Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 24Article 615253

BBC Afrique of Tuesday, 24 August 2021

Source: www.bbc.com

Nutrition : qu'arrive-t-il à votre cerveau lorsque vous renoncez au sucre ?

Le goût sucré intense surpasse même la cocaïne Le goût sucré intense surpasse même la cocaïne

Vous serez peut-être surpris d'apprendre que la consommation de sucre (au Royaume-Uni et dans d'autres pays développés du moins) a en fait diminué régulièrement au cours de la dernière décennie.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène, notamment une évolution des goûts et des modes de vie, la popularité des régimes pauvres en glucides, comme le kéto, ayant augmenté au cours de la dernière décennie.

Une meilleure compréhension des dangers d'une consommation excessive de sucre pour la santé peut également expliquer cette baisse.

La réduction de la consommation de sucre présente des avantages évidents pour la santé, notamment une diminution de l'apport calorique, qui peut contribuer à la perte de poids, et une amélioration de la santé dentaire.

Mais les gens disent parfois ressentir des effets secondaires négatifs lorsqu'ils essaient de manger moins de sucre. Maux de tête, fatigue ou changements d'humeur, qui sont généralement temporaires, font partie de ces symptômes.

La raison de ces effets secondaires est actuellement mal comprise. Mais il est probable que ces symptômes soient liés à la façon dont le cerveau réagit lorsqu'il est exposé à des aliments sucrés - et à la biologie de la "récompense".

Les glucides se présentent sous plusieurs formes - notamment sous la forme de sucres, qui peuvent être présents naturellement dans de nombreux aliments, comme le fructose dans les fruits et le lactose dans le lait.

Le sucre de table - appelé saccharose - se trouve dans la canne à sucre, la betterave à sucre et le sirop d'érable, tandis que le glucose et le fructose sont les principaux constituants du miel.

La production alimentaire de masse étant devenue la norme, le saccharose et d'autres sucres sont désormais ajoutés aux aliments pour les rendre plus appétissants.

Au-delà de l'amélioration du goût et de la "sensation en bouche" des aliments à forte teneur en sucre, le sucre a des effets biologiques profonds sur le cerveau.

Ces effets sont si importants qu'ils ont même donné lieu à un débat sur la question de savoir si l'on peut être "accro" au sucre - bien que cette question soit encore à l'étude.

Le saccharose active les récepteurs du goût sucré dans la bouche, ce qui entraîne la libération d'une substance chimique appelée dopamine dans le cerveau.

La dopamine est un neurotransmetteur, c'est-à-dire une substance chimique qui transmet des messages entre les nerfs du cerveau.

Lorsque nous sommes exposés à un stimulus gratifiant, le cerveau réagit en libérant de la dopamine - c'est pourquoi on l'appelle souvent la substance chimique de la "récompense".

Les effets gratifiants de la dopamine se manifestent principalement dans la partie du cerveau impliquée dans le plaisir et la récompense.

La récompense régit notre comportement, ce qui signifie que nous sommes amenés à répéter les comportements qui provoquent la libération de dopamine. La dopamine peut nous pousser à rechercher de la nourriture, comme la malbouffe.

Des expériences menées sur des animaux et des humains ont montré à quel point le sucre active les voies de la récompense.

Le goût sucré intense surpasse même la cocaïne en termes de récompense interne qu'il déclenche.

Le sucre est capable d'activer ces voies de récompense dans le cerveau, qu'il soit goûté dans la bouche ou injecté dans le sang, comme l'ont montré des études sur des souris. Cela signifie que ses effets sont indépendants du goût sucré.

Chez les rats, tout porte à croire que la consommation de saccharose peut effectivement modifier les structures du cerveau activées par la dopamine, ainsi qu'altérer le traitement des émotions et modifier le comportement, tant chez l'animal que chez l'homme.

Il est évident que le sucre peut avoir un effet puissant sur nous. C'est pourquoi il n'est pas surprenant de constater des effets négatifs lorsque nous consommons moins de sucre ou que nous le supprimons complètement de notre alimentation.

C'est au cours de cette première phase de "sevrage du sucre" que des symptômes mentaux et physiques ont été signalés, notamment la dépression, l'anxiété, le brouillard cérébral et les fringales, ainsi que les maux de tête, la fatigue et les vertiges.

Cela signifie que l'abandon du sucre peut être désagréable, tant mentalement que physiquement, ce qui peut rendre difficile pour certains de poursuivre le changement de régime.

Le fondement de ces symptômes n'a pas été étudié de manière approfondie, mais il est probable qu'ils soient également liés aux voies de la récompense dans le cerveau.

Bien que l'idée d'une "addiction au sucre" soit controversée, des études menées sur des rats ont montré que, comme d'autres substances addictives, le sucre est capable de provoquer des crises de boulimie, un état de manque et une anxiété de sevrage.

D'autres recherches sur des animaux ont démontré que les effets de la dépendance au sucre, du sevrage et de la rechute sont similaires à ceux des drogues.

Mais la plupart des recherches menées dans ce domaine portent sur des animaux, de sorte qu'il est actuellement difficile de dire s'il en va de même pour les humains.

Les voies de la récompense dans le cerveau humain sont restées inchangées au cours de l'évolution - et il est probable que de nombreux autres organismes ont des voies de récompense similaires dans leur cerveau.

Cela signifie que les effets biologiques du sevrage du sucre observés chez les animaux sont susceptibles de se produire dans une certaine mesure chez les humains aussi, car nos cerveaux ont des voies de récompense similaires.

Une modification de l'équilibre chimique du cerveau est presque certainement à l'origine des symptômes signalés chez les humains qui suppriment ou réduisent le sucre alimentaire.

En plus d'être impliquée dans la récompense, la dopamine régule également le contrôle hormonal, les nausées et les vomissements, ainsi que l'anxiété.

Lorsque le sucre est supprimé de l'alimentation, la réduction rapide des effets de la dopamine dans le cerveau interfère probablement avec le fonctionnement normal de nombreuses voies cérébrales différentes, ce qui explique pourquoi les gens signalent ces symptômes.

Bien que les recherches sur le sevrage du sucre chez l'homme soient limitées, une étude a mis en évidence des symptômes de sevrage et une augmentation des envies de sucre après la suppression du sucre du régime alimentaire d'adolescents en surpoids et obèses.

Comme pour tout changement de régime alimentaire, il est essentiel de s'y tenir. Si vous souhaitez réduire durablement le sucre dans votre alimentation, il est essentiel de pouvoir passer les premières semaines difficiles. Il est toutefois important de reconnaître que le sucre n'est pas "mauvais" en soi, mais qu'il doit être consommé avec modération, parallèlement à une alimentation saine et à l'exercice physique.

---

Cet article a été initialement publié sur The Conversation, et est republié sous une licence Creative Commons.

* James Brown est professeur associé en biologie et en sciences biomédicales à l'université d'Aston, à Birmingham, au Royaume-Uni.

Vous pourriez être intéressés par :