cinq chefs de tribu ont eu une réunion avec le duc hors-cameras au château de Windsor où ils ont présenté des cadeaux et ont demandé quand il retournerait à Tanna.

Sa réponse, telle que rapportée plus tard par les membres de la tribu, était énigmatique - "quand il fera chaud, j'enverrai un message" - mais semblait leur plaire.

Bien que le Prince Philip était connu pour sa franchise et a été critiqué dans le passé pour son manque de sensibilité culturelle, sur Tanna "il est vu comme très favorable et sensible", dit M. Huffman.

Son lien avec les tribus s'est poursuivi par le biais du prince Charles, qui a visité le Vanuatu en 2018 et a bu le même kava que son père il y a des décennies. Il a également reçu une canne au nom du duc de la part d'un membre de la tribu Yaohnanen.

Un fils qui poursuit la mission de son père ?

La mort du duc pose inévitablement la question délicate de savoir qui prendra sa place dans le panthéon spirituel des tribus.

Des discussions sont déjà en cours, et il faudra peut-être du temps avant qu'elles ne se décident sur un successeur.

Mais pour les observateurs qui connaissent bien le Vanuatu, où la coutume tribale veut que le titre de chef soit hérité par les descendants mâles, la réponse est évidente. "Ils pourraient dire qu'il a laissé à Charles le soin de poursuivre sa mission", déclare M. Huffman.

Même si le prince Charles devient la dernière incarnation de leur divinité, le prince Philip ne sera pas oublié de sitôt. Selon M. Huffman, le mouvement conservera probablement son nom, et un membre de la tribu lui a confié qu'ils envisageaient même de créer un parti politique.

Mais surtout, "il y a toujours eu l'idée que le Prince Philip reviendrait un jour, soit en personne, soit sous une forme spirituelle", dit M. Huffman, qui ajoute que certains peuvent penser que sa mort déclenchera enfin cette éventualité.

Ainsi, alors que le duc d'Édimbourg repose dans le château de Windsor, on croit que son âme fait son dernier voyage à travers les vagues de l'océan Pacifique vers sa maison spirituelle, l'île de Tanna - pour résider avec ceux qui l'ont aimé et vénéré de loin toutes ces années.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter