Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 31Article 599515

xxxxxxxxxxx of Monday, 31 May 2021

Source: www.bbc.com

Mont Nyiragongo : Pourquoi la RD Congo craint la puissance explosive d'un lac

Une menace sinistre se cache sous un lac près de la ville de Goma, en République démocratique du Congo.

Selon les scientifiques, le magma souterrain s'écoule vers le lac Kivu depuis l'éruption meurtrière du volcan Nyiragongo, situé à proximité, samedi dernier.

Une éruption sous le lac pourrait déclencher la libération d'un nuage de gaz mortel et suffocant, craignent les experts.

Connu sous le nom d'éruption limnique, cet événement représente un risque rare mais potentiellement catastrophique pour les habitants de Goma.

Ce serait terrible mais "personne ne prétendrait vraiment savoir quand ou si cela va se produire", a indiqué à la BBC le Dr Robin George Andrews, journaliste scientifique et volcanologue.

Par crainte de ce phénomène et d'autres activités volcaniques possibles, des dizaines de milliers de personnes ont été invitées à évacuer Goma, laissant la ville sinistrement déserte.

"Il y a un magma sous le sol ici en ville qui peut entrer en éruption à tout moment apparemment. C'est assez effrayant", a confié un habitant en fuite.

Ordonnant l'évacuation de la ville la veille, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, le Lieutenant Général Constant Ndima Kongba a déclaré que du magma avait été détecté sous Goma et sous le lac Kivu voisin.

"Pour l'instant, nous ne pouvons pas exclure une éruption sur terre ou sous le lac", a déclaré M. Kongba.

Mais comment les éruptions limniques se produisent-elles, et qu'est-ce qui les rend si dangereuses ?

Qu'est-ce qu'une éruption limnique ?

Une éruption limnique implique la libération de gaz dissous qui se sont accumulés dans les profondeurs d'un lac. Des gaz tels que le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane peuvent s'infiltrer dans les lacs par les cheminées volcaniques.

Pour déclencher la libération de ces gaz dans l'eau, il faut une perturbation quelconque.

Cette perturbation peut être une éruption, un glissement de terrain, un tremblement de terre ou même une légère augmentation de la température de l'eau.

C'est pourquoi les scientifiques s'inquiètent du magma qui se trouve sous le lac.

En théorie, le magma pourrait réchauffer l'eau, amenant le CO2 dissous à se mélanger rapidement aux couches supérieures du lac et à s'échapper dans l'air.

Prenons comme analogie l'ouverture d'une boisson gazeuse secouée. Lorsque le couvercle est ouvert, la pression est libérée, ce qui permet au dioxyde de carbone de s'échapper.

Pourquoi est-ce si dangereux ?

De fortes concentrations de CO2 peuvent affecter la respiration.

Selon le Dr Andrews, on estime que le lac Kivu contient environ 300 km cubes de CO2, qui est invisible, inodore et plus dense que l'air. S'il y a moins d'oxygène à respirer dans l'air, des effets graves et parfois mortels sur la santé peuvent s'ensuivre.

Cela s'est déjà produit dans un lac du Cameroun, avec des conséquences tragiques.

En 1986, le lac Nyos a libéré du CO2 dissous dans l'air après un glissement de terrain. Le nuage de CO2 a asphyxié environ 1 800 personnes dans les villages voisins.

La principale différence en RD Congo, bien sûr, est la taille du lac et les agglomérations qui l'entourent.

Avec une profondeur d'environ 475m, le lac Kivu est plus de deux fois plus profond que le Nyos, sans parler de sa taille : 2 700 km2 pour le lac Kivu contre 1,58 km2 pour le Nyos.

"S'il y avait une grosse explosion volcanique sous-marine, cela pourrait provoquer une éruption de tout ce gaz qui inonderait les rives urbanisées du lac Kivu, ce qui serait une chose incroyablement dangereuse", a précisé le Dr Andrews.

Quelle est la probabilité que cela se produise ?

La réponse courte est : personne ne peut être certain. Même les volcanologues expérimentés n'en ont pas une idée précise.

Le Dr Andrews a affirmé qu'il est "incroyablement difficile" de prévoir ce qui va se passer dans les jours à venir.

Les scientifiques savent que le magma se trouve près du lac Kivu, mais ils ne peuvent pas savoir quand et si le magma pourrait atteindre la surface, ni quel type d'éruption il pourrait provoquer, a expliqué le Dr Andrews..

"Le mieux que l'on puisse faire pour le moment est d'être très prudent. Je suis vraiment heureux de voir que des zones sont évacuées au cas où le pire se produirait", a-t-il assuré.

Quels autres scénarios sont redoutés ?

Une éruption limnique est l'un des trois scénarios possibles signalés par l'Observatoire volcanologique de Goma (OVG).

Le deuxième scénario est une nouvelle éruption du Mont Nyiragongo, haut de 3 500 mètres, l'un des volcans les plus actifs du monde.

Si cela devait se produire, l'éruption enverrait de nouvelles coulées de lave vers le sud en direction de Goma, menaçant les bâtiments sur leur passage.

Même si le volcan se trouve à 10 km de Goma, la lave "peut se déplacer aussi vite qu'une voiture, il est donc très difficile de la distancer", a souligné le Dr Andrews.

Cela s'ajouterait aux ravages de l'éruption de samedi, qui a tué au moins 32 personnes et laissé des milliers sans abri, selon les Nations unies (ONU).

La libération éventuelle de méthane par le lac fait intervenir un troisième scénario.

Il existe un risque que le méthane s'enflamme, s'il est libéré en concentrations suffisamment élevées. Pour cette raison, Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, a déclaré qu'il n'était plus sûr de se trouver à Goma.

"Le lac Kivu n'est pas sûr parce qu'il y a de grandes quantités de méthane piégées au fond du lac Kivu et qui pourraient être libérées par le volcan et les tremblements de terre constants qui étaient là tout le temps", a déclaré M. Egeland à la BBC jeudi.

Quelle est la situation sur le terrain en RD Congo ?

Environ 400 000 personnes ont fui Goma par crainte d'une nouvelle éruption volcanique, a déclaré l'ONU vendredi.

L'agence internationale a lancé un appel à "l'aide internationale urgente pour éviter ce qui pourrait être une catastrophe pour les enfants".


Un reporter de la BBC à Goma dit que la ville ressemble à une ville fantôme. Sake, à 20 km de là, est envahie par des personnes déplacées.

D'autres se déplacent vers le Rwanda voisin, le parc national des Virunga et même au-delà du lac Kivu.

Les organisations humanitaires tentent de fournir de la nourriture, des abris, de l'eau et des installations sanitaires.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter