Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 26Article 593035

BBC Afrique of Monday, 26 April 2021

Source: BBC

Pourquoi l'iceberg star des réseaux sociaux fond?

L'iceberg qui a été pendant un temps le plus grand du monde n'existe plus.

A68, comme on l'appelait, couvrait une superficie de près de 6 000 km2 lorsqu'il s'est détaché de l'Antarctique en 2017.

Il avait la taille d'un petit pays : l'équivalent d'un quart de la taille du Pays de Galles.

Mais les satellites montrent que le méga-berg a maintenant pratiquement disparu, brisé en d'innombrables petits fragments qui, selon le Centre national des glaces des États-Unis, ne méritent plus d'être suivis.

L'A68 s'est détaché de la plateforme glaciaire Larson C, au bord de la péninsule antarctique, et pendant un an, il a à peine bougé. Mais il a ensuite commencé à dériver vers le nord à une vitesse croissante, poussé par des courants et des vents forts.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

  • Des preuves "solides" de l'existence d'une nouvelle force de la nature
  • Super League : pourquoi les plus grands clubs de football lancent un nouveau tournoi?
  • José Mourinho, limogé par Tottenham après seulement 17 mois
Le bloc d'un milliard de tonnes a emprunté une route familière, filant dans l'Atlantique Sud vers le territoire britannique d'outre-mer de la Géorgie du Sud. La petite île est l'endroit où beaucoup des plus gros icebergs vont mourir. Pris dans les hauts-fonds locaux, ils sont condamnés à fondre progressivement.

Mais celui-ci a réussi à échapper à ce sort particulier.

Au lieu de cela, ce sont les vagues, l'eau chaude et les températures élevées de l'air dans l'Atlantique qui ont fini par détruire le A68. Il s'est simplement brisé en fragments de plus en plus petits.

"Il est étonnant que l'A68 ait duré aussi longtemps", a déclaré Adrian Luckman, de l'université de Swansea, à BBC News.

"Si vous pensez au rapport d'épaisseur - c'est comme quatre morceaux de papier A4 empilés les uns sur les autres. Cette chose est donc incroyablement flexible et fragile lorsqu'elle se déplace dans l'océan. Il a duré des années comme ça. Mais a fini par se briser en quatre à cinq morceaux, qui se sont ensuite également brisés."

Né à l'ère des satellites

L'A68 restera probablement dans les mémoires comme le premier iceberg à être devenu une star des réseaux sociaux.

Les gens du monde entier ont partagé des photos satellites en ligne, surtout lorsque le bloc gelé s'est approché de la Géorgie du Sud. S'il s'était échoué, l'immense masse de l'iceberg aurait pu perturber le comportement de recherche de nourriture des nombreux manchots de l'île - et qui ne s'inquiète pas des manchots en péril ?

Les débats quotidiens sur des sites comme Twitter et Instagram a été rendue possible par l'accès facile d'aujourd'hui à une série d'outils de données spatiales accessibles au public.

"A68 a attiré l'attention de beaucoup de personnes différentes", a commenté Laura Gerrish, spécialiste de la cartographie au British Antarctic Survey (BAS). "Nous avons vu tous les petits rebondissements. Nous avons pu suivre sa progression grâce à des images satellites quotidiennes, à un niveau de détail que nous n'avions pas vraiment été en mesure de faire auparavant."

Que nous a appris l'A68 ?

Bien sûr, l'iceberg n'était pas seulement un objet d'émerveillement, il était aussi la cible d'une enquête scientifique sérieuse.

Son lieu d'origine, Larsen C, est une énorme plate-forme de glace flottante, construite par la fusion de langues glaciaires qui ont glissé de la terre vers l'océan.

L'histoire de la vie de l'A68 apprendra certainement aux chercheurs quelque chose à la fois sur la façon dont les plateaux glaciaires sont formés et sur la façon dont ils se brisent pour produire des icebergs.

Lire aussi :

  • Un iceberg contre le manque d'eau au Cap
  • 5 mythes qui persistent sur le Titanic plus d'un siècle après son naufrage
"La seule chose qui mérite d'être mentionnée en tant que résultat scientifique, c'est que nous avons beaucoup appris sur la résistance à la rupture des zones de suture où les glaciers intérieurs se rejoignent pour former la glace de la plate-forme flottante", a commenté Christopher Shuman de l'université du Maryland, Baltimore County (UMBC) et de Nasa-Goddard.

"Grâce aux nouveaux capteurs qui ont observé l'évolution du rift plus fréquemment, je suis sûr que nous avons pu glaner des informations utiles qui n'auraient pas pu être "vues" au cours de la décennie précédente. C'est un véritable témoignage des investissements réalisés dans l'observation de la Terre."

La plupart des glaciologues considèrent l'A68 comme le produit d'un processus très naturel. Les plateaux glaciaires maintiennent un équilibre, et l'éjection des icebergs est l'un des moyens par lesquels ils équilibrent l'accumulation de masse due aux chutes de neige et l'apport de glace supplémentaire provenant des glaciers terrestres.

En ce sens, A68 ne peut être présenté comme un exemple du changement climatique provoqué par l'homme.

Tout cela étant dit, A68 a mis en évidence les types de processus par lesquels le réchauffement peut détruire les structures de glace.

Comment la glace se transforme en neige fondante très rapidement

L'une d'entre elles est ce que l'on appelle l'hydrofracturation. Dans ce processus, le réchauffement produit beaucoup d'eau de fonte en surface qui remplit ensuite les fissures et les craquelures, enfonçant ces ouvertures jusqu'à la base de la glace.

Il y a eu quelques exemples spectaculaires vers la fin de l'existence de l'A68 où l'hydrofracturation a transformé des fragments en neige fondante presque du jour au lendemain.


"Un autre exemple de l'évolution rapide de l'iceberg, nous montrant comment les plateaux de glace pourraient s'effondrer dans un monde plus chaud. Je pense que l'iceberg a mis à l'épreuve un grand nombre de connaissances supposées, et ces connaissances se sont pour la plupart avérées vraies", a déclaré Ted Scambos à BBC News. Il est expert du CIRES et de l'université du Colorado à Boulder.

Des robots envoyés pour enquêter

La BAS a également placé deux robots dans l'océan en février pour tenter d'étudier de près certains des derniers fragments de l'A68.

L'un d'eux a disparu peu après, et l'autre est resté coincé sous la glace pendant deux semaines avant de réussir à se libérer et à poursuivre ses observations.

Ce robot sera récupéré en mai pour extraire ses données. Il devrait révéler des informations sur la façon dont les icebergs affectent leur environnement, par exemple en déversant d'énormes volumes d'eau douce dans l'océan lorsqu'ils fondent.

Comment tout s'est terminé la semaine dernière

L'USNIC est l'organisme reconnu au niveau international pour nommer les icebergs et suivre ceux qui pourraient constituer une menace pour la navigation.

Pour figurer sur la liste des sujets de préoccupations de l'USNIC, un iceberg doit avoir un axe long supérieur à 10 miles nautiques (18,5 km) ou une superficie d'au moins 20 miles nautiques carrés (68,5 km²).

Aucun des fragments de l'A68 ne remplit ces conditions. La dernier morceaux le plus gros, connue sous le nom de A68a, a été mesurée vendredi et ne mesure que 3 miles nautiques sur 2 miles nautiques.

Repose en paix.