Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 07Article 617503

BBC Afrique of Tuesday, 7 September 2021

Source: www.bbc.com

Les 'Sept de Martinsville', le groupe de jeunes hommes noirs graciés 70 ans après leur exécution

Un groupe d'hommes noirs gracié à titre posthume Un groupe d'hommes noirs gracié à titre posthume

Près de soixante-dix ans ans après leur exécution, ils ont été graciés pour un crime qu'ils n'ont pas commis, selon certains. Du moins, pour ce que d'autres estiment être une peine excessive en raison de la couleur de leur peau.

Le gouvernement de Virginie, aux États-Unis, a décidé cette semaine de gracier à titre posthume un groupe d'hommes noirs qui avaient été envoyés à la chaise électrique en 1951 après avoir été accusés de viol par une femme blanche.

Les jeunes hommes, connus sous le nom des "Sept de Martinsville", ont été condamnés par un tribunal composé uniquement d'hommes blancs, et les preuves de leur implication présumée dans le viol n'ont jamais été données.

Cependant, même le président américain de l'époque, Harry S. Truman, n'a pas entendu les appels à la clémence lancés dans tout le pays, y compris les manifestations organisées à Washington DC pour empêcher les exécutions.

Aujourd'hui, le gouverneur de Virginie, Ralph Northam, a décidé de signer les grâces posthumes "en reconnaissance" du fait qu'ils ont été jugés sans procédure régulière.

"Nous méritons tous un système de justice pénale qui soit équitable, juste et qui fonctionne bien, peu importe qui vous êtes ou à quoi vous ressemblez. Si nous ne pouvons pas changer le passé, j'espère que l'action d'aujourd'hui leur apportera un peu de paix", a déclaré M. Northam dans un communiqué.

Depuis les exécutions, les membres des familles des "sept" ont fait campagne pour tenter de blanchir les noms des jeunes hommes, qui, selon eux, n'ont pas bénéficié d'une procédure régulière lors de leur procès.

Bien que le gouvernement de Virginie n'ait pas reconnu leur "innocence", M. Northam considère la grâce comme un aveu des "erreurs" commises lors des procès.

Que s'est-il passé ?

Les événements qui ont conduit à l'électrocution des jeunes hommes ont eu lieu dans le quartier majoritairement noir de Martinsville, en Virginie.

Au début de 1949, une femme se rendant à l'église, Ruby Stroud Floyd, âgée de 32 ans, est entrée dans une partie dangereuse du quartier.

Lire aussi

  • La CEDEAO et l'UA exigent la libération immédiate d'Alpha Condé
  • La légende des braves guerrières du Bénin
  • Qui est le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya?
  • "Ils m'ont dit que j'étais trop jeune pour ce poste"
Peu de temps après, elle a déclaré que 13 hommes noirs l'avaient violée.

Sur la base de son récit des événements, la police a arrêté deux jeunes hommes cette nuit-là et cinq autres dans les jours suivants.

Il s'agissait de Frank Hairston Jr. et Lee Hairston, tous deux âgés de 18 ans ; Booker T. Millner et Joe Henry Hampton, 19 ans ; James Luther Hairston, 20 ans ; John Claybon Taylor, 21 ans ; et Francis DeSales Grayson, 37 ans.

Selon la compilation historique de BlackPast.org, Floyd a reconnu Grayson et Hampton comme ses violeurs présumés, mais n'a pas identifié les autres.

Cependant, les "Sept de Martinsville" ont avoué avoir commis le viol ou en avoir été témoins après avoir été interrogés par la police, sans la présence de leurs avocats.

Dans de nombreux cas de l'histoire des États-Unis, des hommes noirs ont été accusés de violer des femmes blanches et beaucoup ont été forcés d'avouer le crime.

Une autre affaire célèbre, celle des "Central Park Five", a récemment été portée à l'écran par Netflix.

Des doutes sur la régularité de la procédure

Bien que l'affaire ait été controversée au fil des ans et que l'innocence de tous les membres du groupe soit contestée, la quasi-totalité des parties s'accorde à dire que les jeunes hommes n'ont pas bénéficié d'une procédure régulière.

Aucun procès n'a duré plus d'un jour et la plus longue délibération du jury a duré moins de deux heures (la plus courte a duré un peu plus d'une demi-heure).

Bien que les avocats de la défense aient fait valoir des circonstances atténuantes, les jurés ont rapidement déclaré chaque accusé coupable et l'ont condamné à être exécuté sur la chaise électrique.

Tous les accusés n'ont pas été autorisés à lire les aveux qu'ils avaient signés.

Après que les avocats de la défense ont épuisé la procédure d'appel, la Cour suprême des États-Unis a refusé à deux reprises de juger l'affaire.

Au début de février 1951, les quatre premiers ont été exécutés, à quinze minutes d'intervalle, et les autres trois jours plus tard.

Leur exécution est considérée comme la plus importante pour le délit de viol, dans l'histoire des États-Unis.

Selon les données du bureau du gouverneur, les 45 prisonniers exécutés pour viol entre 1908 et 1951 en Virginie étaient tous des hommes noirs.

Près de deux décennies après l'exécution des "sept", la Cour suprême elle-même a jugé que la peine capitale pour un viol n'ayant pas entraîné la mort de la victime était un châtiment cruel et inadmissible.

Selon un récit paru dans le Minnesota Daily, la veille de son exécution, l'un des plus jeunes des "sept" a déclaré : "Dieu sait que je n'ai pas touché cette femme. Je te verrai de l'autre côté."