Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 06Article 586804

BBC Afrique of Tuesday, 6 April 2021

Source: bbc.com

Pourquoi l'environnement de travail toxique vous suit à la maison

Lorsque Nikolina est passée du bureau au travail à domicile au début des années 2020, alors que la pandémie se propageait dans le monde, elle espérait que la culture toxique de son entreprise pourrait s'améliorer.

"Je pensais que mon travail serait beaucoup moins stressant sans que mon patron surveille mes moindres faits et gestes", explique ce rédacteur de contenu de 22 ans, qui vit à Prague. "J'avais tellement tort."

Au lieu de cela, son superviseur a trouvé de nouveaux moyens de surveiller l'équipe virtuellement, en utilisant des logiciels comme TeamViewer et Hubstaff.

"Je pense que le fait de ne pas avoir tous ses employés autour de lui l'a vraiment affecté, parce qu'il est devenu obsessionnel, gérant chaque aspect de nos heures de travail et critiquant même les plus petites choses", explique Nikolina, qui tait son nom de famille pour des raisons de confidentialité.

"Nos niveaux de stress étaient élevés, sachant qu'à tout moment notre patron pouvait nous contrôler, et nous devenions collectivement fous."

Pour les employés qui travaillent dans des environnements de bureau toxiques, le passage au travail à distance peut sembler être le côté positif du covid-19 : une chance de profiter d'une distance bien nécessaire par rapport à une atmosphère négative. Mais, comme l'a découvert Nikolina, une dynamique de travail désagréable peut nous suivre à la maison et, dans certains cas, s'aggraver, car l'isolement peut aggraver les difficultés de travailler avec des patrons ou des collègues qui se comportent mal.

Les cultures de travail toxiques peuvent avoir un impact important sur le bien-être des employés, il est donc particulièrement vital que les gens comprennent les options dont ils disposent pour se protéger.

Toxique de fond en comble

Les lieux de travail toxiques peuvent prendre de nombreuses formes, mais ils ont un point commun avec les employés : la négativité et le préjudice.

"Une culture de travail toxique est une culture dans laquelle les travailleurs sont exposés à des risques psychosociaux", explique Aditya Jain, professeur associé de gestion des ressources humaines à la Nottingham University Business School, qui a étudié le stress, le bien-être et la santé mentale sur le lieu de travail.

"Ils peuvent avoir peu ou pas de soutien organisationnel, de mauvaises relations interpersonnelles, une charge de travail élevée, un manque d'autonomie, de mauvaises récompenses et un manque de sécurité de l'emploi."

Selon M. Jain, les conséquences de ces cultures de travail sont multiples. Il peut s'agir d'effets sur la santé physique, comme les maladies cardiaques ou les troubles musculo-squelettiques, d'une mauvaise santé mentale et d'un épuisement professionnel, ainsi que de conséquences organisationnelles, comme une baisse de l'assiduité, de l'engagement, de la productivité et de l'innovation.

La plupart des cultures de travail toxiques trouvent leur origine dans un mauvais management, dont les mauvaises habitudes peuvent être contagieuses.

"Les comportements destructeurs au sommet se répercutent vers le bas", déclare Manuela Priesemuth, professeur adjoint au département de gestion et d'exploitation de l'université Villanova en Pennsylvanie (États-Unis), qui a mené des recherches sur les managers abusifs et les lieux de travail toxiques.

"Si les cadres adoptent un comportement toxique, les personnes de l'organisation supposent que ce comportement est accepté et ils l'adoptent également. Très vite, un climat toxique se forme, où chacun pense : "c'est comme ça qu'on agit ici."

Avant la pandémie, ces comportements toxiques se produisaient en personne, lors de réunions, de présentations ou d'interactions occasionnelles. Maintenant, ils se produisent dans les appels et les messages. Et alors que l'on pourrait penser que la distance réduirait certaines de ces tensions, les experts affirment que le fait d'être hors du bureau a plutôt tendance à faire le contraire.

"Les cultures toxiques persistent dans les environnements distants, et nous voyons donc une hostilité similaire dans Zoom ou dans le courrier électronique", dit Priesemuth.

"La distance ou l'anonymat peuvent accroître les comportements négatifs ; il est parfois plus facile d'envoyer un message grossier ou menaçant que de le dire en personne."

La fatigue de la pandémie est une autre cause de mauvais comportement. "La détresse et l'épuisement psychologique sont parmi les principaux moteurs des comportements agressifs sur le lieu de travail. Les gens peuvent avoir la mèche plus courte, ce qui se traduit par une communication et un discours moins civilisés", ajoute-t-elle.

Dans le cas de Nikolina, lorsqu'elle a commencé à travailler à distance, le comportement contrôlant de son patron ressemblait plus à du harcèlement qu'à de la supervision.

"Elle appelait au hasard et exigeait le partage d'écran, ou nous demandait d'enregistrer l'écran tout au long de la journée. S'il remarquait une baisse d'activité pendant plus de 10 minutes, vous aviez une session Zoom ou TeamViewer, même lorsque les gens essayaient de prendre une douche ou de préparer le dîner."

Il raconte également qu'il envoyait des SMS à minuit aux employés pour leur demander des informations urgentes et leur interdisait de prendre des jours de congé.

"Toute mon équipe a souffert de sa gestion", dit-elle. "Personnellement, j'étais dans un état d'anxiété constant et j'avais beaucoup de mal à dormir la nuit, je restais debout tard en pensant (au travail)."

Les experts affirment que le fait d'avoir un patron tyrannique peut être particulièrement préjudiciable dans les environnements de travail à distance, comme c'est le cas aujourd'hui pour de nombreuses personnes.

Le travailleur doit toujours interagir avec l'intimidateur, dit Jain, mais il peut trouver ce comportement plus difficile à gérer lorsqu'il est à la maison, souffrant d'un manque d'interaction sociale, de sentiments d'épuisement émotionnel et d'un déséquilibre entre le travail et la vie privée.

"Travailler à distance peut aggraver la situation, car la personne peut ne pas être en mesure d'accéder à un soutien social informel de la part de ses collègues ou de recourir à des mécanismes de réclamation par le biais des RH, car elle est isolée et se sent moins habilitée", ajoute-t-elle.

Faire face à une culture toxique

Selon Jain et Priesemuth, pour se débarrasser d'une culture de travail toxique, les entreprises doivent identifier et traiter les causes profondes du dysfonctionnement, qui sont souvent une mauvaise gestion. Mais cela ne signifie pas que les employés doivent attendre que les choses s'améliorent. S'informer sur ses droits, que ce soit par le biais des politiques de l'entreprise ou de la législation locale, peut constituer une première étape stimulante.

"Il est utile de connaître les obligations légales de l'employeur, car cela permet de le responsabiliser", dit Jain. De nombreux pays réglementent les heures de travail, les congés et les jours fériés, et les directives de l'Organisation internationale du travail des Nations unies servent de norme de référence internationale. "Avoir cette conscience peut également aider à repousser les managers dont les attentes sont devenues déraisonnables ou injustes depuis la transition vers le travail à distance."

Si vous êtes victime de harcèlement ou d'un comportement non professionnel, il est bon de sauvegarder ces courriels ou ces conversations, ou de noter ce qui a été dit lors des appels.

"Rassembler des preuves d'hostilités peut être un outil utile pour étayer toute réclamation qui pourrait être présentée par les RH ou la haute direction", explique M. Priesemuth. "En outre, il est bénéfique d'essayer de trouver des alliés, peut-être des collègues qui ont des expériences similaires ou ont été témoins d'une transgression, qui peuvent servir de système de soutien ou aider à résoudre le problème."

Cependant, l'union avec les pairs peut avoir une portée limitée s'il n'y a pas de service RH digne de ce nom ou de système permettant de déposer une plainte, comme c'était le cas dans la petite entreprise de Nikolina. "Il n'y avait pas de service des RH ou de direction à qui s'adresser en cas de problème ou de plainte", dit-elle.

"Notre patron était notre seul point de contact et son attitude était que nous devions être reconnaissants pour notre travail et notre salaire. Finalement, j'ai démissionné, comme beaucoup d'autres, lorsque la pandémie a commencé à générer des emplois à distance. Maintenant, j'ai la liberté de création et la tranquillité d'esprit pour développer ma propre entreprise, un site web de rencontres et de relations."

Toutefois, s'il n'est pas possible de changer d'emploi pour le moment, des mesures peuvent être prises pour être moins vulnérable aux comportements toxiques.

"L'établissement de limites plus strictes entre le travail et la vie extérieure a été utile aux employés", déclare M. Priesemuth. "La recherche a montré qu'elle peut réduire le stress lié au travail et augmenter le bien-être des employés," poursuit-elle.

Bien que cela puisse être très difficile avec un patron toxique, vous pouvez essayer de prendre de petites mesures comme éteindre votre téléphone après une certaine heure le soir, vous déconnecter de votre messagerie électronique et vous rendre tout simplement indisponible.
Toutefois, M. Priesemuth souligne que ces mécanismes ne peuvent qu'atténuer temporairement les effets d'un environnement de travail à distance toxique, et non les résoudre définitivement. Si la direction de l'entreprise n'accepte finalement pas le retour d'information et ne met pas en œuvre un changement du haut vers le bas, la toxicité risque de persister, tout comme les sentiments d'anxiété et de peur.

La situation de chaque employé est différente, bien sûr, et tous les travailleurs n'ont pas la même marge de manœuvre pour apporter des changements, le cas échéant.

Quelle que soit votre situation, il est important de se rappeler à quel point les environnements de travail toxiques peuvent être dommageables, que ce soit à distance ou en personne ; ignorer un environnement négatif ne peut qu'aggraver les choses.

Bien que des limites strictes, un soutien social et la gestion du stress puissent vous aider, vous devrez peut-être envisager de passer à autre chose si la situation ne s'améliore pas. Au minimum, ces stratégies peuvent vous faire gagner du temps.



Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter