Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 15Article 579928

BBC Afrique of Monday, 15 March 2021

Source: bbc.com

Kathleen Folbigg : comment la science pourrait libérer une 'tueuse en série'

Imaginez un instant ce que vous devez ressentir si, en tant que mère, vous donnez naissance à quatre enfants, l'un après l'autre, dont chacun, en tant que nourrisson, meurt de causes naturelles sur une période de dix ans.

Imaginez ensuite que vous êtes accusée à tort de les avoir tous étouffés et que vous êtes condamnée à 30 ans de prison pour quatre crimes terribles que vous n'avez pas commis.

Ce récit est en train d'émerger comme étant potentiellement l'histoire vraie de Kathleen Folbigg, une mère australienne de la région de Hunter Valley en Nouvelle-Galles du Sud (NSW).

Qualifiée lors de son procès en 2003 de "pire tueuse en série d'Australie", Kathleen Folbigg a déjà passé près de 18 ans en prison après avoir été reconnue coupable de l'homicide involontaire de son premier enfant, Caleb, et du meurtre de ses trois autres enfants, Patrick, Sarah et Laura.

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    Ce qu'il faut savoir de la "disparition" du président tanzanien "Quand j'ai vu la mare de sang, je n'ai eu qu'une idée: mon enfant est mort" CAF : pourquoi le choix de Motsepe et l’intervention de la Fifa irritent les amateurs de football? La généticienne qui lutte pour aider à revenir à une vie normale Hamed Bakayako: ces choses que vous ne saviez pas sur lui et qui l'ont rendu populaire?
Mais aujourd'hui, de nouvelles preuves scientifiques viennent bouleverser cette affaire.

La semaine dernière, une pétition signée par 90 éminents scientifiques, défenseurs de la science et experts médicaux a été remise au gouverneur de Nouvelle-Galles du Sud, demandant la grâce pour Folbigg et sa libération immédiate.

Parmi les signataires figurent deux lauréats du prix Nobel et deux Australiens de l'année, un ancien chef scientifique et le président de l'Académie australienne des sciences, le professeur John Shine, qui a fait le commentaire suivant : "compte tenu des preuves scientifiques et médicales qui existent désormais dans cette affaire, signer cette pétition était la bonne chose à faire."

Si Folbigg est libérée et que ses condamnations sont annulées, son calvaire sera considéré comme la pire erreur judiciaire de l'histoire de l'Australie - pire encore que le cas de Lindy Chamberlain, qui a purgé trois ans de prison après avoir été condamnée à tort pour le meurtre de son bébé, Azaria, à Uluru.

La pétition expose un fossé troublant dans cette affaire entre la science et le droit.

Au cours de plusieurs appels et d'une enquête détaillée qui a réexaminé les condamnations de Folbigg en 2019, les juges australiens ont résolument rejeté la notion de doute raisonnable dans son cas, donnant plus de poids aux preuves circonstancielles présentées lors de son procès, et aux entrées ambiguës qu'elle a faites dans des journaux intimes contemporains.

"Il reste que la seule conclusion raisonnablement ouverte est que quelqu'un a intentionnellement causé du tort aux enfants, et que l'étouffement était la méthode évidente", affirme Reginald Blanch, un ancien juge qui a dirigé l'enquête. "Les preuves ne désignent personne d'autre que Mme Folbigg".

Le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud a en outre assuré au public, il y a deux ans, "qu'aucune pierre n'a été négligée".

    Algérie : condamné à mort pour meurtre Meurtre de femmes: Ramaphosa dénonce "un niveau de barbarie inacceptable" Kasaï: l'Onu appelle Kinshasa à coopérer
Mais la science, de plus en plus, pointe vers la conclusion qu'il doit y avoir un doute raisonnable sur ses convictions. "La science dans cette affaire est convaincante et ne peut être ignorée", déclare le professeur Jozef Gecz, généticien et chercheur en génétique humaine.

Le professeur Fiona Stanley, chercheur dans le domaine de la santé publique et de l'enfance, explique : "Il est profondément inquiétant que les preuves médicales et scientifiques aient été ignorées, au profit de preuves circonstancielles. Nous avons maintenant une explication alternative pour la mort des enfants Folbigg".

Cette explication alternative réside dans la découverte récente d'une mutation génétique chez Kathleen Folbigg et ses deux filles qui, selon les scientifiques, était "probablement pathogène" et qui, selon eux, a causé la mort des deux filles, Sarah et Laura.

Une mutation génétique différente a été découverte chez les deux garçons, Caleb et Patrick, bien que les scientifiques reconnaissent qu'ici, des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Vous pourriez également être intéressé par :

    Afrique du Sud : coupables de tentative de meurtre Un homme condamné à mort pour le meurtre d'un albinos au Malawi Un enregistrement 'prouve le meurtre de Khashoggi'
La découverte initiale du gène mutant des deux filles, CALM2 et G114R, a été faite en 2019 par une équipe dirigée par Carola Vinuesa, professeur d'immunologie et de médecine génomique à l'Université nationale australienne, et une force motrice de la pétition demandant la libération de Folbigg.

"Nous avons découvert une nouvelle mutation, jamais signalée auparavant, chez Sarah et Laura, qui avait été héritée de Kathleen", explique le professeur Vinuesa à la BBC.

"La variante se trouvait dans un gène appelé CALM2 (qui code pour la calmoduline). Les variantes de la calmoduline peuvent provoquer une mort cardiaque subite".

En novembre de l'année dernière, des scientifiques d'Australie, du Danemark, de France, d'Italie, du Canada et des États-Unis ont fait état d'autres découvertes dans la prestigieuse revue médicale

Une équipe danoise, dirigée par le professeur Michael Toft Overgaard de l'université d'Aalborg, a mené des expériences destinées à tester la pathogénicité de la variante CALM2.

Ils ont constaté que les effets de la mutation Folbigg étaient aussi graves que ceux des autres variantes CALM connues, qui provoquent régulièrement des arrêts cardiaques et des morts subites, y compris chez de jeunes enfants pendant leur sommeil.

Les scientifiques soutiennent : "nous considérons que la variante a probablement précipité la mort naturelle des deux enfants de sexe féminin".

    Deux arrestations en Inde pour viol et meurtre d'une fille de 13 ans
Les deux fillettes souffraient d'infections avant leur mort, et les scientifiques ont avancé l'hypothèse suivante : "un événement arythmique fatal a pu être déclenché par leurs infections intercurrentes".

Les scientifiques ont également indiqué que Caleb et Patrick étaient tous deux porteurs de deux variantes rares du gène BSN, dont il a été démontré qu'il provoquait une épilepsie létale précoce chez la souris.

    Révélations de l’assassinat d’un dissident Rwandais Reconnue coupable de meurtre à cause d’un perroquet Pourquoi la famille de Malcolm X demande la réouverture de l'enquête sur son meurtre
Les récentes découvertes génétiques s'inscrivent dans la lignée d'avis médicaux d'experts antérieurs qui soutiennent la théorie selon laquelle les quatre enfants sont morts de causes naturelles.

Le professeur Stephen Cordner, un pathologiste médico-légal basé à Melbourne, a réexaminé les autopsies des enfants en 2015 et a conclu : "il n'y a pas de support positif de pathologie médico-légale pour l'affirmation que l'un ou l'ensemble de ces enfants ont été tués". Et d'ajouter : "il n'y a aucun signe d'étouffement".

    Meurtre de Khashoggi : Trump ne veut pas écouter l'enregistrement
Trois ans plus tard, en 2018, le pathologiste médico-légal, Matthew Orde, professeur associé clinique à l'Université de Colombie-Britannique, confie à l'Australian Broadcasting Corporation : "fondamentalement, je suis d'accord avec le professeur Cordner, en ce sens que ces quatre décès d'enfants pourraient être expliqués par des causes naturelles."

Aujourd'hui, comme Lindy Chamberlain avant elle, Kathleen Folbigg attend en prison le résultat de la pétition et d'une récente audience devant la Cour d'appel de Nouvelle-Galles du Sud. Elle continue de clamer son innocence.

Regarder :

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter