Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 15Article 579925

BBC Afrique of Monday, 15 March 2021

Source: bbc.com

Pourquoi le mystère du 'lac des squelettes' continue d’intriguer

Roopkund, un lac isolé niché dans une vallée enneigée au cœur de l'Himalaya indien abrite des centaines d'ossements humains.

Ce lac pas comme les autres se situe à 5 029 mètres au-dessus du niveau de la mer au pied d'une pente raide sur Trisul, l'une des plus hautes montagnes de l'Inde, dans l'état de l'Uttarakhand.

Les ossements sont éparpillés autour et sous la glace du "lac des squelettes", découvert par un garde forestier britannique en patrouille en 1942.

Selon la saison et la météo, le lac, qui reste gelé la plupart de l'année, change d'apparence.

L'été, lorsque la neige fond et que le lac dégèle, ses rives laissent apparaitre des ossements humains avec parfois de la chair restee attachée et bien conservée.

À ce jour, les restes squelettiques d'environ 600 à 800 personnes y ont été retrouvés. Dans les guides touristiques, le gouvernement local le décrit comme un "lac mystérieux".

A lire aussi :

    La physique peut-elle prouver l'existence de Dieu ? 10 bonnes nouvelles sur le coronavirus L'inversion des pôles magnétiques qui a provoqué la fin des Néandertaliens
Pendant plus d'un demi-siècle, les anthropologues et les scientifiques ont étudié ces ossements et ont été intrigués par une foule de questions.

Qui étaient ces personnes ? Quand sont-elles mortes ? Comment sont-elles mortes ? D'où viennent-elles ?

Une vieille théorie associe les restes à un roi indien, à sa femme et à leurs accompagnateurs, qui ont tous péri dans une tempête de neige il y a 870 ans.

Une autre théorie suggère que certains des ossements sont ceux de soldats indiens qui ont tenté d'envahir le Tibet en 1841 et ont été repoussés. Plus de 70 d'entre eux ont ensuite été contraints de rentrer chez eux et sont morts en chemin dans l'Himalaya.

Une autre théorie suppose qu'il aurait pu s'agir d'un "cimetière" où les victimes d'une épidémie ont été enterrées. Dans les villages de la région, il y a une chanson folklorique populaire qui raconte comment la déesse Nanda Devi a créé une tempête de grêle "aussi dure que du fer" qui a tué des gens qui se frayaient un chemin au-delà du lac. La deuxième plus haute montagne de l'Inde, Nanda Devi, est vénérée comme une déesse.

Des études antérieures sur les squelettes ont montré que la plupart des personnes décédées étaient de grande taille - "plus que la taille moyenne". La plupart d'entre eux étaient des adultes d'âge moyen, âgés de 35 à 40 ans. Il n'y avait ni bébé ni enfant. Certains d'entre eux étaient des femmes âgées. Tous étaient en assez bonne santé.

    La façon occidentale d'élever les enfants est-elle bizarre ?
En outre, les squelettes auraient appartenu à un seul groupe de personnes décédées en même temps lors d'un seul incident catastrophique au cours du 9ème siècle.

Une dernière étude qui a mis cinq ans aboutir, impliquant 28 co-auteurs de 16 institutions basées en Inde, aux États-Unis et en Allemagne, a révélé que toutes ces hypothèses étaient surement erronées.

Les scientifiques ont analysé génétiquement et daté au carbone les ossements de 38 corps, dont 15 femmes, trouvés dans le lac - certains d'entre eux remontent à environ 1 200 ans.

Ils ont constaté que les morts étaient à la fois génétiquement diversifiés et que leurs morts étaient séparées dans le temps de près de 1 000 ans.

"Cela bouleverse toutes les explications qui impliquaient un seul événement catastrophique qui a conduit à leur mort", m'a dit Eadaoin Harney, auteur principal de l'étude et doctorante à l'Université Harvard. "On ne sait toujours pas ce qui s'est passé à Roopkund Lake, mais nous pouvons maintenant être certains que la mort de ces individus ne peut pas être expliquée par un seul événement".

Mais plus intéressant encore, l'étude génétique a révélé que les morts comprenaient un peuple diversifié : un groupe de personnes qui avait une génétique similaire à celle des personnes d'aujourd'hui qui vivent en Asie du Sud, tandis que l'autre "étroitement lié" aux personnes vivant dans l'Europe d'aujourd'hui, en particulier ceux qui vivent dans l'île grecque de Crète.

De plus, les personnes venues d'Asie du Sud "ne semblent pas appartenir à la même population".

    Que savons-nous de l'histoire controversée et surprenante du syndrome de Stockholm ?
"Certains d'entre elles ont une ascendance qui serait plus commune dans les groupes du nord du sous-continent, tandis que d'autres ont une ascendance qui serait plus commune de groupes plus du sud", explique Mme Harney.

Alors, ces divers groupes de personnes se sont-ils rendus au lac sur une période de quelques centaines d'années ? Certains d'entre eux sont-ils morts lors d'un seul événement ?

Aucune arme ou marchandise n'a été trouvée sur le site - le lac n'est pas situé sur une route commerciale. Les études génétiques n'ont trouvé aucune preuve de la présence d'un pathogène bactérien ancien qui pourrait fournir une maladie comme explication de la cause des décès.

Un pèlerinage qui passe au bord du lac pourrait expliquer pourquoi les gens voyageaient dans la région. Des études révèlent que des récits crédibles de pèlerinage dans la région n'apparaissent qu'à la fin du 19e siècle, mais les inscriptions dans les temples locaux datent du 8e au 10e siècle, "suggérant des origines antérieures potentielles".

Les scientifiques pensent donc que certains des corps trouvés sur le site sont dus à une "mort massive lors d'un pèlerinage".

    Les femmes se battent pour obtenir une compensation pour leurs stérilisations forcées - 25 ans plus tard
Mais comment les habitants de la Méditerranée orientale ont-ils atterri sur un lac isolé des plus hautes montagnes de l'Inde ?

Il semble peu probable que des gens d'Europe aient voyagé depuis Roopkund pour participer à un pèlerinage hindou.

Ou était-ce une population génétiquement isolée de personnes d'ascendance lointaine de la Méditerranée orientale qui vivait dans la région depuis de nombreuses générations ?

"Nous sommes toujours à la recherche de réponses", déclare Mme Harney.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter