Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 10Article 607267

BBC Afrique of Saturday, 10 July 2021

Source: www.bbc.com

L'Afghanistan : La guerre de deux décennies expliquée en 10 points

Le coût de cette guerre a été astronomique, tant en vies humaines qu'en argent Le coût de cette guerre a été astronomique, tant en vies humaines qu'en argent

Après 20 ans de conflit, les États-Unis se retirent d'Afghanistan.

Pour les États-Unis et leurs alliés, la base aérienne de Bagram était l'épicentre de la guerre contre les talibans et Al-Qaïda.

Les forces de la coalition dirigée par les États-Unis se sont installées en décembre 2001, et la base aérienne a été transformée en une immense base capable d'accueillir jusqu'à 10 000 soldats.

Désormais, ils sont partis, après que le président Joe Biden se soit engagé à faire quitter toutes les forces américaines avant le 11 septembre.

Pendant ce temps, les talibans gagnent du terrain en poursuivant leur progression rapide dans certaines parties de l'Afghanistan et en s'emparant de dizaines de districts.

Le coût de cette guerre a été astronomique, tant en vies humaines qu'en argent.

  • 20 ans en Afghanistan : cela en valait-il la peine ?
  • Pourquoi la guerre en Syrie dure-t-elle depuis 10 ans ?
Mais de quoi s'agissait-il et les États-Unis ont-ils atteint leurs objectifs ?

Pourquoi les États-Unis ont-ils envahi l'Afghanistan en premier lieu ?

Le 11 septembre 2001, les attentats aux États-Unis tuent près de 3 000 personnes, après que des avions ont été détournés et se sont écrasés sur le World Trade Center à New York, et sur le Pentagone dans le comté d'Arlington, en Virginie.

Un quatrième avion s'est écrasé dans un champ en Pennsylvanie.

Oussama Ben Laden, le chef du groupe terroriste islamiste Al-Qaïda, est rapidement identifié comme le responsable.

Les Talibans, les islamistes radicaux qui dirigeaient l'Afghanistan et protégeaient Ben Laden, refusent de le livrer. Un mois après le 11 septembre, les États-Unis lancent donc des frappes aériennes contre l'Afghanistan pour vaincre les deux groupes.

Que s'est-il passé ensuite ?

Dans les deux mois qui suivent le lancement des attaques par les États-Unis et leurs alliés internationaux et afghans, le régime taliban s'effondre et ses combattants se réfugient au Pakistan.

Mais ils n'ont pas simplement disparu : leur influence s'est accrue et ils se sont retranchés.

Le groupe gagnait des centaines de millions de dollars par an grâce au trafic de drogue, à l'exploitation minière et aux taxes.

Un nouveau gouvernement soutenu par les États-Unis prend le pouvoir en 2004, mais les attaques meurtrières des talibans se poursuivent au fil des ans.

Les forces internationales travaillant avec les troupes afghanes ont eu du mal à contrer la menace que représente ce groupe revigoré.

Les Afghans, civils et militaires, paient un lourd tribut au conflit.

Les problèmes de l'Afghanistan ont donc commencé en 2001 ?

La réponse courte est non.

L'Afghanistan est en guerre quasi permanente depuis des décennies, même avant l'invasion des États-Unis.

À la fin des années 1970, l'armée soviétique a envahi l'Afghanistan pour soutenir son gouvernement communiste. Elle affronte un mouvement de résistance - connu sous le nom de moudjahidin - qui est soutenu par les États-Unis, le Pakistan, la Chine et l'Arabie saoudite, entre autres pays.

Les troupes soviétiques se retirent en 1989, mais la guerre civile se poursuit. Dans le chaos qui s'ensuit, les talibans (qui se traduisent par "étudiants") apparaissent.

Comment les Talibans ont-ils acquis une telle influence ?

Les Talibans se font connaître dans la zone frontalière du nord du Pakistan et du sud-ouest de l'Afghanistan au début des années 1990. Ils promettent de lutter contre la corruption et d'améliorer la sécurité des Afghans, dont beaucoup subissent les effets d'une guerre civile destructrice.

Ils étendent rapidement leur influence et introduisent ou soutiennent les châtiments islamiques - tels que les exécutions publiques des meurtriers et des adultères reconnus coupables et les amputations pour les personnes reconnues coupables de vol. ;

Ils imposent aux hommes de se laisser pousser la barbe et aux femmes de porter la burka, un voile qui couvre le visage et le corps.

Les talibans interdisent également la télévision, la musique et le cinéma, et désapprouvent la scolarisation des filles âgées de 10 ans et plus.

Donc les Talibans n'ont jamais vraiment disparu ?

Par moments, au cours des deux dernières décennies, les talibans ont eu le vent en poupe, mais cela n'était pas destiné à durer.

En 2014, à la fin de l'année la plus sanglante en Afghanistan depuis 2001, les forces internationales - frileuses à l'idée de rester indéfiniment en Afghanistan - mettent fin à leur mission de combat, laissant à l'armée afghane le soin de combattre les talibans.

Mais cela donne de l'élan aux talibans, qui s'emparent de territoires et font exploser des bombes contre le gouvernement et des cibles civiles.

En 2018, la BBC constate que les talibans sont ouvertement actifs sur 70 % du territoire afghan.

Quel est le coût du conflit ?

Plus de 2 300 militaires américains ont été tués et plus de 20 000 blessés, ainsi que plus de 450 Britanniques et des centaines d'autres nationalités.

Mais c'est le peuple afghan qui a subi le plus de pertes, certaines études suggérant que plus de 60 000 membres des forces de sécurité ont été tués.

Près de 111 000 civils ont été tués ou blessés depuis que les Nations unies ont commencé à enregistrer systématiquement les pertes civiles en 2009, indiquent-ils.

Selon une étude, le coût financier pour le contribuable américain est estimé à près de 1 000 milliards de dollars.

Un accord avec les Talibans ?

En février 2020, les États-Unis et les talibans signent un "accord de pacification" de l'Afghanistan qu'ils préparent depuis des années.

En vertu de cet accord, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN acceptent de retirer toutes leurs troupes en échange d'un engagement des talibans à ne pas laisser Al-Qaida ou tout autre groupe extrémiste opérer dans les zones qu'ils contrôlent.

Dans le cadre des pourparlers de l'année dernière, les talibans et le gouvernement afghan ont tous deux participé à la libération de prisonniers.

Près de 5 000 militants talibans ont été libérés dans les mois qui ont suivi l'accord.

Les États-Unis promettent également de lever les sanctions contre les talibans et de collaborer avec les Nations unies pour lever leurs propres sanctions contre le groupe.

Les États-Unis ont négocié directement avec les talibans, sans la présence du gouvernement afghan. "Il est temps, après toutes ces années, de ramener notre peuple chez lui", avait alors déclaré le président Donald Trump.

Toutes les forces américaines partent-elles ?

Les dernières forces américaines et de l'OTAN se sont retirées de la base aérienne de Bagram, laissant la sécurité au gouvernement afghan.

Environ 650 soldats américains devraient rester dans le pays, selon l'Associated Press.

Il s'agit principalement d'assurer la protection des diplomates et de contribuer à la surveillance de l'aéroport international de Kaboul, un centre de transport vital pour ce pays enclavé.

Quelle est la situation actuelle ?

Depuis l'accord, les talibans semblent avoir modifié leur tactique, passant d'attaques complexes dans les villes et les avant-postes militaires à une vague d'assassinats ciblés qui ont terrorisé les civils afghans.

Ils s'emparent de vastes étendues de territoire, menaçant de renverser une fois de plus le gouvernement de Kaboul à la suite du retrait d'une puissance étrangère.

Al-Qaida continue également d'opérer en Afghanistan, tandis que les militants du groupe État islamique commettent également des attentats dans le pays.

L'inquiétude grandit quant à l'avenir de Kaboul, mais le président afghan Ashraf Ghani insiste sur le fait que les forces de sécurité du pays sont parfaitement capables de tenir les insurgés à distance.

Deux décennies en Afghanistan : Cela en valait-il la peine ?

"La réponse dépend de ce que vous mesurez", déclare Frank Gardner, correspondant de la BBC pour les questions de sécurité.

Des sources de sécurité de haut niveau ont déclaré à la BBC que depuis le début de la guerre, aucune attaque terroriste internationale n'a été planifiée avec succès depuis l'Afghanistan.

"Donc, si l'on se réfère uniquement à la mesure du contre-terrorisme international, la présence militaire et sécuritaire occidentale sur place a atteint son objectif", ajoute M. Gardner.

Mais, vingt ans plus tard, les talibans sont loin d'avoir été vaincus et restent une formidable force de combat.

Selon certains rapports, le mois de juin a été le théâtre des pires violences depuis l'arrivée de la coalition, avec des centaines de morts. Le développement durement acquis est également menacé, de nombreuses écoles, bâtiments gouvernementaux et pylônes électriques étant désormais endommagés ou détruits.

"Al-Qaida, le groupe État islamique (EI) et d'autres groupes militants n'ont pas disparu, ils sont résurgents et sans doute encouragés par le départ imminent des dernières forces occidentales", déclare M. Gardner.