Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 07Article 612493

BBC Afrique of Saturday, 7 August 2021

Source: www.bbc.com

Jeux olympiques 2021 : le togolais Benjamin Boukpeti se prononce sur l'importance de la santé mentale

Le togolais Benjamin Boukpeti se prononce sur l'importance de la santé mentale Le togolais Benjamin Boukpeti se prononce sur l'importance de la santé mentale

L'ancien médaillé olympique togolais Benjamin Boukpeti affirme que les problèmes de santé mentale doivent être traités avec la même importance que les blessures physiques.

L'homme de 39 ans a remporté la première, et jusqu'à présent la seule, médaille olympique du Togo lorsqu'il a obtenu le bronze dans le slalom de canoë-kayak masculin aux Jeux de Pékin en 2008.

Né en France, Boukpeti est aujourd'hui représentant des athlètes auprès de l'Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (Anoca) et affirme que la santé mentale est l'un des principaux domaines sur lesquels ils travaillent.

Il s'exprimait après le retrait de la gymnaste américaine Simone Biles de certaines de ses épreuves afin de donner la priorité à sa santé mentale.

"Nous (Anoca) avons reconnu depuis longtemps que cela (la santé mentale) était très important et que les athlètes ne sont pas assez soutenus", dit-il à BBC Sport Africa.

"Aujourd'hui, nous sommes plus à même de comprendre comment nous sommes physiquement, mais mentalement il y a encore beaucoup de travail à faire", explique-t-il.

"Pour moi, cette nouvelle (de Simone Biles devant se retirer en raison de sa santé mentale) est tragique - mais tout comme vous traiteriez une blessure au coude ou à la main, c'est une blessure qui doit être traitée également", ajoute-t-il.

Boukpeti affirme que le Comité international olympique (CIO) a ouvert la voie sur le sujet de la santé mentale, tandis que lui et Anoca tentent de sensibiliser les gens à cette question.

"Nous (Anoca) sommes mis au courant des principales informations et études scientifiques sur la situation, puis nous sommes en mesure de partager des histoires réelles et de fournir des exemples de ce qu'un athlète traverse et de ce qui s'est passé", explique-t-il.

  • L'Ivoirienne Ruth Gbagbi, numéro 1 mondial de taekwondo
"Nous avons besoin de plus de sensibilisation, et d'aide pour les athlètes, les entraîneurs et le personnel pour s'assurer que leur comportement est correct afin de s'assurer que la santé mentale est bonne", poursuit-il.

"Il y a aussi la question du dopage et des agressions sexuelles, donc il y a beaucoup de choses à gérer".

Expérience personnelle

Il précise que sa propre santé mentale est une chose dont il a pris grand soin au cours de sa carrière.

"La première étape pour moi a été de me préparer mentalement par rapport à mon sport, pour m'assurer que j'étais en mesure d'être à mon meilleur le bon jour, surtout pour les Jeux olympiques, car il n'y a qu'un jour comme ça tous les quatre ans", soutient-il.

"Mais c'est une autre chose de se préparer à la vie (en dehors du sport) - tous les médias, la pression des sponsors, ou des gens du pays que vous représentez", avoue-t-il.

"J'ai eu beaucoup de chance parce que mon entourage, mon entraîneur, étaient très intelligents à ce sujet, donc c'était OK à gérer", témoigne-t-il.

  • Et si les athlètes olympiques recommençaient à concourir nus ?
"Mais si je me souviens bien, rien qu'en pensant au retour au Togo après avoir remporté la médaille olympique, j'ai pris beaucoup de temps pour préparer la façon dont je parlerais aux médias, comment je me comporterais, car je savais que chaque geste pouvait avoir une influence et faire la différence", révèle-t-il.

Il pense également que la pandémie mondiale de coronavirus a créé davantage de problèmes de santé mentale au cours des 18 derniers mois.

  • 'Je ne pensais pas que le fait d'avoir un enfant m'affecterait comme ça.'
"La pandémie et toutes les restrictions ont eu un impact énorme sur les préparations et sur nos vies", poursuit-il.

"Les sportifs restent des humains et ne sont pas différents des autres personnes. C'est très stressant de préparer des Jeux olympiques, et ça l'est encore plus dans ces conditions", dit-il.

"Vous ne savez pas si vous pouvez voyager, vous ne savez pas si vous ou votre famille allez contracter le Covid", souligne l'athlète.

Il espère que les choses s'amélioreront si davantage d'athlètes et de personnes en général parlent des problèmes de santé mentale.

"Peut-être que c'est les médias sociaux, peut-être que c'est la pandémie, mais nous pouvons maintenant voir que certains athlètes vedettes en souffrent (des problèmes de santé mentale), qu'ils sont aussi aux prises avec ces problèmes et c'est peut-être pour cela que nous en parlons davantage", souligne-t-il.

"Mais en fait, ce n'est pas quelque chose de nouveau, c'est juste quelque chose dont nous sommes plus à même de parler aujourd'hui, parce que nous sommes aussi plus à même de voir et de reconnaître la situation."

Médias sociaux

Selon M. Boukpeti, les athlètes doivent être plus conscients des pièges qui accompagnent l'utilisation des médias sociaux.

"Avec les médias sociaux, nous ne sommes pas en mesure de contrôler et de diriger ce qui se passe", souligne-t-il.

"Avec les médias, vous avez un peu de contrôle, de même qu'avec vos sponsors, mais avec les médias sociaux, les choses peuvent changer en quelques heures et une histoire peut prendre de l'ampleur, qu'elle soit vraie ou non, et la plupart du temps, l'information est fausse", explique-t-il.

  • Des drapeaux de pays transformés en samouraïs pour les Jeux olympiques
"C'est trop rapide et vous n'êtes pas en mesure de le gérer et soudain, des milliers, voire des centaines de milliers, voire des millions de personnes diffusent de fausses informations sur vous", poursuit-il."Donc, c'est quelque chose que vous devez aussi gérer, et vous pouvez imaginer, vous êtes à l'intérieur de votre maison, vous devez vous préparer pour les Jeux olympiques, vous ne pouvez pas sortir à cause du Covid, et donc votre nouveau meilleur ami, ce sont les médias sociaux", dit-il.

"D'un côté, c'est vraiment bien, mais d'un autre côté, ça peut être très dangereux", reconnait-il.