Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 10Article 578719

BBC Afrique of Wednesday, 10 March 2021

Source: bbc.com

Les épouses mineures Covid : ''Ma famille m'a dit de me marier à 14 ans''

Un nouveau rapport de l'Unicef publié lundi indique que des millions de filles mineures risquent d'être contraintes au mariage dans le monde en raison de la pandémie de coronavirus.

"Ma famille m'a dit que je ne devais pas dire non à une telle offre, car le garçon qui voulait m'épouser était issu d'une famille aisée", a déclaré Abeba, 14 ans, à la BBC.

Il y a quelques mois à peine, sa mère et ses frères et sœurs faisaient pression sur elle pour qu'elle accepte un prétendant, qu'elle se marie et aide à atténuer les tensions financières de la famille pendant la pandémie de Covid-19.

Abeba veut devenir médecin, mais à South Gondar, sa ville natale, en Éthiopie, sa future éducation est incertaine.

Rabi, 16 ans, est toujours scolarisée à l'école secondaire de Gusau, au Nigéria, mais quatre de ses amis proches ont été mariées pendant la pandémie et sa mère pense qu'elle devrait faire de même.

"Deux de nos voisins se marieront cette semaine, Insha'Allah. Je ne savais tout simplement pas que mon tour viendrait si tôt", a déclaré Rabi.

Et ces perspectives de mariage entre mineurs sont loin d'être inhabituelles. Au cours de la dernière décennie, 10 millions de filles s ont été exposées au mariage forcé à cause de Covid, selon un nouveau rapport de l'Unicef.

Selon les estimations de l'Unicef, avant même que la pandémie ne frappe, on prévoyait que 100 millions d'enfants auraient été forcés de se marier au cours des 10 prochaines années. Mais maintenant, ce chiffre est encore plus élevé, avec une augmentation prévue de 10 %.

A lire aussi :

    Que cache la Journée internationale de la femme ? Journée internationale de la femme : voici cinq choses que vous devez savoir
    La façon occidentale d'élever les enfants est-elle bizarre ?
Les fermetures d'écoles dans le monde, le ralentissement économique et l'interruption des services de soutien aux familles et aux enfants ont rendu les filles plus susceptibles d'ici 2030de devenir épouses avant l'âge adulte légal, indique le rapport.

"Ces chiffres nous disent que le monde devient un endroit plus difficile pour les filles", a déclaré à la BBC Nankali Maksud, conseiller principal pour la prévention des pratiques néfastes à l'Unicef.

Abeba a déclaré qu'elle avait réussi à sortir de son mariage arrangé parce qu'elle avait conquis son père.

"Ma mère et mes frères, ils ont continué à me pousser à me marier. Ils ont finalement cédé quand ma famille a obtenu des conseils et que des hauts responsables les ont persuadés de changer d'avis".

Mais pour Rabi (ce n'est pas son vrai nom), la menace est toujours présente. Elle vit dans une zone agricole à Damba, une colonie haoussa-peul dans le nord du Nigéria, où les jeunes filles se marient dès qu'elles ont un prétendant.

"Pour moi, tout a commencé pendant le confinement, lorsque mes jeunes frères jouaient à un jeu d'orthographe, et j'ai décidé de les rejoindre", a déclaré l'adolescente de 16 ans.

La mère de Rabi s'est fâchée après le jeu. Elle lui a dit : "Vous avez perdu suffisamment de temps à l'école ! Ce sont tes petits frères qui doivent t'apprendre !"

    Lauréate africaine en sciences : "les femmes sont aussi douées que les hommes"
Sa mère a poursuivi : "A présent, toutes les filles de votre année scolaire ont été mariées. Je vais demander à Shafi'u [le prétendant de Rabi] d'envoyer ses parents demander officiellement ta main en mariage".

Ses amis Habiba, Mansura, Asmau et Raliya se sont mariées au cours de l'année écoulée pour alléger les difficultés économiques de leur famille.

Une femme du quartier qui est amie avec la mère de Rabi ne comprend pas la réticence de la fille. "Qu'est-ce qu'un parent attendrait d'autre ?" a-t-elle déclaré à la BBC. "Je n'ai pas les moyens de payer les études de ma fille. Le mariage est une chance pour une fille de s'installer, et il y aura moins de monde à la maison."

Tendance réversible

Depuis 2011, la proportion de filles mariées avant l'âge adulte légal a globalement baissé de 15 %, mais ces progrès sont aujourd'hui menacés par la pandémie, rapporte l'Unicef.

"Nous faisions des progrès au niveau mondial dans la réduction des mariages d'enfants. Pas encore assez pour atteindre notre objectif de l'éliminer, mais nous allions dans la bonne direction", a déclaré Mme Maksud.

"Mais Covid nous a mis encore plus en retrait. La vie des adolescentes dans le monde s'est détériorée".

Il y a cependant quelques tendances positives reflétées dans le rapport. Bien que le mariage des enfants soit encore une pratique courante dans certaines régions du monde, il devient de moins en moins courant là où les bonnes mesures sont mises en place.

Et l'augmentation récente du nombre projetée à la suite de la pandémie pourrait être inversée, selon les experts.

Les mariages d'enfants peuvent-ils être évités ?

Les experts estiment que les mariages d'enfants pourraient être évités grâce à des interventions sociales opportunes.

"Et l'exemple parfait est l'Inde. Au cours des 30 dernières années, l'Inde a mis en place d'énormes programmes nationaux de transferts monétaires", a déclaré Mme Maksud. En conséquence, les familles indiennes ont reçu une compensation financière pour ne pas marier leurs filles mineures.

De plus, si le mariage ne peut être évité mais qu'il est plutôt retardé, les effets sont toujours bénéfiques pour une communauté.

"C'est vraiment important, car nous permettons à ces filles de terminer leurs études, d'avoir des options dans leur vie, d'acquérir des compétences et, par conséquent, nous sommes plus susceptibles d'arrêter le cercle de la pauvreté", a déclaré Mme Maksud.

    "Il n'y a pas de lien direct ou indirect entre la richesse d'un pays et son niveau de démocratie"

Après la pandémie

Il y a trois éléments clés qui doivent être abordés pour inverser la tendance des épouses mineures Covid, a déclaré Mme Maksud à la BBC.

"Tout d'abord, ramenez les filles à l'école de la manière la plus sûre possible", a déclaré Mme Maksud, ou donnez-leur la chance de développer des compétences telles que l'apprentissage d'un métier.

"Nous devons également nous attaquer à l'impact économique de Covid dans les ménages pauvres, afin que le fardeau financier ne soit pas atténué par la vente ou le mariage des filles."

Mme Maksud, conseillère de l'Unicef, a également souligné que la grossesse chez les adolescentes est un moteur important des mariages de mineurs.

"Il est donc vital que les services de santé sexuelle et reproductive reprennent pour que les filles puissent y accéder et avoir les informations et l'assistance dont elles ont besoin pour pouvoir faire les bons choix."

Se faire aider

En Ethiopie, Abeba espère que ses amis resteront à l'école avec elle et éviteront les mariages arrangés avant leur diplôme.

Mekdes, 14 ans, rêve de devenir ingénieur.

"Pendant que nous restions à la maison (pendant le confinement), j'ai entendu mes parents parler de me marier à un garçon que je ne connaissais même pas", a-t-elle déclaré à la BBC.

"J'ai dit que je ne voulais pas me marier et que je voulais étudier, mais ils ne voulaient pas écouter".

    Ce que nous savons de ce nouvel enlèvement de plus de 300 écolières à Zamfara
"J'ai attendu la réouverture de notre école et je l'ai dit au directeur", a déclaré l'adolescente.

"Il a informé les autorités locales et ils l'ont déconseillé à mes parents".

Ses parents ont maintenant juré de ne pas la marier avant ses 18 ans.

"Le service de conseil aide beaucoup dans notre communauté. Il y a même maintenant un système permettant à la police de poursuivre les parents s'ils disent non et insistent pour nous marier"

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter