Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 11Article 579031

BBC Afrique of Thursday, 11 March 2021

Source: bbc.com

Parc national des Virunga en RD Congo : le dangereux travail de protection des gorilles

La protection des forêts du parc national des Virunga dans l'est de la République démocratique du Congo - où vivent les gorilles de montagne, une espèce menacée - pourrait être décrite comme l'une des tâches les plus difficiles de la planète.

Au cours des 12 derniers mois, plus de 20 employés du parc ont été assassinés - et la semaine dernière, des rebelles ont été accusés d'avoir tué l'ambassadeur italien en RD Congo, son garde de sécurité et son chauffeur lors d'une attaque dans le parc.

"Le niveau de sacrifice nécessaire à la poursuite de ce travail sera toujours la chose la plus difficile à gérer", déclare Emmanuel de Merode, qui est responsable de plus de 800 gardes forestiers aux Virunga, le plus ancien et le plus grand parc national d'Afrique.

Il s'étend sur 7 800 km2 et abrite un paysage étonnamment varié - des volcans actifs et de vastes lacs à la forêt tropicale et aux montagnes.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    La physique peut-elle prouver l'existence de Dieu ? 10 bonnes nouvelles sur le coronavirus L'inversion des pôles magnétiques qui a provoqué la fin des Néandertaliens
Le parc a été créé il y a près de 100 ans pour protéger les gorilles de montagne, dont le nombre a augmenté au cours de la dernière décennie, bien qu'il n'en reste que 1 000 dans le monde.

M. De Merode vit en RD Congo depuis près de 30 ans, mais il se souvient encore du jour de son arrivée.

"J'ai acheté une moto à Kampala et j'ai traversé l'Ouganda pour me rendre au Congo. En traversant la frontière, on est immédiatement frappé par l'immensité du parc et par les paysages incroyablement beaux.

Né en Afrique du Nord et élevé au Kenya, M. De Merode est un prince belge, mais il n'utilise pas son titre.

Il parle doucement et calmement, malgré les défis auxquels lui et son équipe sont confrontés quotidiennement.

Deux attentats meurtriers au cours des 12 derniers mois ont été une épreuve pour eux tous :

    En avril dernier, 13 rangers ont été assassinés lors de ce que les responsables du parc ont décrit comme une attaque "féroce et violente et soutenue" par un groupe armé, En janvier, six rangers, qui patrouillaient à pied dans les limites du parc, ont été tués dans une embuscade tendue par des milices. Tous ceux qui sont morts avaient entre 25 et 30 ans.
Lire aussi :

    RDC : nouvelle attaque dans le parc des Virunga RDC : six agents du parc national des Virunga abattus
"Croyez-moi, c'est vraiment une expérience très douloureuse que de perdre autant de jeunes d'un seul coup", déclare le garde forestier Gracien Muyisa Sivanza, responsable des lacs du parc.

"Mes collègues rangers qui sont décédés aimaient beaucoup leur travail et sont allés jusqu'à faire le sacrifice ultime pour notre cause de la conservation".

Mais il dit que cela les rend tous plus déterminés à "continuer le combat que nous avons commencé ensemble... pour honorer leur mémoire".

"Je pense qu'ils sont fiers de nous, où qu'ils soient."

M. De Merode s'est également fait tirer dessus et a été blessé en 2014.

"Vous devez accepter cela [il y a un risque]. C'est un parc national qui fait partie de l'État congolais qui a été touché par la guerre civile pendant la plus grande partie de son histoire récente", dit-il.

"Nous avons maintenu le parc en vie"

Mais il souligne également les réalisations du parc face à l'adversité permanente.

"Nous avons énormément souffert, mais en même temps, nous avons réussi à maintenir ce parc en vie."

L'attaque contre M. De Merode est survenue à un moment de trouble où la milice M23, lourdement armée, avançait dans la région. Au même moment, une compagnie pétrolière britannique, anciennement appelée Soco, avait obtenu du gouvernement de Kinshasa l'autorisation d'extraire du pétrole en forant sur les terres du parc.

Les tensions étaient à leur paroxysme et ont été filmées dans le documentaire Virunga, nominé aux Oscars en 2014.

A écouter :

"Nous nous battions contre une compagnie pétrolière britannique... Nous étions en confrontation avec un certain nombre de personnes. Ce jour-là, j'avais soumis un rapport d'enquête substantiel sur les activités de la compagnie pétrolière".

En rentrant seul en voiture à travers la forêt, il a été pris en embuscade : "J'ai reçu une balle dans la poitrine et dans l'estomac."

La société a condamné l'attaque et nié toute implication dans celle-ci. Elle a depuis changé de nom et s'est retirée de la RD Congo.

M. De Merode dit qu'il a eu de la "chance".

"Les gens d'un village m'ont éloigné, donc mes efforts continuent grâce à eux. Beaucoup de nos employés n'ont pas eu cette chance".

Quand des gens meurent en exécutant ses ordres dans le parc, il dit "cela laisse un niveau de détresse que je ne peux pas décrire à leurs familles".

D'autres articles sur les Virunga:

    12 rangers tués dans le parc national des Virunga en RDC Des gorilles qui aiment les selfies en RDC Le lac de feu mortel qui chauffe à 1000°C en Afrique
On estime qu'une douzaine de milices armées survivent grâce aux ressources du parc - en braconnant ou en coupant du bois pour le vendre comme combustible.

Les ressources naturelles de la RD Congo ont été disputées pendant des décennies. Le pays - qui a la taille de l'Europe occidentale continentale - possède plus de richesses minérales, avec des diamants, du pétrole, du cobalt et du cuivre, que n'importe où ailleurs sur la planète.

Ce sont quelques-uns des éléments essentiels de la technologie moderne, qui constituent les composants clés des voitures électriques et des smartphones.

Le Parc national des VirungaVirunga est riche, lui aussi, en ressources souterraines ainsi qu'en nature et en faune. Mais les deux millions de personnes qui vivent dans la région du parc vivent principalement avec moins de 1,50 $ (816,5 Fcfa) par jour.

Les dollars du tourisme

Cette lutte pour la survie n'échappe pas à M. De Merode qui considère la protection du parc comme une question de justice sociale.

"Ce n'est pas un simple problème de protection des gorilles et des éléphants ; il s'agit de surmonter un problème économique au cœur de l'une des plus horribles guerres civiles de l'histoire", dit-il.

"On estime que plus de sept millions de Congolais sont morts en 30 ans et qu'au cœur de ce problème se trouve une question économique".

"Nous croyons passionnément que pour que les Virunga survivent, nous devons d'abord prendre en compte la population locale. Nous devons faire de ce parc un atout... Un bénéfice net".

Il se tourne vers le Rwanda voisin et sa stratégie réussie qui lui a permis d'attirer plus de 500 millions de dollars par an de recettes liées au tourisme. Au Kenya, il s'agit d'une industrie qui pèse environ 3,5 milliards de dollars.

"C'est plus que le budget national de la RD Congo", dit-il, ajoutant : "Le tourisme n'est pas un jeu auquel nous jouons, c'est une industrie stratégique. Nous devons chercher des moyens de générer des richesses sans endommager le parc".

Armes contre emplois

Cette stratégie commence à porter ses fruits de manière inattendue. L'augmentation du tourisme aux Virunga a aidé le parc à attirer des investissements pour d'autres projets.

L'un d'entre eux tire parti des fortes précipitations et du débit rapide des rivières du parc pour produire de l'hydroélectricité, ce qui permet à certains rebelles d'échanger leurs armes contre un revenu régulier.

Vous pourriez aussi aimer :

"Nous avons constaté qu'en produisant de l'électricité à partir du parc, les petites entreprises se développent presque immédiatement autour de celui-ci", explique M. De Merode.

"Avec chaque mégawatt d'électricité que nous pouvons produire grâce à ces programmes hydroélectriques, nous pouvons créer entre 800 et 1 000 emplois".

"Aujourd'hui, environ 12 000 emplois ont été créés de cette manière autour du parc, dont plus de 1 000 sont occupés par des anciens combattants des groupes armés".

Pour M. De Merode, c'est le moyen de vaincre la violence dans un coin d'Afrique où le chômage des jeunes atteint 70 %.

Cela permettra de protéger le parc et ses rares gorilles de montagne pour les générations futures, dit-il.

"Les gens rejoignent les milices parce qu'ils n'ont pas le choix et la seule façon de surmonter cela est de leur donner le choix".

"La question de la sécurité ne peut être résolue uniquement par les armes."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter