Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 20Article 581560

BBC Afrique of Saturday, 20 March 2021

Source: www.bbc.com

Manifestations au Myanmar : Aung Thura, journaliste de la BBC, en détention

La BBC se dit extrêmement préoccupée et appelle les autorités à l'aider à le retrouver. La BBC se dit extrêmement préoccupée et appelle les autorités à l'aider à le retrouver.

Un reporter de la BBC birmane est arrêté au Myanmar alors que les affrontements se poursuivent entre les forces de sécurité et les manifestants opposés au coup d'État du 1er février.

Aung Thura est emmené par des hommes en civil alors qu'il était en reportage devant un tribunal de la capitale, Nay Pyi Taw.

La BBC se dit extrêmement préoccupée et appelle les autorités à l'aider à le retrouver.

Au moins huit personnes seraient mortes lors des dernières manifestations, qui ont eu lieu dans plusieurs villes.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    Comment l'humanité a marqué la surface de la Terre Samia Suluhu Hassan devient la 1ère femme présidente de la Tanzanie L'agence européenne déclare qu'AstraZeneca est "sûr et efficace"
Aung Thura est emmené avec un autre reporter, Than Htike Aung, qui travaille pour l'agence de presse locale Mizzima. La licence d'exploitation de Mizzima a été retirée par le gouvernement militaire au début du mois.

Les hommes qui ont arrêté les journalistes sont arrivés dans une camionnette banalisée vers midi, heure locale (05h30 GMT), vendredi, et ont demandé à les voir.

La BBC n'a pas pu contacter Aung Thura depuis.

"La BBC prend très au sérieux la sécurité de tout son personnel au Myanmar et nous faisons tout ce que nous pouvons pour retrouver Aung Thura", annonce la société dans un communiqué.

"Nous appelons les autorités à aider à le localiser et à confirmer qu'il est en sécurité". Aung Thura est un journaliste accrédité de la BBC qui a de nombreuses années d'expérience dans la couverture des événements à Nay Pyi Taw."

Quarante journalistes ont été arrêtés depuis le coup d'État militaire et plusieurs dirigeants civils élus sont également détenus, dont Aung San Suu Kyi.

Seize personnes sont toujours en détention et l'armée a retiré les licences de cinq entreprises de médias.

Les huit personnes tuées vendredi ont été abattues par les forces de sécurité dans la ville centrale d'Aungban, selon un directeur de morgue et les médias locaux.

"Les forces de sécurité sont venues enlever les barrières mais les gens ont résisté et ils ont tiré des coups de feu", explique un témoin à l'agence de presse Reuters.

Lire aussi :

    Un journaliste de la BBC détenu par l'armée éthiopienne "Magufuli a conduit la Tanzanie au désastre", selon Tundu Lissu Pourquoi Spike Lee sera le premier Noir à présider le jury de Cannes
Selon des informations en provenance de Yangon, les rues sont encombrées, de nombreuses personnes tentant de fuir les violences dans la principale ville du pays.

La police y forcerait également les gens à enlever les barricades érigées par les manifestants.

Les violences post-coup d'État ont coûté la vie à au moins 232 Birmans, selon l'Association d'assistance aux prisonniers politiques. L'un des jours les plus sanglants a été le 14 mars, où 38 personnes ont été tuées.

Profil du Myanmar

    Le Myanmar est devenu indépendant de la Grande-Bretagne en 1948. Pendant la majeure partie de son histoire moderne, le pays a été soumis à un régime militaire. Les restrictions ont commencé à s'assouplir à partir de 2010, ce qui a conduit à des élections libres en 2015 et à l'installation d'un gouvernement dirigé par la leader de l'opposition Aung San Suu Kyi l'année suivante. En 2017, l'armée du Myanmar a répondu à des attaques de militants rohingyas contre la police par une répression meurtrière, poussant plus d'un demi-million de musulmans rohingyas à traverser la frontière pour se réfugier au Bangladesh, dans ce que l'ONU a ensuite qualifié d'"exemple classique de nettoyage ethnique".
Vous pourriez être intéressé par :