Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 10Article 596497

BBC Afrique of Monday, 10 May 2021

Source: www.bbc.com

Mort du roi zoulou Zwelithini : des membres de la famille royale et des rebelles se battent pour le trône

Des membres de la famille royale et des rebelles se battent pour le trône Des membres de la famille royale et des rebelles se battent pour le trône

La monarchie zouloue d'Afrique du Sud est plongée dans la controverse depuis le décès du roi Goodwill Zwelithini et - quelques semaines plus tard - du régent.

Les membres de la famille royale s'affrontent devant les tribunaux, s'insultent en public et alimentent les rumeurs d'empoisonnement de leurs rivaux.

Pumza Fihlani, de la BBC, à Johannesburg, s'intéresse à certains des acteurs clés de ce drame royal :

Father of the nation: King Goodwill Zwelithini

Né le 14 juillet 1948, il est le huitième monarque de la nation zouloue. Avant de pouvoir succéder à son père en 1971, il a été contraint de se cacher pendant trois ans à la suite de menaces de mort.

Isilo Samabandla Onke, dont le nom se traduit librement par "roi de tous les rois zoulous", était un descendant direct du roi Cetshwayo, le chef de la nation zouloue pendant la guerre de 1879 contre l'armée britannique.

Pour beaucoup, ce père de 28 enfants issus de six épouses incarnait le respect de pratiques culturelles ancestrales. L'une des caractéristiques de son règne a été la renaissance de l'Umhlanga ou danse des roseaux en 1991.

La cérémonie, à laquelle assistent des centaines de jeunes femmes zouloues célibataires, est censée célébrer la virginité, mais le roi Zwelithini a déclaré qu'elle avait également pour but de sensibiliser au VIH et au sida dans le KwaZulu-Natal, une province où le taux d'infection par le VIH est l'un des plus élevés du pays.

Le roi Zwelithini est décédé le 12 mars à l'hôpital où il était traité po ur des problèmes liés au diabète. Il était le plus ancien monarque zoulou, ayant été sur le trône pendant près de 50 ans.

Après son inhumation, son testament a été lu lors d'une réunion privée de la famille royale. Ce testament est aujourd'hui au centre d'un conflit majeur au sein de la famille royale, certains membres de la famille royale affirmant qu'il a été falsifié.

The kingmaker: Queen Mantfombi Dlamini-Zulu

Selon le testament, le roi l'a choisie comme régente de cette nation de 11 millions d'habitants.

La reine Dlamini-Zulu devait présider le trône pendant les trois mois de deuil et devait annoncer le successeur du roi. Mais elle est morte avant de le faire.

Elle était la sœur du roi Mswati III d'Eswatini et a épousé le monarque zoulou en 1977.

Comme elle était issue de la royauté, la reine Dlamini-Zulu est devenue la "Grande épouse". Elle a eu huit enfants avec le défunt roi.

Contrairement aux autres épouses du roi, son lobola, ou prix de la mariée, d'environ 300 bovins, a été payé par la nation zouloue, après une collecte au sein des communautés.

Les historiens affirment que cela a cimenté son statut supérieur au sein de la famille royale.

Sa nomination en tant que régente a alimenté les spéculations selon lesquelles son fils aîné, le prince Misizulu, âgé de 46 ans et éduqué aux États-Unis, serait le prochain monarque, bien que la famille royale ne l'ait pas confirmé.

La reine, âgée de 65 ans, est décédée d'une maladie non déclarée un mois seulement après avoir pris ses fonctions de régente et sera enterrée jeudi. La mort inattendue de la reine, le 29 avril, a laissé de nombreuses questions sans réponse et a suscité des rumeurs d'assassinat.

Ces dernières années, elle avait passé plus de temps à Eswatini, apparemment pour soigner sa santé.

Un jour, le roi Zwelithini, expliquant son absence à la nation zouloue, a déclaré qu'elle avait été empoisonnée.

"Le roi a parlé devant des centaines de personnes en décembre 2017, lorsque nous nous sommes réunis pour la célébration du [46e] anniversaire de son couronnement. Devant toutes ces personnes, Sa Majesté a déclaré : 'Mnemtanenkosi a été empoisonnée. C'est pourquoi elle n'est pas avec nous", a raconté le chef Mangosuthu Buthelezi, premier ministre traditionnel zoulou, dans une déclaration faite en début de semaine.

Aucun autre détail n'est disponible sur les allégations d'empoisonnement de 2017, mais il est entendu qu'elle a fait des allers-retours à l'hôpital depuis lors.

On ne sait toujours pas comment elle est morte. Le chef Buthelezi a déclaré qu'une autopsie avait été pratiquée pour établir la cause du décès, et que les résultats étaient attendus dans quelques semaines.

"Lorsque j'ai annoncé le décès de Sa Majesté la régente, j'ai parlé en isiZulu, expliquant que les médecins n'avaient pas voulu l'opérer en raison des toxines présentes dans son foie.

Cela nécessitait un traitement par antibiotiques dans l'espoir de réduire l'infection.

Les toxines ne sont pas la même chose que le poison", a-t-il déclaré lundi, au milieu des rumeurs selon lesquelles elle aurait été empoisonnée une nouvelle fois.

La reine désabusée : Sibongile Dlamini

Première épouse du roi Zwelithini, elle a lancé une procédure judiciaire pour obtenir la moitié du vaste patrimoine de son défunt mari, qui comprend plusieurs propriétés et des hectares de terres de premier choix dans le KwaZulu-Natal, dont le roi était le dépositaire.

On ignore combien d'argent liquide le roi a laissé derrière lui. Le gouvernement du KwaZulu-Natal verse à la maison royale une somme annuelle de 71 millions de rands (5 millions de dollars ; 3,5 millions de livres) pour son entretien.

La reine Dlamini affirme qu'elle seule et le roi étaient mariés en communauté de biens.

Elle souhaite que le tribunal annule les cinq autres mariages traditionnels du roi, qu'il les empêche d'obtenir une part égale de la succession, qu'il la reconnaisse comme la seule épouse légale et qu'il bloque l'ascension au trône de toute personne n'appartenant pas à sa famille.

En fait, elle affirme détenir le titre de "Grande épouse", ou Udlunkulu en zoulou, car elle était la première épouse du roi, mariée à lui en vertu du droit civil qui n'autorise ni ne reconnaît la polygamie.

Dans une déclaration sous serment, la reine Dlamini a également révélé qu'elle avait été forcée d'épouser le roi Zwelithini à l'âge de 20 ans, selon l'ancienne pratique culturelle de l'ukuthwala (enlèvement pour mariage).

"Dans mon cas, j'ai été amenée chez feu Isilo par la coutume de l'ukuthwala afin d'épouser feu Isilo pour qu'à son tour, il puisse monter sur le trône en tant que monarque de la nation zouloue", a-t-elle déclaré.

Elle affirme que les biens de la maison royale lui appartiennent à elle et à son défunt mari à parts égales, et que toute tentative d'en disposer "comme s'il s'agissait de la seule propriété de feu Isilo est juridiquement incompétente et inadmissible".

Pendant ce temps, dans une autre affaire judiciaire, deux des filles de la reine Dlamini contestent la validité du testament de leur défunt père et affirment avoir des raisons de croire qu'il a été falsifié. Elles soutiennent la demande de la Reine Dlamini concernant la succession.

Le défunt prince : Lethukuthula

Pendant des années, les spéculations ont couru sur le fait que le roi choisirait son fils aîné, le prince Lethukuthula, comme héritier. Le prince était le fils de la première femme du roi.

Mais le prince est mort en novembre dans des circonstances mystérieuses. Certains membres de la monarchie pensent que sa mort pourrait être une tentative pour l'empêcher de monter sur le trône, mais cela n'a jamais été prouvé.

Cinq suspects, quatre femmes âgées de 27 à 42 ans et un homme de 32 ans, ont été arrêtés dans la capitale Pretoria pour le meurtre du prince de 50 ans.

L'enquête sur sa mort est toujours en cours et il ne leur a pas encore été demandé de plaider.

Selon les premiers rapports, le prince et son associé ont été drogués et dévalisés par les suspects que le prince recevait apparemment à son domicile.

Le prince a ensuite été retrouvé mort, et son associé a été retrouvé endormi dans une autre pièce.

Un porte-parole du palais a déclaré à l'époque que la sécurité ne pouvait être assurée pour tous les enfants du roi, car cela serait trop coûteux et constituerait un "cauchemar".

The 'royal rebels': Prince Mbonisi and Princess Thembi

Quelques jours après la mort du roi, ses frères et sœurs, le prince Mbonisi et la princesse Thembi, ont été accusés de tenir des réunions secrètes à la cour royale. Ils n'étaient apparemment pas favorables à la nomination de la reine Dlamini-Zulu comme dirigeante par intérim.

La révélation de ces rencontres clandestines a mis mal à l'aise certains membres de la famille royale, qui estiment qu'elles sont source de divisions.

Mais les frères et sœurs ont nié que leurs actions étaient sinistres, affirmant qu'ils discutaient de la manière de soutenir le nouveau régent et qu'ils avaient l'intention de faire un rapport à l'ensemble de la famille royale.

Ils ont également pris leurs distances par rapport à toute implication dans la mort de la reine.

"Les gens pensent que nous sommes des meurtriers", a déclaré la princesse Thembi aux médias locaux dimanche, lors d'une conférence de presse improvisée au milieu de l'amer désaccord familial sur le choix du prochain monarque.

Elle a ajouté qu'ils "ne complotaient pas pour renverser qui que ce soit" et s'est dite blessée par cette insinuation.

Le porte-parole : Chef Mangosuthu Buthelezi

Depuis la mort du roi Zwelithini, le chef Buthelezi parle de l'évolution de la situation au sein de la famille royale.

Il est considéré comme le premier ministre traditionnel du défunt roi et a joué un rôle central dans l'annonce de la mort du monarque et du régent, et dans l'information du public sur les préparatifs des funérailles.

Mais son rôle lui a valu l'ire de certains princes et princesses, qui l'ont accusé de faire taire les dissidents, d'être un dictateur, et qui contestent son affirmation selon laquelle il était le premier ministre traditionnel du roi Zwelithini, ou conseiller principal

"Son mandat [de premier ministre traditionnel] est terminé depuis longtemps. S'il occupe toujours ce poste, c'est parce que nous le respectons", aurait déclaré la princesse Thembi.

Quant au chef Buthelezi, il a qualifié la princesse d'"enfant illégitime de mon cousin, le roi Cyprien", et a décrit le prince Mbonisi comme quelqu'un que le roi utilisait "pour faire des courses".

"Le plus affligeant est peut-être l'affirmation selon laquelle Sa Majesté la régente a été en quelque sorte poussée dans leur gorge. Sa Majesté le Roi a nommé Sa Majesté la Régente. S'ils ont un différend, c'est avec le roi lui-même", a déclaré le chef Buthelezi, cité par le site web sud-africain News24.

On ne sait pas encore comment le conflit de leadership sera résolu, ni quand le prochain roi sera choisi. Mais la pression est énorme sur la famille royale pour que cela se passe pacifiquement et dignement. La monarchie incarne des siècles de tradition et est vénérée par de nombreux Zoulous..

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter