Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 28Article 593845

BBC Afrique of Wednesday, 28 April 2021

Source: bbc.com

'La Chine est définitivement en train de se refermer, on se croirait dans les années 90'

La Chine est un pays extrêmement difficile pour un journaliste.

Et la situation ne fait qu'empirer : l'année dernière, le pays a expulsé au moins 18 correspondants étrangers. Sans compter le départ du journaliste de la BBC John Sudworth ce mois-ci, qui a déménagé à Taiwan suite au harcèlement et à la persécution des autorités.

"La Chine est définitivement en train de se refermer", prévient Jeremy Goldkorn, "on se croirait à nouveau dans les années 90".

Goldkorn a vécu deux décennies dans le pays. C'est aujourd'hui un analyste de premier plan, en tant que rédacteur en chef de SupChina et co-fondateur du podcast Sinica, deux médias qui expliquent la Chine à l'Occident en brisant les stéréotypes.

Nous avons parlé du changement au niveau de la presse étrangère, mais aussi du pouvoir réel du Parti communiste, des exactions contre la minorité musulmane ouïghoure au Xinjiang ou de la diplomatie chinoise des vaccins au Paraguay.

La Chine ferme-t-elle ses portes à la presse étrangère ?

En un mot, oui. On leur rend l'accès plus difficile et cela de différentes manières : par exemple, en ralentissant le processus d'octroi d'un visa ou en adoptant le genre de comportement qui a poussé John Sudworth à s'éloigner, ce qui est purement et simplement du harcèlement.

Et le fait également de refuser un renouvèlement de visas, comme cela a été le cas avec trois médias américains, en représailles aux décisions américaines de l'année dernière.

Mais il est également de plus en plus difficile de travailler en Chine.

Donc, le pays est définitivement en train de se refermer, il semble que nous soyons de retour dans les années 1990, avant l'afflux massif de correspondants venus à Pékin pour les Jeux Olympiques.

Pensez-vous que le reportage primé de John Sudworth sur la situation au Xinjiang ait été la principale raison de la campagne de pression des autorités contre lui et sa famille ?

Oui je le crois.

C'est logique, car c'était le reportage critique le plus important qu'il ait jamais donné, et si vous remarquez, au cours des deux derniers mois, le gouvernement chinois a redoublé une campagne de propagande intense et bien financée sur le Xinjiang allant de journalistes des médias d'État et autres sur Twitter aux documentaires coûteux de CGTN [le service de langue anglaise du réseau d'État chinois] ou au film de propagande projeté à l'ambassade d'Australie.

Donc, son travail [Sudworth] au Xinjiang semble être la raison la plus logique pour laquelle ils ont augmenté le harcèlement.

Je crois aussi qu'une fois que le gouvernement chinois et ses services de sécurité décideront que vous êtes sur la liste des ennemis de la République populaire, ils vous rendront la vie difficile.

Alors peut-être que le harcèlement sur sa personne et sa famille était la conséquence la plus directe de ses reportages sur le Xinjiang, mais je pense qu'à un certain niveau, le gouvernement chinois essaie d'envoyer le message à tous les journalistes que si vous continuez un journalisme critique, ils vont vous compliquer la vie.

"Alors que la répression s'intensifie, la Chine ressemble de plus en plus à la Corée du Nord."

C'était le titre d'un article sur une visite au Xinjiang l'année dernière d'Anna Fifield, une ancienne directrice du Washington Post en Chine qui a fait de nombreux reportages sur les deux Corées. La Chine devient-elle la Corée du Nord en termes de médias et de censure ?

Oui. Mais je ne sais pas si cette comparaison est vraiment utile parce que la Corée du Nord est si extrême ... et c'est une situation différente de celle de la Chine.

Si vous lisez l'article, je pense que la comparaison est un peu plus subtile (...) Si vous dites que la Chine est en train de devenir la Corée du Nord, cela ne traduit probablement pas la complexité de la question.

Dans certains cas, par exemple au Xinjiang ou au Tibet, il est impossible de faire du journalisme indépendant. L'accès aux représentants du gouvernement est maintenant beaucoup moins facile qu'il y a 10, 15 ou 20 ans, donc la Corée du Nord est en train de devenir plus qu'il y a quelques années, mais personnellement, je ne sais pas si cette comparaison est la plus utile.

Dans SupChina et le podcast Sinica, on explique la Chine à l'Occident qui s'effondre sur les erreurs de jugement ou les incompréhensions, notant que la réalité de la Chine est toujours complexe. Quant à la situation au Xinjiang, que nous manque-t-il ?

Hmm ... je ne sais pas, la façon dont le gouvernement chinois voit les choses, c'est qu'il avait un problème de terrorisme et même si d'un point de vue occidental, une grande partie est considérée comme une exagération ou une invention, c'est vrai qu'il y a eu deux incidents de violence généralisés : l'explosion et l'attaque à la bombe à Urumqi [capitale du Xinjiang] et les attaques au couteau sur la gare de Kunming [capitale de la province du sud du Yunnan].

Les deux, que vous pensiez qu'ils étaient justifiés ou non - c'est une question totalement différente - étaient des attentats terroristes. Ils ont cherché à terroriser la population civile.

Et je pense qu'il n'y a pas beaucoup de discussions dans les médias occidentaux sur les raisons pour lesquelles le gouvernement chinois fait ce qu'il fait [au Xinjiang], et sur le fait qu'ils répondent à certains problèmes réels qu'ils ont. Et même si nous rejetons leurs méthodes, il est indéniable qu'il y a un problème auquel elles ont dû faire face.

Je pense que c'est peut-être hors de portée.

Mais à part ça, je ne pense pas que nous manquions grand-chose dans la presse occidentale. Je pense que les médias étrangers ont fait un très bon travail : dénoncer les abus qui se produisent, des abus qui sont au niveau des crimes contre l'humanité. Et c'est le travail des médias d'exposer ça, donc en ce sens je ne pense pas que nous manquions de quoi que ce soit.

Le problème vient du gouvernement chinois, car il ne permet pas aux vrais journalistes d'entrer dans le Xinjiang pour vraiment rapporter ce qui se passe.

L'image que nous avons est partielle : personne ne peut avoir accès aux champs. Nous ne pouvons recueillir que les témoignages.

Quelles pourraient être les conséquences pour le monde et pour la Chine si Pékin continue sur cette voie d'expulsion ?

Je pense que la Chine est de plus en plus convaincue qu'elle peut en supporter les conséquences.

À long terme, cela nuira à la Chine, car les journalistes étrangers, à quelques exceptions près, développent une certaine sympathie envers la société, et même envers le gouvernement. Leurs rapports ne concernent pas seulement les mauvaises choses qui se passent en Chine et ils ont tendance à humaniser le pays et les gens par leurs expériences, ils y passent du temps et ils voient les détails : que le pays est bien plus que la répression des dissidents, que le Xinjiang est une partie terrible de ce qui se passe mais il y a beaucoup plus.

Moins nous avons de couleurs et de textures quotidiennes dans les médias, plus il sera facile pour le monde extérieur de diaboliser et de déshumaniser la Chine.

Pourquoi la Chine change-t-elle d'attitude envers la presse étrangère ?

Je pense que c'est à cause d'une étrange combinaison de force et de faiblesse, de confiance et d'insécurité.

Je crois que, d'une part, Xi Jinping est arrivé au pouvoir à un moment où la Chine, en 2012, avait résisté à la crise financière mondiale et est l'un des pays les plus importants du monde, sur la base de n'importe quel indice économique.

C'est un pays indispensable. N'importe quel pays a une sorte d'accord avec la Chine. Il n'est plus pauvre et faible. Il commençait à ressembler à un pays riche et puissant. Il y a donc un certain sentiment de fierté et la possible arrogance qui va avec.

Dans le même temps, je pense que Xi a le fort sentiment que si le Parti communiste ne fait pas attention, la Chine finira comme l'Union soviétique, et elle finira comme la Russie, qui est évidemment une superpuissance, mais à certains égards non.

Malgré la fierté et la confiance de Xi Jinping et de nombreux citoyens quant aux réalisations du pays, il existe un profond sentiment d'insécurité quant à la façon dont les choses pourraient mal tourner. Et c'est derrière la sensibilité absolue avec laquelle ils voient comment ce qui se passe en Chine est raconté, surtout au niveau national mais aussi au niveau international.

Cela ajoute au sentiment que la Chine, d'une certaine manière, a de moins en moins besoin d'autres pays, mais c'est dans ces moments où convergent à la fois fierté et une sorte de paranoïa.

Pendant de nombreuses années en Occident, on a supposé que la Chine deviendrait un jour un pays démocratique, mais aujourd'hui, cela semble être un rêve qui s'est estompé. Pensez-vous que cette perception répond à un malentendu sur la façon dont la Chine se voit et comment elle veut être perçue dans le reste du monde ?

Oui, je pense.

De nombreux universitaires, politiciens ou journalistes agissaient peut-être sous la perception que la Chine devenant plus riche et plus intégrée dans le monde, deviendrait plus libérale. Et cela n'a pas été le cas.

Peut-être que sans Xi Jinping, ce ne serait pas comme ça. D'un autre côté, cependant, une partie des virages anti-libéraux que la Chine a pris la précède.

Ce moment d'optimisme quant à l'ouverture de la Chine pour moi s'est terminé en 2009. Du moins, c'est à ce moment-là que j'ai commencé à penser que cela n'allait pas marcher. J'étais moi-même l'un de ceux qui agissaient sous l'idée fausse que la Chine allait progressivement libéraliser.

Pourquoi en 2009 ?

En raison de deux facteurs : premièrement, le succès des Jeux olympiques [à Pékin, 2008].

Et immédiatement après, la crise financière mondiale s'est produite, quand il a été constaté que Wall Street - le système financier et économique américain qui était admiré et qui, à bien des égards, était étudié et imité par le gouvernement chinois - n'était pas aussi fort ni aussi réussi.

Et en même temps, la Chine a navigué dans les eaux de la crise, en grande partie grâce à la capacité du gouvernement à utiliser cette force pour résister à la tempête et à allouer les dépenses d'une manière seulement possible que si on dispose d'un pouvoir centralisé.

Je pense donc qu'après 2009, de nombreuses personnes - des étudiants aux universitaires en passant par les citoyens ordinaires - ont commencé à penser que leur admiration antérieure pour l'Occident était peut-être déplacée. C'était un tournant.

Quels autres malentendus ou idées fausses majeurs existent-ils à propos de la Chine en Occident ?

Je pense que l'un des malentendus qui a été et qui se voit encore est qu'il existe un groupe puissant de 'réformistes' au sein du Parti communiste ; que s'ils étaient soutenus, tout serait libéralisé.

Nous, Occidentaux, avons surestimé l'attrait du modèle occidental de démocratie libérale et, en même temps, nous avons sous-estimé la capacité du PCC : malgré tous les problèmes que la Chine a et peut avoir avec le parti, ils se sont avérés extrêmement compétents pour gouverner le pays.

Je vous interroge maintenant sur une autre des perceptions qui ont tendance à être perçues en Occident : la Chine cherche-t-elle à dominer le monde ?

Je ne pense pas que la Chine envisage de conquérir le monde exactement : je pense que le Parti communiste veut faire du monde un endroit sûr pour son type de gouvernement. Et garantir ainsi leur permanence au pouvoir sur le long terme. Tel est l'objectif principal.

Mais, pour rendre le monde plus sûr pour le PCC, la Chine devra croître économiquement et militairement, et c'est là que l'on ne sait pas à quoi cela pourrait conduire.

Je ne pense pas que Xi Jinping soit comme un méchant de bande dessinée qui complote pour savoir quand il faudra envahir les États-Unis ou quand prendre le contrôle de l'Asie du Sud-Est et créer une colonie.

Je ne pense pas que la Chine pense comme une ancienne puissance coloniale, mais je pense que le résultat de rendre le monde plus sûr pour le gouvernement du PCC conduira à la domination chinoise, en particulier dans la sphère économique mondiale, ce qui mettra la Chine dans une situation délicate.

Parlons des relations entre la Chine et les États-Unis. D'un côté on entend parler d'une éventuelle 'nouvelle guerre froide' tandis que d'autres voix considèrent que nous devons faire attention à la façon dont nous décrivons la relation entre les deux superpuissances. Pensez-vous qu'une nouvelle guerre froide est inévitable ?

Je pense que chacun a sa propre définition de ce que signifie la guerre froide. Mais je pense qu'à bien des égards, cette définition obscurcit la question plutôt qu'elle ne l'éclaire.

Parce que [la situation] est tout simplement très différente de, disons, Cold War 1.0, mais je suppose que ce qui y est lié, c'est que personne ne la combat directement, mais il y a une hostilité énorme.

Taiwan est-il le plus grand risque d'affrontement entre la Chine et les États-Unis?

Taiwan et la mer de Chine méridionale, en gros. Ce sont deux problèmes différents mais étroitement liés.

Je pense que le risque avec Taiwan est que Xi Jinping décide que la Chine est maintenant en position de force et qu'il est temps d'agir. Ce serait avec Taiwan, mais les deux sont généralement un danger.

Le plus grand risque est qu'avec la militarisation croissante de la zone […], il se passe quelque chose dans lequel les deux parties sont irritées l'une contre l'autre, que ce soit la Chine ou les États-Unis, ou peut-être un autre pays, mais que les États-Unis ressentent la nécessité de s'impliquer. Une sorte d'incident imprévu peut se produire : un navire entre en collision avec un autre navire et des marins américains sont tués. Un accident ou une erreur de calcul, et cela devient incontrôlable.

Pour moi, c'est le gros risque, suivi de près par la décision de la Chine d'agir à Taiwan.

Même pendant la pandémie, la pression sur Taiwan n'a cessé d'augmenter et a atteint l'Amérique latine : ce mois-ci, Taiwan a accusé Pékin d'offrir des vaccins chinois pour faire pression sur le Paraguay pour qu'il rompe ses relations avec l'île. Le Paraguay est l'un des rares pays à reconnaître Taiwan comme un État souverain. Comment voyez-vous la diplomatie chinoise des vaccins et ces différends ?

La pandémie aurait pu être très mauvaise pour les efforts diplomatiques internationaux de la Chine et elle subit évidemment des conséquences négatives en termes de réputation, entre autres.

Mais, d'un autre côté, la Chine a fait du bon travail pour inverser la tendance, à la fois en contrôlant la pandémie dans le pays et avec la diplomatie des équipements de protection et des masques, d'abord, et maintenant celle des vaccins.

Honnêtement, si vous êtes un petit pays pauvre, et que vous ne recevez pas encore de vaccins COVAX et que les États-Unis ou le Royaume-Uni ne promettent rien, tandis que la Chine dit «si vous vous comportez bien avec nous, nous vous enverrons des vaccins» ...

[Pékin] veut tirer le meilleur parti de cette opportunité ou de la diplomatie vaccinale et fera pression sur tous les pays qui reconnaissent encore Taiwan.

Et à ce moment de confinement réussi du virus en Chine et d'une solide reprise économique, cette année marquera un anniversaire remarquable dans le pays: le 100e anniversaire du Parti communiste. Le pouvoir du PCC en Chine est-il plus fort que jamais ?

Oui.

Beaucoup de ses citoyens estiment que le pays a fait un excellent travail de contrôle de la pandémie. Ils ont de toute évidence utilisé leur appareil de propagande pour s'assurer que c'est l'histoire dans laquelle ils s'en tiennent, mais je pense qu'ils y ont très bien réussi.

Ils sont sortis plus forts que jamais. Je voudrais juste ajouter une mise en garde et cela a à voir avec un livre. Ma description préférée de la Chine est à bien des égards celle du titre du livre de Susan Shirk : 'La Chine, une superpuissance fragile' (Chine : Superpuissance fragile). On pourrait également parler du 'pouvoir fragile du Parti communiste'.

À bien des égards, [le PCC] est dans la position la plus forte dans laquelle il n'ait jamais été. Mais d'un autre côté, il fait face à des problèmes de toutes parts : de l'hostilité internationale aux campagnes contre les Ouïghours et autres minorités et religions, en passant par d'énormes problèmes environnementaux - le gouvernement chinois doit être dûment félicité pour avoir fait du changement climatique une partie importante du monde.

Ils sont sortis plus forts que jamais de la pandémie, mais en même temps les problèmes auxquels ils doivent faire face n'ont pas diminué.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter