Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 17Article 580444

xxxxxxxxxxx of Wednesday, 17 March 2021

Source: www.bbc.com

Meghan Markle et Prince Harry : 'je ne m'identifie pas à l'histoire de Meghan mais je suis solidaire'

Les propos de Meghan Markle et du prince Harry contre la famille royale britannique, lors de l'interview tant attendue d'Oprah Winfrey le 7 mars dernier, ont déclenché au Royaume-Uni une tempête médiatique sur le racisme, envoyant des ondes de choc à Buckingham Palace qui continue d'alimenter les débats.

L'interview a dominé l'actualité internationale la semaine dernière. L'institution royale a été accusée d'être raciste, d'avoir permis un comportement toxique et de ne pas avoir protégé Meghan lorsqu'elle traversait une crise de santé mentale.

La question au cœur de la polémique place la monarchie et la société britannique dans une situation difficile : la duchesse de Sussex a-t-elle été victime de racisme ?

Pour y répondre, deux parents d'enfants métis nous disent ce qu'ils pensent de ces révélations et nous parlent de leurs expériences personnelles au sein de relations mixtes au Royaume-Uni.

Lors de l'interview diffusée sur la chaine CBS, Meghan Markle affirme que des membres du clan Windsor ont interrogé Harry à plusieurs reprises lorsqu'elle était enceinte au sujet de la couleur de peau de leur futur enfant.

De son côté, Harry a confirmé que le racisme était "en grande partie" la raison pour laquelle le couple a quitté la Grande-Bretagne.

    12 choses que nous avons apprises de l'interview de Meghan à Oprah Meghan accuse le palais de "perpétuer des mensonges" Une afro-américaine dans la famille royale
Ces révélations font porter à la monarchie britannique l'image d'une institution archaïque traditionnellement rigide et institutionnellement raciste.

Mais si ces confessions royales ont initialement fait l'effet d'une bombe, on note un immense fossé entre ceux qui soutiennent Harry et Meghan, et surtout Meghan, et ceux qui la critique, les défenseurs de la monarchie, les propos du couple ayant largement été présentés dans certains médias et réseaux sociaux comme une attaque immorale et mensongère contre la famille royale.

Dans son ensemble, la Monarchie divise. Pour une grande partie des citoyens britanniques, la Monarchie demeure une institution qui garantit une certaine stabilité. Il y a aussi ceux qui la considère comme une institution figée et archaïque.

Et il y a les autres. Ceux qui, installés au Royaume-Uni depuis nombre d'années, en ont adopté la culture, les croyances et le mode de vie.

'Le racisme est souvent invisible'

Zenab Fofana

Directrice financière

Zenab Fofana est une jeune guinéenne qui vit à Londres avec son époux et leurs deux enfants.

Après un séjour d'une semaine au Royaume-Uni, il y a 18 ans, Zenab a décidé de s'y installer "parce que je les [les Anglais] trouvais tolérants et cela s'est reflété dans mon mariage".

En 2018, Zenab a suivi en direct du mariage du Prince Harry et de Meghan Markle en famille. Elle dit avoir été séduite par "l'idée d'un conte de fées moderne" au cœur d'une cérémonie "somptueuse qui faisait rêver".

Ce mariage, synonyme pour elle d'espoir et d'acceptation, "était émouvant, surtout la cérémonie avec les choristes et le révérend américain qui venait faire son sermon. C'était du jamais vu dans la famille royale", ajoute-elle.

    Royaume-Uni : mariage du prince Harry le 19 mai
"Ça dénotait un changement et une tolérance qui est particulière aux Anglais".

Concernant les allégations de racisme au sein de la famille royale, Zenab considère 'qu'on ne pourra jamais vérifier si Meghan a été victime de racisme. Mais c'est son vécu'.

'Lorsque l'on reçoit ce genre de commentaires, on est mal à l'aise', précise Zenab.

'Dans la mesure où je suis moi-même dans un mariage mixte, je peux m'identifier à Meghan Markle. Lorsqu'elle parle de commentaires concernant la couleur de peau de son fils, c'est quelque chose que j'ai vécu personnellement. A l'époque, j'étais jeune et naïve, et je n'ai rien dit. Mais, je le regrette car cela m'a fait beaucoup de peine'.

Pour chaque acte ou parole, Zenab ajoute qu'il faut savoir différencier entre ce qui est dit, parfois de façon maladroite, et la manière dont ces actes ou paroles sont reçues.

"Le racisme est souvent invisible. Je ne sais même pas si la personne qui dit des phrases racistes s'en rend compte".

Pour Zenab, si ce débat est si houleux, "c'est parce que ça réveille des choses chez les gens qui le vivent tous les jours, ce racisme dont on ne parle pas. Que ce soit dans la rue, parmi les amis, sur le lieu de travail... On le vit tous les jours. Souvent on ferme les yeux, on ferme les oreilles et on avance, mais on le vit tous les jours".

"Je les soutiens totalement. Qui voudrait sortir d'un tel conte de fée si ce n'est parce que c'est invivable ?"

"Je pense que c'est important que le débat soit ouvert, qu'on en parle, parce que ce fléau touche à toutes les couches de la société, du palais royal jusque dans nos rues".

'Je ne m'identifie pas à l'histoire de Meghan mais je suis solidaire'

Alhoussein Fadiga

Directeur environnemental

Alhoussein Fadiga est le père de deux enfants. Il est guinéen et vit à Londres, au Royaume-Uni, depuis 20 ans.

En regardant le mariage de Meghan et de Harry a la télévision, Alhoussein s'était dit que la Grande-Bretagne s'ouvrait au monde en accueillant une personne métissée dans leur famille.

"En tant que père d'enfant métis, cette union m'a donné beaucoup d'espoir", dit-il. Il y avait vu un nouveau départ pour le Royaume-Uni, mais aussi pour le monde.

Cela dit, "on ne peut pas se voiler la face", déplore-t-il. "Il faut reconnaitre que la peau noire n'est pas la bienvenue partout. Et même si les portes du palais lui étaient ouvertes et que le mariage ressemblait à un conte de fée, ça ne veut pas dire qu'elle était la bienvenue".

"Qui peut savoir ce qui se passe entre quatre murs ?", s'est-il demandé en regardant l'interview.

Alhoussein ignore si Meghan été victime de racisme mais il pense que de "chercher à savoir quelle sera la couleur de peau d'un enfant métis est un manque total d'éducation".

"Je me suis demandé qui avait pu poser cette question-là. Pour moi, c'est une question insensée. En 2021, avec tout ce qui s'est passé récemment dans le monde, on devrait plutôt appeler à s'accepter et à oublier nos différences", déclare-t-il.

    "Pourquoi j'appelle [ou refuse d’appeler] mes enfants métis"
Selon Alhoussein, on ne peut pas non plus négliger l'influence des tabloïds dans cette affaire, une presse à scandale qualifiée de « toxique » par le Prince Harry.

"Leur ligne éditoriale est souvent plus que limite. Prenons l'exemple de Didier Drogba lorsqu'il faisait sa collecte de fond pour la construction de son hôpital à Abidjan. La manière dont les journaux en parlaient était teintée de racisme", dénonce-t-il.

"Le protocole qui entoure la famille royale a bloqué l'accès à une certaine stabilité pour le couple Meghna/Harry. Mais selon moi, la monarchie reste la monarchie et j'espère que dans le futur certaines choses vont changer".

Lorsqu'on s'installe dans un pays étranger, on s'adapte à la culture et on en adopte peu à peu les codes, les traditions.

Après plus de 20 ans au Royaume-Uni, j'ai cessé de me demander si j'étais pour ou contre la Monarchie. Et surtout, il faut savoir accepter ce qu'on ne peut changer. Ainsi, comme tant d'autres familles en mai 2018, je me suis retrouvée devant mon poste de télévision pour assister au faste mariage de Meghan et du Prince Harry.

J'imagine que beaucoup d'autres familles noires se sont également intéressées de plus près à la famille royale lorsque Meghan est devenue l'épouse du Prince Harry.

Pourquoi ? En tant que femme noire, était-il plus facile de m'identifier à Meghan Markle, une femme métisse, plutôt qu'a Kate Middleton ? Ou étais-je séduite également par l'idée d'un conte de fée moderne dont les images défilaient à l'écran et dont tous les faits et gestes étaient relatés en détails par la presse ?

Pourquoi ne peut-on pas parler de Meghan Markle sans parler de ses origines, de son métissage ? Quelle leçon peuvent tirer nos sociétés modernes ? Du regard que l'on porte sur les autres ?

Si aujourd'hui ces questions restent sans réponse, elles ont fait couler suffisamment d'encre pour ouvrir un réel débat de société.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter