Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 27Article 610315

BBC Afrique of Tuesday, 27 July 2021

Source: www.bbc.com

Jeux olympiques 2021 : les autorités japonaises peuvent-elles empêcher la propagation du Covid-19 ?

'Lorsque les athlètes arrivent dans le pays, ils sont testés', explique Dr Sell 'Lorsque les athlètes arrivent dans le pays, ils sont testés', explique Dr Sell

Alors que les Jeux olympiques de Tokyo approchent à grands pas, le nombre d'athlètes et de membres du personnel d'encadrement testés positifs au Covid-19 commencent à augmenter.

Ces cas font craindre que l'événement soit gravement affecté par la pandémie de coronavirus. On craint que les JO ne se transforment en un événement à forte propagation.

S'il y a une personne qui comprend le risque d'accueillir les Jeux olympiques pendant une pandémie mondiale, c'est bien Dr Tara Kirk Sell.

Sa carrière de nageuse d'élite lui a permis de remporter une médaille d'argent pour Team USA à Athènes en 2004, avant qu'elle ne change de carrière pour devenir chercheuse principale au Johns Hopkins Center, un centre de renommée mondiale, spécialisé dans la sécurité sanitaire.

Forte de son expérience d'athlète olympique et d'experte en maladies infectieuses, elle explique à la BBC comment les autorités japonaises entendent assurer la sécurité des athlètes et de la population locale.

Voyager pour les Jeux

"Voyager pour les Jeux olympiques a été une expérience assez surréaliste - vous commencez par aller dans un camp d'entraînement après avoir fait partie de l'équipe, puis vous allez au village, et tout va si vite", dit Dr Sell.

"Quand j'y repense, c'est presque comme si c'était un rêve, car tout va si vite, il y a tellement de choses à faire et c'est tellement en dehors de votre vie normale."

Et de nombreux athlètes vivent la même expérience : lors des derniers Jeux olympiques, 11 384 concurrents de 205 pays se sont rendus à Rio, la ville hôte.

C'est ce rassemblement de personnes venues du monde entier que les scientifiques craignent de voir accélérer la propagation des variants dangereux de Covid-19.

"Lorsque les athlètes arrivent dans le pays, ils sont testés", explique Dr Sell.

Et ce, en plus du test Covid-19 qui sera exigé avant même que les concurrents ne prennent l'avion pour le Japon.

Un certain nombre d'athlètes ont déjà fait des tests positifs, soit à leur arrivée au Japon, soit peu après.

"Je pense que les procédures de test garantissent à peu près que nous continuerons à voir des cas identifiés à mesure que d'autres athlètes arriveront au Japon", déclare Dr Sell.

Une fois sur place, les athlètes doivent se déplacer entre leur lieu d'hébergement et les sites olympiques, une tâche qui, par le passé, s'est déroulée de manière chaotique.

Dr Sell raconte qu'elle a dû voyager assise sur le sol d'un bus plein à craquer lorsqu'elle concourait à Athènes, juste pour être sûre d'arriver à l'heure à l'une de ses courses.

Les déplacements à Tokyo, une fois les athlètes arrivés, seront également très différents des Jeux olympiques d'autrefois.

Les transports utilisés pour les Jeux comprendront "davantage de camionnettes privées plutôt que de grands bus destinés à tout le monde", explique Dr Sell.

La vie dans le village olympique

Le séjour à Tokyo est également très différent d'un séjour aux Jeux olympiques.

"Être dans le village est assez impressionnant. Vous voyez des gens du monde entier - c'est l'occasion d'apprendre à connaître des gens qui ne sont pas comme vous", déclare Dr Sell.

"Être à proximité d'autres athlètes vivant dans le même village, manger ensemble, c'est une expérience où l'on apprend à connaître les autres", explique-t-il.

C'est bien sûr tout le contraire de ce que les autorités souhaitent voir se produire pendant la pandémie de Covid-19.

"La plupart de ces occasions de rencontres avec d'autres personnes et d'apprentissage de la culture des autres seront réduites, et la plupart des athlètes sont censés manger dans leur dortoir", affirme l'ancien athlète .

Ceux qui s'aventurent dans le réfectoire trouveront des écrans en plastique entre les places assises et des lingettes alcoolisées, pour le nettoyage de leur table à la suite des repas.

L'alcool ne sera pas non plus en vente, et des mesures de distanciation sociale excluront toute éventuelle liaison amoureuse entre les athlètes.

"Ils seront juste principalement là pour concourir, pour représenter leur pays et, certainement, c'est quelque chose que nous ne devons pas oublier. Pour moi, en tant qu'athlète, c'était certainement la principale raison pour laquelle j'étais aux Jeux olympiques ; ce n'était pas pour faire la fête, c'était pour concourir, et faire en sorte que l'entraînement des quatre précédentes années en vaille la peine", se souvient Tara Kirk Sell.

Et une fois que les athlètes sont entrés dans le village olympique de Tokyo, la compétition est la seule raison pour laquelle ils seront autorisés à partir jusqu'à leur vol de retour.

"Voir les curiosités fait partie de l'attrait des Jeux olympiques pour la ville hôte (…) C'est donc une honte que Tokyo ne puisse pas le faire cette année", commente la chercheuse du Johns Hopkins Cente.

Concurrence

"C'est un grand moment que de se rendre sur le lieu de la compétition et d'être encouragé par les fans qui nous entourent. C'est le plus grand moment pour presque tous les athlètes. Pouvoir concourir pour son pays sur la scène mondiale est certainement un honneur, et je pense que je ne l'oublierai jamais. C'était une expérience à retenir, c'est sûr", se rappelle Tara Kirk Sell.

Une ville qui accueille les Jeux olympiques peut normalement voir plus d'un million de touristes se déplacer pour les Jeux.

"Ces Jeux olympiques seront différents parce que les fans ne sont pas autorisés. Les athlètes seront là, le personnel sera là, une partie de la presse sera là", dit-elle.

Les responsables des Jeux ont d'abord interdit aux spectateurs étrangers, puis aux supporters locaux, d'assister aux événements à Tokyo pour tenter de réduire les risques de propagation du Covid-19.

Et la ville hôte est en état d'urgence en raison des taux d'infection qui y sont enregistrés.

"Les gens encourageront leurs coéquipiers, mais il y aura peut-être un peu d'écho. Je pense que cela pourrait convenir à certains athlètes qui ont déjà l'habitude de gérer cela, mais d'autres, qui se nourrissent généralement de la foule, pourraient ne pas y arriver."

Un événement de superpropagation ?

Malgré tous les risques que l'accueil d'un événement de masse comme les Jeux olympiques fait courir au Japon, Dr Sell reste optimiste quant à la possibilité d'éviter que les Jeux ne se transforment en un superévénement de propagation du Covid-19.

"Nous devons voir comment il est mis en œuvre sur le terrain, pour voir si c'est un succès. Il est certain que si vous testez tout le monde chaque jour, et que vous mettez rapidement les gens en quarantaine s'ils présentent un cas positif, et que vous avez une population d'athlètes hautement vaccinés qui arrivent, je pense que ce sont des recettes pour pouvoir contrôler les cas lorsque vous les identifiez."

De l'avis de Dr Sell, même si divers athlètes ont été testés positifs, cela ne signifie pas que le système ne fonctionne pas.

"C'est bien, car le système est conçu pour attraper les cas, et c'est ce qu'il fait. Mais d'un autre côté, chaque cas est une occasion pour que les choses tournent mal et qu'il y ait une transmission supplémentaire. Mais la clé est la suivante : ces cas vont-ils être contrôlés ? Et je pense qu'ils ont un bon plan pour cela, et nous devons voir si la mise en œuvre de ce plan va fonctionner."