Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 24Article 582697

BBC Afrique of Wednesday, 24 March 2021

Source: bbc.com

Pourquoi Dan Gertler est l'homme au centre des allégations de corruption en RDC

L'administration Biden a récemment réimposé des sanctions à l'encontre de l'homme d'affaires israélien Dan Gertler en raison d'une corruption massive présumée dans le secteur minier lucratif de la République démocratique du Congo.

Le journaliste Franz Wild fait le point sur son ascension remarquable, et son alliance avec l'ancien président Joseph Kabila qui l'a même vu être nommé diplomate congolais.

Lorsque les États-Unis ont initialement imposé des sanctions au magnat de l'industrie minière en 2017, il a engagé l'avocat du président Donald Trump pour les faire retirer.

Les sanctions avaient été introduites pour sa relation prétendument corrompue avec l'ancien président de la RD Congo, Joseph Kabila, l'aidant à faire une vaste fortune grâce à des contrats de cuivre et de cobalt dans le pays, ce que les deux hommes nient.

Un porte-parole de M. Gertler affirme que les allégations "ont été portées injustement et à tort contre [lui]", ajoutant qu'"il n'existe pas la moindre preuve fiable pour les étayer". En deux décennies, M. Gertler, qui n'avait que 47 ans, est devenu l'un des hommes d'affaires les plus puissants de la RD Congo.

Il a eu la mainmise sur les multinationales minières qui ont eu la chance d'exploiter les extraordinaires réserves de cuivre, de cobalt, d'étain, d'or et de diamants du pays. À l'occasion, M. Gertler est également devenu un émissaire diplomatique clé pour M. Kabila.

L'embauche de l'avocat de M. Trump, Alan Dershowitz, s'est également avérée fructueuse.

Dans ses derniers jours, l'administration Trump a accordé à M. Gertler une licence dite de sanctions, qui lui a donné accès à ses fonds gelés et au système bancaire international pendant un an.

En mars, cependant, sa situation s'est inversée de façon spectaculaire.

Après le tollé suscité par la licence de sanctions de la part des militants anticorruption, des membres du Congrès américain et d'anciens fonctionnaires du département d'État, M. Gertler est devenu un exemple précoce de l'engagement déclaré du président Joe Biden en faveur d'une politique étrangère fondée sur des principes, y compris la répression de la corruption internationale. L'administration a retiré la licence.

"La licence précédemment accordée à M. Gertler est incompatible avec les intérêts forts de la politique étrangère américaine en matière de lutte contre la corruption dans le monde", explique Ned Price, porte-parole du département d'État, qui ajoute que M. Gertler s'est "engagé dans une vaste corruption".

M. Dershowitz s'est plaint que les États-Unis avaient retiré la licence de sanctions "unilatéralement", sans donner à M. Gertler l'occasion de prouver qu'il respectait les engagements qu'il avait pris de permettre à un observateur extérieur d'observer ses activités et de rendre compte de ses transactions financières.

Le pouvoir et l'influence qu'exerce l'homme d'affaires et le symbolisme des sanctions ont été saisis par la déclaration américaine.

Les sanctions étaient nécessaires "pour contrer la corruption et promouvoir la stabilité en République démocratique du Congo", poursuit M. Price.

"Les États-Unis continueront à promouvoir la responsabilisation des acteurs corrompus avec tous les outils à leur disposition afin de faire progresser la démocratie, de faire respecter les normes internationales et d'imposer des coûts tangibles à ceux qui cherchent à les bouleverser", ajoute-t-il.

En RD Congo, M. Gertler a agi comme un intermédiaire entre le pays et les multinationales et a également géré des entreprises pour le compte de M. Kabila, selon l'annonce des sanctions américaines. Maintenant que le président Felix Tshisekedi, au pouvoir depuis 2019, est en train d'arracher progressivement le contrôle de M. Kabila sur l'establishment politique de la RD Congo, les États-Unis veulent que M. Gertler soit lui aussi contenu.

Obtention du soutien de Bush pour Kabila


Fils d'une famille de diamantaires prospères de Tel Aviv, amateur de football, M. Gertler est arrivé en RD Congo en 1997, peu après l'arrivée au pouvoir du père de M. Kabila, Laurent-Désiré.

En 2000, alors que la guerre civile risquait de mettre fin au règne de Kabila aussi soudainement qu'il avait commencé, M. Gertler a promis des millions de dollars et, selon un rapport des Nations unies, un accès aux armes - les deux choses qui pouvaient le mieux aider le nouveau dirigeant à rester au pouvoir. En contrepartie, il a obtenu le monopole des importantes exportations de diamants de la RD Congo.

M. Gertler a gagné la confiance du plus jeune des Kabila, qui a pris le pouvoir lorsque son père a été assassiné en 2001.

dans une guerre avec le Rwanda, allié des États-Unis, le jeune dirigeant envoie M. Gertler à Washington pour demander le soutien du président George W. Bush.

Après de longues discussions avec M. Gertler, l'administration Bush a accepté de soutenir le président Kabila, contribuant ainsi à ouvrir la voie à un accord de paix entre les parties belligérantes et à asseoir le pouvoir de M. Kabila.

M. Gertler est également devenu le consul honoraire du pays en Israël et a reçu un passeport diplomatique.

"Plus de 55 milliards FCFA versés en pots-de-vin"

Les sociétés contrôlées par M. Gertler ont commencé à rafler des licences pour des gisements miniers dans tout le pays.

Souvent, il a aidé des multinationales, comme le négociant suisse en matières premières Glencore et la société new-yorkaise de fonds spéculatifs Och-Ziff Capital Management, à investir dans de grands projets miniers, empochant au passage ses propres bénéfices énormes.

Si les opérations minières que M. Gertler a menées seul n'ont pas été couronnées de succès, ce n'est pas faute d'avoir essayé.

Il a un jour envoyé des hélicoptères transportant des foreuses dans la jungle congolaise à la recherche de minerai de fer. Il s'est avéré que le projet aurait été beaucoup trop coûteux et compliqué pour en valoir la peine.

Avant d'investir avec M. Gertler, Och-Ziff a commandé une étude sur la manière dont il menait ses affaires.

Selon le ministère américain de la Justice, qui a par la suite accepté un plaidoyer de culpabilité et une amende de la part d'Och-Ziff pour des délits de corruption, M. Gertler "a été disposé à utiliser son importante influence politique auprès de [M. Kabila]... et de sa clique pour faciliter les acquisitions, régler les différends et frustrer les concurrents".

Les noms de M. Gertler et de M. Kabila ont été rendus anonymes dans l'annonce du ministère de la Justice, mais leurs identités ont été confirmées séparément.

    La corruption ''appauvrit l'Afrique''
Dans son accord avec le ministère de la Justice, Och-Ziff a reconnu que M. Gertler avait en fait versé au moins 100 millions de dollars (55 176 197 000 FCFA) en pots-de-vin en RD Congo, ce que M. Gertler nie.

Il est devenu l'un des hommes les plus riches d'Israël et s'est fait construire une maison opulente de trois étages avec un ascenseur à panneaux de bois dans un quartier pauvre de Tel Aviv. Il a déclaré qu'il s'y sentait le plus à l'aise, intégré dans une communauté juive qui partageait sa dévotion religieuse.

Au fil du temps, les questions se sont multipliées autour des transactions effectuées par M. Gertler, qui a invité les journalistes à voir par eux-mêmes comment ses projets bénéficiaient à la RDC, même si les détails relatifs aux transactions prétendument corrompues n'étaient pas expliqués.

Sur son site Internet, on peut lire qu'"il a toujours considéré que sa mission était d'aider la RDC à se remettre de [sa] longue période de destruction et à construire une reprise économique durable".

Lors d'un projet de cuivre et de cobalt dans le sud de la RDC en 2012, M. Gertler a sauté avec joie derrière le volant d'un bus pour emmener les visiteurs à un endroit où la forêt sèche avait été défrichée pour une mine à ciel ouvert et d'énormes machines de traitement.

Faisant des embardées sur la piste de terre, M. Gertler a salué autour de lui. "C'était la jungle ici", a-t-il hurlé dans le système de sonorisation du bus. "La jungle, la jungle, la jungle. J'ai dit : 'Les gars, c'est mon bébé, vous devez trouver le cuivre.'"

Ce gisement particulier n'a pas donné grand-chose, mais M. Gertler a bénéficié de certaines des plus grandes mines de cuivre et de cobalt de la RD Congo.

La vie sous un nouveau président

Et les questions ne font que croître.

L'affaire Och-Ziff a ajouté des détails aux allégations portées contre lui.

Selon un rapport commandé par l'Africa Progress Panel, la RD Congo a perdu au moins 1,36 milliard de dollars dans des transactions auxquelles M. Gertler a participé rien qu'entre 2010 et 2012. Et les États-Unis ont imposé des sanctions.

Malgré ses déboires, le jet privé de M. Gertler a continué à se rendre régulièrement en RD Congo.

Si l'exemption de sanctions accordée à M. Gertler n'a pas duré longtemps, il est probable qu'elle lui a permis de régler au moins une partie de ses affaires financières. Un défi bien plus important sera de préserver sa domination en RD Congo, où il est jusqu'à présent resté intouchable.

Depuis son arrivée au pouvoir il y a deux ans, le président Tshisekedi a progressivement étouffé la puissante influence de son prédécesseur.

Ces dernières semaines, M. Tshisekedi a fait appel à des loyalistes pour diriger son gouvernement et son parlement. Pour de nombreux Congolais, M. Gertler incarne la corruption des années Kabila. La question de savoir si M. Gertler peut rester influent sous le président actuel pourrait devenir son plus grand défi à ce jour.

Franz Wild est le rédacteur en chef du projet du Bureau of Investigative Journalism de Londres dans la corruption à l'étranger.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter