Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 05Article 595639

BBC Afrique of Wednesday, 5 May 2021

Source: www.bbc.com

Le mystère non résolu de 'la porte des étoiles' du Sri Lanka

Le mystère non résolu de 'la porte des étoiles' du Sri Lanka Le mystère non résolu de 'la porte des étoiles' du Sri Lanka

La ville sacrée d'Anuradhapura, au Sri Lanka, est un endroit peu propice à une histoire fantastique d'OVNIs et d'événements d'un autre monde.

Connu localement sous le nom de Rajarata (terre des rois), ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco a été le premier royaume établi sur l'île (en 377 avant J.-C.) et est au cœur de la culture bouddhiste du Sri Lanka.

Aujourd'hui, c'est l'un des lieux les plus visités du pays, attirant des pèlerins dévoués de tout le pays vers ses anciens temples bouddhistes et ses stupas géants en forme de dôme.

Mais cette ville sainte abrite également quelque chose de bien plus curieux. C'est ici, dans le Ranmasu Uyana (Golden Fish Park), un ancien parc urbain de 40 hectares entouré de trois temples bouddhistes, que se trouve un tableau qui serait une carte permettant de percer les secrets de l'Univers.

Mesurant environ 1,8 m de diamètre, le Sakwala Chakraya (qui se traduit par "cycle de l'univers" en cingalais) est sculpté à faible profondeur sur une paroi rocheuse basse parmi les ruines du parc protégé. Sa façade avant n'est visible que depuis le niveau du sol. En fait, quatre sièges ont été sculptés dans une surface rocheuse plate située en face, offrant ainsi une zone d'observation idéale. La carte et les sièges, dont l'origine est également mystérieuse, intriguent historiens, archéologues et universitaires depuis plus d'un siècle.

"Le Ranmasu Uyana a été utilisé pendant une période prolongée de l'histoire", a indiqué le professeur Raj Somadeva, professeur principal d'archéologie à l'université de Kelaniya, au Sri Lanka. "La deuxième grande phase de développement semble avoir commencé au 7ème siècle de notre ère. Au cours de cette période, plusieurs nouveaux bâtiments ont été ajoutés à l'aménagement antérieur du jardin. Le tableau pourrait être une œuvre de cette période, mais il est impossible de le savoir car son existence, sa fonction ou tout ce qui s'y rapporte n'est mentionné dans aucun document historique, qui était méticuleusement conservé par les moines bouddhistes."

Si l'on sait peu de choses sur la carte et sa fonction, l'iconographie est incompatible avec d'autres sculptures de la période d'Anuradhapura (IIIe-Xe siècle de notre ère). Le centre de la carte est constitué de sept cercles concentriques divisés par des lignes parallèles verticales et horizontales. Des compartiments rectangulaires contiennent de petits cercles croisés. Pour un œil non averti, il y a des figures ressemblant à des parapluies ou des arcs et des flèches, un cerf-volant, des lignes ondulées et des formes cylindriques. Un anneau extérieur représente des animaux marins : poissons, tortues, hippocampes.

Comparé à d'autres sculptures de la même période, comme le Sandakada Pahana, qui représente des vignes, des cygnes et un lotus, tous typiques de l'iconographie bouddhiste, le tableau est dépourvu de contexte religieux, ce qui le laisse sans explication évidente quant à la raison de sa présence.

Cela a laissé le champ libre aux spéculations en ligne. Avant l'avènement d'Internet, la carte ne suscitait guère d'intérêt au Sri Lanka. On pense qu'elle a survécu ici, nichée au bord d'un rocher, après la chute du royaume d'Anuradhapura. Elle n'a rien de remarquable par rapport à son environnement époustouflant, avec ses deux étangs et ses pavillons de bain qui auraient été utilisés par les rois. En fait, si des extraterrestres sont arrivés sur Terre par ici, ils n'auraient pas pu choisir un endroit plus agréable : ces temples sacrés, recouverts d'une épaisse jungle tropicale, sont pour la plupart inhabités et protégés par les autorités.

Le premier universitaire à noter l'importance archéologique de la carte fut H C P Bell, un fonctionnaire britannique nommé premier commissaire à l'archéologie de Ceylan (l'ancien nom du Sri Lanka). Bell a inclus une description de la carte dans son rapport de 1911 pour le gouverneur de Ceylan, où il conclut que "cette ancienne 'carte du monde', peut-être la plus ancienne qui existe, est d'un intérêt tout à fait extraordinaire. Sa présence... témoigne de l'ancienneté des connaissances astronomiques encore pratiquées dans certains monastères bouddhistes de Ceylan".

Bien que la carte ne ressemble pas à une carte au sens moderne du terme, Bell écrit qu'elle représente "une carte cosmographique ancienne illustrant dans la plus grande simplicité les notions bouddhistes de l'univers". Sur la base de sa connaissance du bouddhisme sur l'île, il a interprété les cercles, les symboles et la vie marine de la carte comme signifiant la Terre, les mers, l'espace et l'Univers.

Si, pendant de nombreuses années, les discussions autour de la carte sont restées confinées dans les cercles universitaires en raison de son emplacement historique important, l'explosion du partage de photos sur les médias sociaux ces dernières années a mis le mystère sous les projecteurs du monde entier. Les touristes aux yeux d'aigle ont remarqué les parallèles entre la carte d'Anuradhapura et des sites similaires dans d'autres pays, que certains considèrent comme des portes des étoiles - d'anciennes portes par lesquelles les humains pouvaient entrer dans l'Univers. Leur théorie veut que la carte contienne le code secret permettant de déverrouiller le portail.

Les théoriciens du complot ont noté que la porte des étoiles d'Anuradhapura avait des formes et des symboles presque identiques à ceux trouvés à Abu Ghurab en Égypte et à La Puerta de Hayu Marka au Pérou. La similitude la plus frappante, a-t-on dit, alors que les spéculations sur la porte des étoiles du Sri Lanka atteignaient leur paroxysme, est sa proximité avec l'eau. Le réservoir voisin de Tissa Weva, construit en 300 avant J.-C., a été présenté comme une preuve concluante, puisque Abu Ghurab et La Puerta de Hayu Marka ont également été construits près de l'eau, ce qui, selon la théorie de la porte des étoiles, a permis aux êtres extraterrestres de traiter l'or de l'eau de la Terre.

Cette théorie d'un autre monde a été alimentée par la proximité de la carte avec la montagne Danigala, également connue sous le nom de montagne extraterrestre, dans la ville sacrée voisine de Polonnaruwa. Le Danigala, qui se trouve au cœur de la jungle et est très fréquenté par les randonneurs, a une forme circulaire unique et un sommet entièrement plat. C'est ce qui a amené les internautes à conclure qu'elle a dû, à un moment donné, être utilisée pour des atterrissages d'ovnis. Étrangement, selon Sri Abeywickrama, un guide touristique local, "les villageois de la région croient que le mont Alien attire plus d'étoiles filantes, de tonnerre et d'éclairs au-dessus de lui que partout ailleurs".

Cependant, selon Somadeva, "il y a peu d'éléments archéologiques qui suggèrent qu'il s'agit d'une porte des étoiles". Au lieu de cela, Somadeva pense qu'une conclusion plus sensée est que la carte est une ancienne carte du monde, comme suggéré par Bell, car cette explication a un contexte religieux et cosmologique qui est logique, étant donné la période et le lieu dans le temps.

Selon Somadeva, "au moins depuis 250 avant notre ère, les Sri Lankais avaient une idée précise des objets dans le ciel et l'espace. Dans les premières inscriptions brahmi, trouvées au Sri Lanka, on trouve un certain nombre de noms qui font référence à des étoiles spécifiques et à des concepts liés à l'astronomie. L'une des inscriptions de Kirinda, un site religieux et historique situé sur la côte sud du Sri Lanka, contient la phrase "aparimita loka datuya", qui signifie "l'univers infini". Ce que cela suggère, c'est que la personne qui l'a gravée avait une très bonne compréhension de la nature de l'univers dans lequel elle vivait."

Cependant, Shereen Almendra, maître de conférences en aménagement paysager à l'université de Moratuwa, au Sri Lanka, offre une perspective différente, plus terrestre. "Je pense que la carte Sakwala Chakraya est un plan pour un projet complexe similaire aux énormes stupas qui étaient construits à l'époque", a-t-elle expliqué. "Je penche pour un plan pour Sigiriya."

Sigiriya est l'un des sites antiques les plus connus du Sri Lanka, une forteresse rocheuse du Ve siècle avant J.-C., dotée d'un cours d'eau, de jardins paysagers et de plusieurs quartiers d'habitation. Elle se trouve à une demi-heure d'Anuradhapura, dans le triangle culturel du Sri Lanka, qui se compose de trois importantes villes anciennes : Anuradhapura, Polonnaruwa et Kandy. "Étant donné que les trois sièges sculptés devant le tableau semblent légèrement tournés l'un vers l'autre, cela me fait penser qu'il s'agissait d'un lieu de discussion - un ancien bureau d'architecte si vous voulez", a-t-elle souligné. "Si les sièges avaient été construits dans un but religieux, comme la méditation, ils seraient plutôt en ligne droite".

Selon Somadeva, le plus grand défi pour identifier la fonction du tableau a été le manque de preuves pour le dater correctement. Alors que le Ranmasu Uyana et d'autres parcs et stupas d'Anuradhapura sont mentionnés dans des chroniques et des inscriptions remontant à 250 avant Jésus-Christ, le Sakwala Chakraya n'est décrit dans aucun document historique. "Il est certain que ce diagramme aurait eu un usage pratique, mais c'est un énorme défi de déterminer ce qu'il aurait pu être quand on ne peut pas le dater correctement", a-t-il déclaré.

Il semble donc que l'énigmatique porte des étoiles présumée du Sri Lanka reste entourée de mystère, son but et sa signification étant toujours perdus dans le temps. Cependant, le statut culte nouvellement acquis par la carte parmi les amateurs de science-fiction lui a finalement conféré une attention publique bien méritée. Grâce à leur enthousiasme et au pouvoir des médias sociaux, elle est enfin sortie de l'ombre d'Anuradhapura, plus grande que nature, pour se distinguer par elle-même.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter