Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 23Article 582403

BBC Afrique of Tuesday, 23 March 2021

Source: www.bbc.com

Les aventures de Jane Dieulafoy, la Française qui a enfreint la loi en portant un pantalon et découvert de fabuleux trésors persans

Sa vie a été une aventure, commençant par une guerre et se terminant par une autre Sa vie a été une aventure, commençant par une guerre et se terminant par une autre

"Ce gentil garçon est-il une femme ?" demande le Shah de Perse au colonel Dieulafoy, qui se trouve sur ses terres pour faire des fouilles archéologiques. "Certainement, votre majesté," répondit le Français, "c'est Madame Dieulafoy, ma chère épouse."

Ils parlaient de Jane Dieulafoy, célèbre dans le folklore populaire de la fin du XIXe siècle comme "la dame qui s'habille en homme", qui formait, avec son mari Marcel, un couple insolite et scandaleux.

Mais au-delà de cela, cette dame a attiré l'attention pour d'autres raisons, notamment pour ses talents, et elle a gagné l'admiration de beaucoup en tant qu'auteur, exploratrice et archéologue, au point que le New York Times l'a décrite comme "la femme la plus remarquable de France et peut-être de toute l'Europe" dans sa nécrologie en mai 1916.

Sa vie a été une aventure, commençant par une guerre et se terminant par une autre.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    "Aucune indication que le vaccin d'Oxford est lié à la formation de caillots sanguins" "Quand j'ai vu la mare de sang, je me suis dit: mon enfant est mort" CAF : pourquoi le choix de Motsepe et l’intervention de la Fifa irritent les amateurs de football? La généticienne qui lutte pour aider à revenir à une vie normale Hamed Bakayako: ces choses que vous ne saviez pas sur lui et qui l'ont rendu populaire?

Tireur d'élite

Jeanne Henriette Magre est née à Toulouse en 1851 et a fait ses études dans un couvent près de Paris jusqu'à ce qu'elle épouse, en mai 1870, l'ingénieur civil Marcel-Auguste Dieulafoy.

Pour la plupart des femmes de son époque et de sa classe, la description ci-dessus, suivie d'un peu plus d'informations sur le nombre d'enfants qu'elle avait et peut-être d'un ou deux autres détails, aurait résumé leur vie.

Dans le cas de celle qui est devenue à partir de ce moment-là Jane Dieulafoy, ce n'était que le début.

Jane et Marcel partageaient un grand appétit de connaissance et d'exploration, et dès le début, ils ont convenu que leur mariage était un lien d'égal à égal.

    Les 100 femmes d'exception
La première épreuve de ces vœux a lieu trois mois plus tard, lorsque la guerre franco-prussienne éclate.

Marcel s'est engagé comme capitaine du génie, et Jane ne se contente pas de rester à la maison à l'attendre. Elle est déterminée à l'accompagner mais n'a pas l'intention d'assumer le seul rôle autorisé aux femmes pendant la guerre : celui de cantinières, qui apportent de la nourriture et de l'eau aux soldats.

    100 Femmes : Les femmes ont-elles brisé le plafond de verre de l'agriculture ?
C'est alors qu'elle adopte pour la première fois l'image qui la caractérisera : elle se coupe les cheveux courts et s'habille avec des vêtements d'homme, ce qui est illégal à Paris, les femmes étant interdites de porter des pantalons depuis 1800 (loi officiellement abrogée en 2013).

Elle est partie avec son mari en se faisant passer pour son assistante et, comme elle avait appris à tirer, elle a réussi à se faire respecter en tant que tireur d'élite (francotirador-a), sans que l'on découvre qu'il manquait un "a" à la fin du mot..

Collaboratrice

Après la défaite de la France en janvier 1871, les Dieulafoys reprennent leur vie "normale" : Marcel reprend son travail d'ingénieur et Jane se laisse pousser les cheveux longs et porte ses robes longues.

Plusieurs années s'écoulent, ponctuées de voyages en Égypte et au Maroc, où ils assouvissent leur intérêt pour l'art, l'architecture et la culture du Moyen-Orient, jusqu'à ce qu'en 1879, ils décident de réaliser leur rêve de se rendre en Perse.

Marcel a pris un congé de son travail et Jane a commencé à étudier le farsi et la photographie.

Au début de l'année 1881, ils entreprennent un voyage qui les mènera sur 6 000 kilomètres, dont une grande partie à cheval, jusqu'à Suse, une fouille archéologique en Perse qui s'avère être le site d'une capitale régionale vieille de 6 000 ans.

Jane, qui avait alors 30 ans, allait devenir le collaborateur de Marcel, car, écrit-elle, "un collaborateur féminin aurait été une nuisance".

Utilisant de faux noms et s'habillant à nouveau en homme, non seulement pour ne pas avoir à se conformer aux restrictions imposées aux femmes dans la région, mais aussi parce que c'était tout simplement plus confortable, Jane a voyagé avec son mari dans des endroits qui étaient alors peu connus.

    100 Femmes : Les femmes peuvent-elles changer le monde en une semaine ?
En janvier 1882, ils arrivent à Sousse, mais les fortes pluies ne laissent aucun répit à l'exploration.

Pendant des mois, ils ont lutté contre les maladies, les insectes et les voleurs, et comme ils étaient épuisés, ainsi que leurs fonds, ils ont décidé de partir, avec la ferme intention de revenir.

Tour du monde

Le voyage avait été épique.

Ils étaient allés de Marseille à Athènes, Istanbul, Poti, Erevan, Jolfā, Tabrīz, Qazvīn, Téhéran, Ispahan, Persepolis, Shiraz, Sarvestān, Fīrūzābād, et Suse en passant par Būšehr et la Mésopotamie.

Et Jane avait consigné ce voyage dans des journaux intimes remplis de précieuses illustrations, de photographies et de riches descriptions de lieux méconnus, par sa fascination pour... tout : l'histoire et l'archéologie, les arts, l'architecture et l'artisanat, l'ethnologie et le folklore, la géographie, l'économie et la politique.

Et pour le peuple, des muletiers aux hauts fonctionnaires en passant par le chah.

À son retour, ses journaux sont publiés par le magazine de voyage français Le Tour du Monde, et le public tombe à ses pieds.

Sa vocation d'écrivain est devenue évidente après qu'elle se soit révélée être une conteuse talentueuse, pleine d'humour et de perspicacité. Ses livres sur l'expédition ont été des best-sellers.

Avec le temps, elle a également été admirée en tant que sociologue et journaliste, ainsi qu'en tant qu'auteur de fiction, et même librettiste d'un opéra créé par l'éminent musicien français Camille Saint-Saëns, d'après son roman "Parisátide" sur l'ancienne reine perse.

L'Académie française a célébré plusieurs de ses œuvres mais Dieulafoy n'a pas reçu de prix littéraires, car ils n'étaient pas autorisés pour les femmes, jusqu'à ce que, en 1904, 22 femmes écrivains, dont elle, fondent le prix Femina.

Elle a toutefois reçu la Légion d'honneur, l'une des plus hautes distinctions de la nation française, après que Marcel et elle eurent rempli leur mission de retour à Sousse en 1884.

Archers et lions

Cette fois, les Dieulafoy ont voyagé avec le soutien officiel du Musée du Louvre et du gouvernement français.

Ils sont arrivés à Suse plus de trois décennies après que l'archéologue britannique William Kennett Loftus l'ait identifié comme le site biblique de Shushan et ait fait un plan des ruines, qui comprenaient la tombe du prophète Daniel, et des fouilles dans lesquelles il a trouvé l'apadana (salle d'audience) d'un palais construit par le roi perse Darius I (522-486 av. J.-C.).

Sous la promesse de ne pas perturber la tombe de Daniel, et avec l'approbation de Naser al-Din, Shah de Perse, les Dieulafoy commencent les fouilles qui les mèneront à déterrer "le passé glorieux des grands rois de mes propres mains", comme l'écrit Jane.

Outre les fragments des colonnes de 21 mètres qui soutenaient l'apadana et les restes des têtes de taureau qui les couronnaient, deux pierres précieuses exceptionnelles ont été mises au jour sous le sable qui s'était déposé depuis l'époque de Darius Ier, lorsque l'Empire perse a atteint son apogée, s'étendant du Nil et de la mer Égée à l'ouest jusqu'au Pakistan moderne.

Il s'agit de belles frises en briques vernissées qui décoraient le palais, dont Jane a marqué les morceaux avec une méthode qu'elle a mise au point afin de les reconstituer au Louvre.

Quand elle a assemblé les puzzles, l'un d'eux montrait des lions rugissants. Les autres, des guerriers rutilants chargés de flèches, d'arcs et de lances.

Les découvertes à Sousse n'étaient pas le seul héritage du voyage.

Les méthodes innovantes que Jane a développées pour gérer le travail des excavateurs et pour cataloguer et stocker les découvertes ont ensuite été utilisées par d'autres archéologues, dont le célèbre égyptologue Howard Carter, qui a découvert la tombe de Toutankhamon.

Retour triomphant

C'est à son retour que le président de la République française a remis à Jane Dieulafoy la Légion d'honneur et le titre de "Chevalier".

C'est alors que, déterminée à ne pas renoncer à la liberté de s'habiller en homme et à la sécurité qu'elle ressentait lorsqu'elle n'était pas identifiée comme une femme, elle a adressé une pétition au gouvernement français et a obtenu l'autorisation officielle de porter un pantalon.

Les Dieulafoy ne sont jamais retournés en Perse, mais cela ne signifie pas qu'ils ont cessé de voyager et de découvrir des lieux qu'ils ont ensuite fait découvrir à leurs lecteurs.

Leur intérêt s'est déplacé vers la péninsule ibérique, et Jane a capturé ses impressions dans les ouvrages "Aragon et Valence" et "Castille et Andalousie", ainsi que dans d'autres écrits pour des magazines et des journaux.

Lorsque les premiers signes de la Première Guerre mondiale sont apparus, Jane a écrit une lettre ouverte, adressée au ministre français de la Guerre, demandant le "grand honneur" d'être appelée à être la première des femmes à s'engager pour défendre sa patrie.

La lettre a été publiée en première page du Figaro, suivie d'un commentaire dérisoire de la rédaction notant que le "courage viril" de Madame Dieulafoy était connu mais que les "hommes pusillanimes" en France pouvaient faire face au danger sans son aide.

Réalisant que l'idée était trop avancée pour l'époque, elle a lancé un projet visant à employer des femmes dans l'armée à des postes administratifs afin de libérer des hommes qui pourraient aller au front.

Mais ni le gouvernement ni l'armée n'ont accepté.

Au début de la guerre, Marcel Dieulafoy, malgré son âge avancé, s'est porté volontaire et, comme l'armée avait besoin de lui pour construire les bâtiments hospitaliers et autres bâtiments de soutien, il a été affecté au Maroc.

    Les femmes journalistes harcelées en Somalie
Et, malgré son âge avancé, Jane l'a accompagné, contrevenant ainsi à un décret gouvernemental qui stipulait que les femmes devaient rester à la maison.

À Rabat, Jane a passé ses journées à fouiller et à restaurer la mosquée Hassan, ainsi qu'à aider à soigner les soldats blessés. Dans les conditions insalubres des hôpitaux, Jane a contracté une dysenterie amibienne.

Elle en est morte à l'âge de 65 ans en 1916. Marcel est mort de la même maladie quatre ans plus tard.

Regarder :