Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 08Article 617731

BBC Afrique of Wednesday, 8 September 2021

Source: www.bbc.com

Khalid Sheikh Mohammed : comment le cerveau du 11 septembre a échappé au FBI?

Comment le cerveau du 11 septembre a échappé au FBI? Comment le cerveau du 11 septembre a échappé au FBI?

L'homme accusé d'avoir ourdi, il y a 20 ans, un complot dévastateur visant à détourner des avions de ligne vers des monuments américains est enfermé dans l'attente de son procès.

Mais aurait-il pu être arrêté des années auparavant ?

"C'était mon homme."

Frank Pellegrino était assis dans une chambre d'hôtel en Malaisie lorsqu'il a vu les images télévisées des avions s'écrasant sur les tours jumelles.

La première chose qui lui est venu à l'esprit: "mon Dieu, ça doit être Khalid Sheikh Mohammed."

A surtout lire sur BBC Afrique :

  • ''La personnification de l'environnement politique a été assez visible''
  • Des enfants victimes de la guerre des gangs à Marseille
  • "Le pire mythe sur le cancer"
  • Un trou d'un milliard d'années dans les archives géologiques
La cible et les ambitions correspondaient et Pellegrino était dans une position unique pour le savoir.

L'ancien agent spécial du FBI a poursuivi Mohammed pendant près de trois décennies, mais le cerveau présumé du 11 septembre n'a toujours pas été jugé.

Un avocat de Mohammed souligne à la BBC qu'il faudra peut-être attendre encore 20 ans avant que l'affaire soit conclue.

Oussama Ben Laden, à l'époque chef d'Al-Qaïda, est l'homme le plus étroitement associé aux attentats du 11 septembre.

Mais en réalité, Mohammed - ou "KSM", comme on l'a surnommé - était le "principal architecte", selon la Commission du 11 septembre qui a enquêté sur les attentats.

C'est lui qui a eu l'idée et l'a transmise à Al-Qaida.

Né au Koweït, il a étudié en Amérique avant de combattre en Afghanistan dans les années 1980.

Des années avant les attentats du 11 septembre, l'agent du FBI Frank Pellegrino était sur la piste du djihadiste.

  • Un trou d'un milliard d'années dans les archives géologiques
Pellegrino avait été chargé par le FBI d'enquêter sur l'attentat à la bombe de 1993 contre le World Trade Center.

C'est à cette occasion que le nom de Mohammed a attiré l'attention des autorités américaines, car il avait effectué un transfert d'argent à l'une des personnes impliquées.

L'agent du FBI a réalisé l'ampleur de l'ambition de Mohammed en 1995, lorsqu'il a été lié à un complot visant à faire exploser plusieurs avions de ligne internationaux au-dessus du Pacifique.

Au milieu des années 1990, Pellegrino a failli mettre la main sur son homme, en le suivant jusqu'au Qatar.

Lui et une équipe se sont rendus à Oman, d'où ils prévoyaient de passer au Qatar et d'arrêter Mohammed.

Un avion était prêt à ramener le suspect. Mais il y avait une résistance des diplomates américains sur le terrain.

Pellegrino s'est rendu au Qatar et a dit à l'ambassadeur et à d'autres fonctionnaires de l'ambassade qu'il avait un acte d'accusation contre Mohammed pour le complot impliquant des avions de ligne.

Mais il dit qu'ils semblaient hésiter à causer des problèmes dans le pays.

"Je suppose qu'ils pensaient que cela allait peut-être faire tanguer le bateau", se souvient Pellegrino.

Finalement, l'ambassadeur a informé Pellegrino que les responsables qataris prétendaient avoir perdu Mohammed.

"Il y avait de l'angoisse, de la colère et de la frustration", dit-il. "Nous savions à ce moment-là que c'était une occasion manquée".

Mais il reconnaît qu'au milieu des années 90, Mohammed n'était pas considéré comme une cible hautement prioritaire.

Pellegrino n'a même pas pu le faire figurer sur la liste des dix personnes les plus recherchées en Amérique. "On m'a dit qu'il y avait déjà trop de terroristes là-dedans".

  • Le dernier Mauritanien à Guantanamo est libre
Mohammed semble avoir été informé de l'intérêt que lui portaient les États-Unis et a fui le Qatar pour se retrouver en Afghanistan.

Au cours des années suivantes, le nom de KSM n'a cessé d'apparaître, souvent dans les annuaires téléphoniques de suspects de terrorisme arrêtés dans le monde entier, ce qui prouve qu'il avait de bonnes relations.

C'est au cours de ces années qu'il est allé voir Ben Laden avec l'idée de former des pilotes pour qu'ils pilotent des avions contre des bâtiments aux États-Unis.

Et puis le 11 septembre est arrivé. Les soupçons de Pellegrino sur le rôle de KSM allaient se révéler exacts lorsqu'une figure clé d'Al-Qaida en détention l'a identifié

"Tout le monde a compris que c'était le gars de Frank qui avait fait le coup", se souvient Pellegrino.

"Quand nous avons découvert que c'était lui, personne n'était plus malheureux que moi."

En 2003, Mohammed a été retrouvé et arrêté au Pakistan. Pellegrino espérait qu'il serait jugé selon l'acte d'accusation sur lequel il avait travaillé.

Mais il a ensuite disparu. La CIA l'avait emmené dans un "site noir" où des "techniques d'interrogation améliorées" étaient utilisées.

"Je veux savoir ce qu'il sait, et je veux le savoir rapidement", a dit à l'époque un haut responsable de la CIA.

  • Biden défend le retrait "désordonné" des États-Unis d'Afghanistan
Mohammed a été soumis à la planche à eau au moins 183 fois, ce qui a été décrit comme des "quasi-noyades".

Il a été soumis à une réhydratation rectale, à des positions de stress, à la privation de sommeil, à la nudité forcée, et on lui a dit que ses enfants seraient tués.

Il a avoué de multiples complots pendant cette période. Mais un rapport du Sénat a révélé par la suite qu'une grande partie des renseignements censés avoir été produits avaient été inventés par le détenu.

Après la révélation des détails du programme de détention de la CIA, les "détenus de grande valeur" comme Mohammed ont été transférés à Guantanamo Bay en 2006. Le FBI a finalement été autorisé à y accéder.

En janvier 2007, Frank Pellegrino s'est retrouvé face à face avec l'homme qu'il poursuivait depuis si longtemps.

Les deux hommes se sont assis en face l'un de l'autre.

"Je voulais lui faire savoir que j'avais participé à son inculpation dans les années 90", dit-il, dans l'espoir d'ouvrir la conversation pour obtenir des informations sur le 11 septembre.

L'ancien agent du FBI ne veut pas divulguer les détails de ce qui a été dit mais concède que "c'est un type très attachant qui a le sens de l'humour, croyez-le ou non".

  • La vie à Guantanamo, la prison la plus célèbre du monde
KSM a souvent été vu en train de "faire de la figuration" lors des audiences à Guantanamo et Pellegrino décrit le suspect terroriste le plus célèbre du monde comme "Kardashian" dans sa soif d'attention, mais affirme qu'il ne montre aucun remords.

Avouerait-il ou voudrait-il tirer le meilleur parti d'un procès ? "Je pense certainement qu'il est d'accord avec ce qu'il a fait, mais il aime le spectacle", dit-il.

Après six jours de discussion, Mohammed a fini par dire qu'il en avait assez. "Et c'était fini", se souvient Pellegrino.

Les tentatives ultérieures de rendre justice pour le 11 septembre ont échoué.

Le projet d'organiser un procès à New York a échoué en raison de l'opposition publique et politique.

Tout le monde criait : "je ne veux pas de ce type dans mon jardin. Gardez-le à Guantanamo", déclare Pellegrino, lui-même new-yorkais.

Ensuite, il y a eu un tribunal militaire à Guantanamo. Mais les retards de procédure, aggravés par la pandémie de Covid qui a entraîné la fermeture de la base, en ont fait un processus de longue haleine.

D'autres audiences ont lieu cette semaine, mais la fin semble encore loin.

L'avocat de Mohammed pense que les dernières audiences sont programmées pour montrer aux médias que quelque chose se passe le jour du 20e anniversaire du 11 septembre.

David Nevin a confié à la BBC qu'il s'attendait à "quelque chose de l'ordre de 20 ans pour une résolution complète du processus".

  • Le Soudan va payer des compensations pour l'attaque de l'USS Cole
L'avocat de la défense pénale est sur cette affaire depuis le début, en 2008.

Le plan initial était de commencer les procès presque immédiatement.

Mais ils ne sont toujours pas près de commencer, dit-il, notant qu'un juge nouvellement nommé est "le huitième ou le neuvième juge que nous avons eu", selon la façon dont on compte.

Le juge doit se familiariser avec quelque 35 000 pages de transcriptions d'audiences précédentes et des milliers de requêtes dans ce que Nevin décrit comme le "plus grand procès pénal de l'histoire des États-Unis".

Et c'est le plus controversé.

Cela tient principalement au fait que les cinq accusés ont tous été placés en détention secrète par la CIA et soumis à des "techniques d'interrogatoire renforcées".

Cela a conduit à des discussions sur la contamination des preuves par ce qui s'est passé dans les "sites noirs".

Les États-Unis "ont organisé et mis en œuvre un programme clairement défini pour torturer ces hommes", déclare Nevin.

Ces méthodes offrent de nombreuses possibilités d'appel contre toute condamnation qui s'éterniserait pendant des années.

Nevin ne dévoilera pas les détails de ce que c'est que de représenter l'un des accusés les plus célèbres du monde.

  • Hamza Ben Laden "est mort"
Il explique qu'au départ, son client était "profondément sceptique" à l'idée d'être représenté par un avocat américain et qu'il y a eu un long processus pour apprendre à se connaître.

Lorsque Mohammed était détenu dans une partie ultrasecrète de la base navale, les avocats étaient placés dans une camionnette aux vitres occultées et conduits pendant 45 minutes pour les désorienter, dit-il.

Mais maintenant, son client est détenu dans le camp 5, moins secret.

L'équipe d'avocats est consciente des sensibilités des familles des victimes du 11 septembre qui sont envoyées par avion pour assister aux audiences du tribunal.

Lors des réunions, certains membres de la famille défient les avocats comme Nevin de représenter les accusés, mais d'autres posent des questions sur le fonctionnement de la procédure.

"Nous nous efforçons de ne rien faire qui puisse exacerber la douleur et la souffrance qu'ils ont vécues au fil des ans", déclare M. Nevin.

Une autre raison pour laquelle il pense que le tribunal a traîné en longueur est qu'il s'agit d'une affaire de peine de mort, ce qui augmente les enjeux.

"Cela aurait été terminé depuis longtemps si le gouvernement ne cherchait pas à exécuter ces hommes".

Pellegrino a retardé de trois ans sa retraite du FBI dans l'espoir que le tribunal militaire de Mohammed à Guantanamo, devant lequel il compte témoigner, soit terminé.

"Ça aurait été bien d'aller jusqu'au bout pendant que j'avais encore mon badge".

Mais cet agent spécial chevronné a atteint l'âge de la retraite et vient de quitter le bureau.

  • USA : un fils Ben Laden sur la liste noire
Après avoir traversé le monde à la recherche de pistes sur Mohammed, il éprouve aujourd'hui un fort sentiment d'échec, se demandant si sa capture dans les années 1990 aurait pu empêcher le 11 septembre.

"Son nom revient dans ma tête tous les jours et ce n'est pas une pensée agréable", dit-il.

"Le temps aide à guérir les choses. Mais c'est ce que c'est".