Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 23Article 598267

xxxxxxxxxxx of Sunday, 23 May 2021

Source: www.bbc.com

Les longues heures de travail tuent 745 000 personnes par an, selon une étude

Les longues heures de travail tuent des centaines de milliers de personnes par an, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La première étude mondiale de ce type montre que 745 000 personnes sont décédées en 2016 d'un accident vasculaire cérébral ou d'une maladie cardiaque en raison des longues heures de travail.

Le rapport révèle que les personnes vivant en Asie du Sud-Est et dans la région du Pacifique occidental étaient les plus touchées.

L'OMS indique également que la tendance pourrait s'aggraver en raison de la pandémie de coronavirus.

L'étude montre que le fait de travailler 55 heures ou plus par semaine est associé à une augmentation de 35 % du risque d'accident vasculaire cérébral et de 17 % du risque de mourir d'une maladie cardiaque, par rapport à une semaine de travail de 35 à 40 heures.

L'étude, menée en collaboration avec l'Organisation internationale du travail (OIT), souligne également que près des trois quarts des personnes décédées à la suite de longues heures de travail étaient des hommes d'âge moyen ou plus âgés.

Souvent, les décès sont survenus bien plus tard dans la vie, parfois des décennies plus tard.


"Je ne passe plus toute la journée sur Zoom".

Il y a cinq semaines, un message posté sur LinkedIn par Jonathan Frostick, 45 ans, a fait l'objet d'une large publicité car il décrivait comment il avait pris conscience de ses longues heures de travail.

Ce responsable de programme réglementaire travaillant pour HSBC venait de s'asseoir un dimanche après-midi pour se préparer à la semaine de travail à venir lorsqu'il a ressenti une douleur dans la poitrine, un élancement dans la gorge, la mâchoire et le bras, et des difficultés à respirer.

"Je suis allé dans la chambre pour m'allonger et j'ai appelé ma femme qui a téléphoné au 999", raconte-t-il.

Tout en se remettant de sa crise cardiaque, M. Frostick a décidé de restructurer son approche du travail. "Je ne passe plus toute la journée sur Zoom", explique-t-il.

Son article a touché une corde sensible chez des centaines de lecteurs, qui ont partagé leur expérience du surmenage et de ses conséquences sur leur santé.

M. Frostick ne blâme pas son employeur pour les longues heures de travail qu'il effectuait, mais un internaute témoigne : "les entreprises continuent de pousser les gens vers leurs limites sans se soucier de votre bien-être personnel".

HSBC indique que tout le monde à la banque souhaite à M. Frostick un rétablissement complet et rapide.

"Nous reconnaissons également l'importance de la santé et du bien-être personnels et d'un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Au cours de l'année dernière, nous avons redoublé d'efforts en matière de santé et de bien-être.

"La réponse à ce sujet montre à quel point ce sujet est présent dans l'esprit des gens et nous encourageons chacun à faire de sa santé et de son bien-être une priorité absolue."Bien que l'étude de l'OMS ne couvre pas la période de la pandémie, les responsables de l'OMS estiment que l'essor récent du travail à distance et le ralentissement économique peuvent avoir augmenté les risques liés aux longues heures de travail.

"Nous disposons de certains éléments qui montrent que lorsque les pays se mettent en situation de confinement national, le nombre d'heures travaillées augmente d'environ 10 %", précise Frank Pega, agent technique de l'OMS.

Selon le rapport, on considère que les longues heures de travail sont responsables d'environ un tiers de toutes les maladies liées au travail, ce qui en fait la plus grande charge de morbidité professionnelle.

Selon les chercheurs, l'allongement de la durée du travail peut avoir deux conséquences néfastes sur la santé : d'une part, par des réactions physiologiques directes au stress et, d'autre part, parce qu'en raison de l'allongement de la durée du travail, les travailleurs sont plus susceptibles d'adopter des comportements néfastes pour la santé, tels que la consommation de tabac et d'alcool, le manque de sommeil et d'exercice et une alimentation malsaine.

Andrew Falls, 32 ans, ingénieur de service basé à Leeds, affirme que les longues heures de travail chez son précédent employeur ont eu des répercussions sur sa santé mentale et physique.

"Les semaines de 50 à 55 heures étaient la norme. J'étais aussi loin de chez moi pendant des semaines".

"Stress, dépression, anxiété, c'était un chaudron de mauvaises boucles de rétroaction", dit-il. "J'étais dans un état constant d'épuisement."

Au bout de cinq ans, il a quitté son emploi pour se reconvertir en ingénieur logiciel.

Selon l'OMS, le nombre de personnes travaillant de longues heures était en augmentation avant que la pandémie ne frappe, et représentait environ 9 % de la population mondiale totale.

Au Royaume-Uni, l'Office for National Statistics (ONS) a constaté que les personnes travaillant à domicile pendant la pandémie effectuaient en moyenne six heures supplémentaires non rémunérées par semaine.

Les personnes qui ne travaillaient pas à domicile effectuaient en moyenne 3,6 heures supplémentaires par semaine, selon l'ONS.

L'OMS suggère que les employeurs devraient désormais en tenir compte lorsqu'ils évaluent les risques pour la santé de leurs travailleurs.

Le plafonnement des heures de travail serait bénéfique pour les employeurs car il a été démontré que cela augmentait la productivité, explique M. Pega.

"C'est vraiment un choix intelligent de ne pas augmenter les longues heures de travail en période de crise économique".

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter