Vous-êtes ici: AccueilSport2018 11 29Article 451679

Sports News of Thursday, 29 November 2018

Source: L'Essentiel du Cameroun/N°222

Issa Hayatou rejette la décision de la Cour égyptienne

La Cour économique égyptienne a condamné le 26 novembre dernier l’ancien président Issa Hayatou et l’ancien secrétaire général de la Confédération africaine de football (CAF), le Marocain Hictham El Amran au sujet de la désignation en 2016 de la société française Lagardère Sports, par la CAF, comme agence marketing et média pour la commercialisation, au nom de la CAF, des droits des principales compétitions de la CAF jusqu'en 2028.

Le jugement impose à Issa Hayatou, ainsi qu’à l’ancien secrétaire général de la CAF, une lourde amende de 500 millions de livres égyptiennes (environ 27,9 millions de dollars US) chacun, soit un total d’un milliard de livres égyptiennes (environ 55,8 million de Dollars US), tout en dédouanant paradoxalement la CAF de toute responsabilité.

LIRE AUSSI: Défaite du Cameroun: les Lionnes sévèrement lynchées sur la toile!

Dans une mise au point rendue publique le 28 novembre 2018, Issa Hayatou indique que « ce verdict est passablement grotesque et ne trouve point de justification en ceci qu’il constitue un mépris flagrant des faits et des dispositions de la loi égyptienne et internationale sur la concurrence ».
En effet, pour réfuter la décision de la Cour économique égyptienne, Issa Hayatou s’appuie sur le fait que la CAF et son Comité exécutif ont renouvelé le partenariat avec Lagardère Sports en juin 2015, à travers un mémorandum d’entente.

Bien plus, l’accord en question a été approuvé à l'unanimité des membres du Comité, dans le respect scrupuleux des procédures contractuelles et légales.
Il a été obtenu à la suite des négociations entamées en septembre 2014 et impliquant un grand nombre de représentants, dont un groupe de travail de la CAF, la commission de Marketing Stratégique de la CAF, une agence spécialisée dans le droit du sport, ainsi que l'administration de la CAF, ceci dans le cadre du mandat émis par le Comité exécutif.

L’ancien président de la CAF rappelle tout de même que durant toute sa présidence à la CAF (1988 à 2017), « tous les actes posés l’ont été dans le strict respect des statuts et règlements et toujours dans l’intérêt du football africain. La preuve, s’il en était encore besoin, en est que le contrat signé avec Lagardère Sports est toujours maintenu en vigueur par l’Exécutif actuel de la CAF et continue à produire ses effets ».

LIRE AUSSI: CAN Féminine 2018: des journalistes camerounais cambriolés au Ghana

Pour Issa Hayatou, il ne fait l’ombre d’aucun doute que « cette affaire est orchestrée avec un agenda politique et pour le bénéfice de certains individus », pour ternir sa réputation et celle de l’ancien secrétaire général. Par ailleurs, il se dit disposé à faire appel de cette décision, tout en se réservant le droit de porter l'affaire devant tout autre Tribunal international compétent. Il s’agira alors de mettre un terme à ce qu’il qualifie comme une « diffamation intolérable et aux atteintes son honneur ».

Affaire à suivre.