Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 28Article 616000

BBC Afrique of Saturday, 28 August 2021

Source: www.bbc.com

Intelligence artificielle : ce que le Japon peut nous apprendre sur les robots

Le Japon est connu depuis longtemps comme une nation qui construit des robots humanoïdes Le Japon est connu depuis longtemps comme une nation qui construit des robots humanoïdes

Dans un certain temple bouddhiste vieux de 400 ans, les visiteurs peuvent se promener dans de paisibles jardins de pierre, s'asseoir pour une tasse de thé tranquille et recevoir des enseignements bouddhistes d'un prêtre inhabituel : un androïde nommé Mindar.

Il a un visage serein et une apparence neutre, ni vieux ni jeune, ni homme ni femme. Au-delà de la peau réaliste qui recouvre sa tête et le haut de son torse, il a l'air inachevé et industriel, avec ses tubes et ses machines apparentes. Mais Mindar est philosophiquement très sophistiqué, il parle d'un texte bouddhiste abscons appelé le Sutra du cœur.

Si vous deviez trouver ce prêtre robotisé, vous n'auriez qu'à deviner que c'est au Japon, dans le magnifique temple Kodai-ji de Kyoto.

Le Japon est connu depuis longtemps comme une nation qui construit des robots humanoïdes et s'y attache avec plus d'enthousiasme que toute autre.

Si cette réputation est souvent exagérée à l'étranger - les foyers et les entreprises japonais ne sont pas densément peuplés d'androïdes, comme le laissent entendre les gros titres hyperventilés - elle n'est pas sans fondement.

Objets du quotidien

Certains observateurs de la société japonaise affirment que la religion indigène du pays, le shinto, explique son penchant pour les robots.

Le shinto est une forme d'animisme qui attribue des esprits, ou kami, non seulement aux humains mais aussi aux animaux, aux éléments naturels comme les montagnes, et même aux objets du quotidien comme les crayons.

"Toutes les choses ont un peu d'âme", selon les mots de Bungen Oi, le prêtre en chef d'un temple bouddhiste qui a organisé des funérailles pour des chiens de compagnie robotisés.

Selon ce point de vue, il n'y a pas de distinction catégorique entre les humains, les animaux et les objets, il n'est donc pas si étrange qu'un robot fasse preuve de comportements semblables à ceux des humains - il montre simplement son type particulier de kami.

"Pour les Japonais, nous pouvons toujours voir une divinité à l'intérieur d'un objet", explique Kohei Ogawa, le concepteur principal de Mindar.

L'animisme du Japon contraste avec les traditions philosophiques de l'Occident.

Les Grecs anciens étaient animistes en ce sens qu'ils voyaient des esprits dans des lieux naturels comme les cours d'eau, mais ils considéraient l'âme et l'esprit humains comme distincts et supérieurs au reste de la nature.

Les religions abrahamiques placent l'homme sur un piédestal encore plus élevé, comme la plus grande création de Dieu, les seuls vaisseaux contenant des âmes immortelles.

Les Israélites de l'Antiquité étaient sévèrement mis en garde contre l'attribution d'une trop grande spécificité aux objets, de peur de tomber dans le culte des idoles, une forme d'hérésie expressément interdite par les dix commandements.

Certaines formes d'islam sont particulièrement hostiles à l'idolâtrie et interdisent de créer ne serait-ce que des images d'humains ou d'animaux.

Ne jouez pas avec la nature

Selon le point de vue occidental traditionnel, une machine qui se comporte comme une personne viole les frontières naturelles, confondant dangereusement le sacré et le profane.

Selon Christopher Simons, professeur de culture comparée à l'International Christian University de Tokyo, cette mise en garde éthique est très présente dans les mythes modernes sur la technologie, comme Frankenstein, dont le message moral est en grande partie tiré de la Bible.

"Le Dr Frankenstein crée une autre vie dans le monstre. C'est comme si les humains avaient mangé de l'arbre de la connaissance dans l'Eden. C'est le péché originel ; en conséquence, nous sommes punis", dit-il.

À la fin tragique de l'histoire, le Dr Frankenstein et son monstre étant tous deux morts, la leçon est claire, selon M. Simons : "soyez prudents, êtres humains. Ne prenez pas le rôle de Dieu".

La pièce tchèque de 1920, RUR, qui a introduit le mot "robot", est imprégnée de thèmes religieux : un personnage crée des androïdes pour prouver que Dieu n'existe pas, un autre soutient que les robots devraient avoir une âme, et deux robots qui tombent amoureux sont rebaptisés "Adam" et "Eve".

À la fin de l'histoire, les robots tuent tous les humains sauf un.

Un moteur de l'industrie

Certains chercheurs affirment que les racines de l'opinion positive du Japon sur la technologie, et les robots en particulier, sont principalement socio-économiques et historiques plutôt que religieuses et philosophiques.

Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, le Japon s'est tourné vers les nouvelles technologies pour reconstruire non seulement son économie, mais aussi l'image qu'il avait de lui-même.

"Les robots industriels ont joué un rôle majeur dans la renaissance économique du Japon dans les années 60", explique Martin Rathmann, spécialiste du Japon à l'université de Siegen, en Allemagne.

"Au lieu d'assouplir les politiques d'immigration strictes pour pallier la pénurie de main-d'œuvre, ils ont introduit une automatisation généralisée grâce à la robotique." Après avoir automatisé ses propres chaînes de fabrication, dopant ainsi l'efficacité et la production, le Japon est devenu un grand exportateur de robots industriels vers d'autres pays.

Lorsque certains ingénieurs sont passés de la fabrication de robots industriels fonctionnels à celle de robots humanoïdes qui interagissent avec les gens, l'histoire particulière du Japon a probablement influencé la façon dont ils étaient perçus.

En 1649, les dirigeants militaires du Japon ont interdit l'utilisation de la technologie pour développer de nouvelles armes, afin de prévenir l'apparition de nouveaux rivaux, selon les recherches de Cosima Wagner, chercheuse à la Freie Universität de Berlin.

Les artisans se sont donc concentrés sur des créations plus inoffensives, telles que des poupées mécaniques qui jouaient dans des théâtres de marionnettes ou servaient du vrai thé dans de vraies tasses.

Lorsque le Japon s'est finalement ouvert aux contacts avec l'étranger plus de deux siècles plus tard, ces concepteurs de jouets compétents ont ouvert la voie en adaptant la technologie occidentale à des utilisations plus pratiques.

En 1875, par exemple, le fabricant de poupées Tanaka Hisashige a créé Tanaka Seisakusho (Tanaka Engineering Works), la première société d'ingénierie mécanique du Japon ; 64 ans plus tard, après une importante fusion, elle est devenue connue sous le nom plus familier de Toshiba.

La "vallée mystérieuse"

Bien que les proto-robots soient passés de mode au cours de la rapide modernisation du Japon au XXe siècle, l'idée d'êtres mécaniques comme amusements a pu perdurer dans la conscience nationale.

Lorsque Masahiro Mori, le célèbre penseur de la robotique qui a inventé l'expression "vallée mystérieuse", a commencé à faire des recherches sur les robots dans les années 1970, il a eu du mal à être pris au sérieux.

L'expression, qui fait référence au malaise que nous ressentons lorsque nous sommes confrontés à des entités semblables à des humains, semblait en contradiction avec la relation du Japon avec les robots.

"À l'époque, les gens ne pensaient pas que les universités devaient faire des recherches sur les robots", dit-il dans une interview accordée au magazine IEEE Spectrum.

"Ils pensaient qu'il était frivole de travailler sur un 'jouet'". Le Japon avait été contraint de se démilitariser pendant l'occupation américaine, et la nation officiellement pacifiste a fait peu d'efforts pour utiliser les robots comme armes.

Ces facteurs ont contribué à inculquer une vision généralement positive des robots dans le Japon d'après-guerre. L'automatisation industrielle avait constitué un atout économique majeur, et les robots humanoïdes étaient une curiosité inoffensive. L'Occident, quant à lui, avait tendance à adopter un point de vue moins optimiste.

Les États-Unis, préoccupés par la guerre froide, ont injecté des fonds dans la robotique à des fins militaires, ce qui a jeté une aura menaçante sur le domaine. Et les travailleurs occidentaux ont longtemps pensé que l'automatisation prenait les emplois des hommes, depuis que les luddites ont détruit les machines textiles en Angleterre à la fin du 18e et au début du 19e siècle.

Une super star du manga

Ces visions divergentes de la technologie se sont révélées dans la culture pop de la seconde moitié du XXe siècle.

L'un des personnages japonais les plus influents de cette époque est Astro Boy, qui a été introduit dans les bandes dessinées manga en 1952 et est ensuite apparu dans des livres, des émissions de télévision, des films et une large gamme de produits dérivés tels que des figurines et des cartes à collectionner.

Astro Boy était un androïde qui utilisait ses pouvoirs surhumains pour le bien et ralliait le pays autour d'un message positif sur la technologie - même si ce n'était pas son intention à l'origine.

"Selon [le créateur d'Astro Boy, Osamu] Tezuka, il avait été contraint de dresser un tableau très optimiste de la technologie... par sa maison d'édition et ses lecteurs afin de donner de l'espoir aux Japonais, qui, dans les années 1950, souffraient encore des destructions de la guerre et de la conscience de leur infériorité technologique par rapport aux vainqueurs occidentaux de la guerre", écrit Wagner.

"Le message de Tezuka, qui consistait en une critique du comportement humain, n'a pas été compris ; au lieu de cela, seul le personnage sympathique d'un robot sauveur a été idéalisé comme un espoir pour l'avenir de la société japonaise."

Le message a laissé une marque puissante sur une génération de Japonais, notamment ceux qui allaient fabriquer leurs propres androïdes.

"La robotique japonaise est animée par le rêve d'Astro Boy", selon l'ingénieur Yoji Umetani. "'S'il n'y avait pas de fiction robotique, il n'y aurait pas de robotique' est le credo de nombreux chercheurs et développeurs robotiques de premier plan au Japon.

"Depuis le lycée, ils ont rêvé d'Astro Boy et sont devenus roboticiens grâce à lui".

L'Occident a également raconté des histoires positives sur les robots, mais celles qui ont le plus marqué les esprits concernent les menaces qu'ils font peser sur l'humanité.

Dans 2001 : L'Odyssée de l'espace, le système informatique intelligent Hal se rebelle et tue plusieurs des membres de l'équipage du vaisseau spatial qu'il contrôle. Dans Do Androids Dream of Electric Sheep ? et son adaptation cinématographique, Blade Runner, des androïdes à l'apparence humaine convaincante se rebellent contre leur servitude jusqu'à ce qu'ils soient traqués et tués.

La peur de l'Occident à l'égard des robots s'est cristallisée dans la série Terminator, dans laquelle le réseau informatique de défense SkyNet prend conscience de lui-même, les humains tentent de l'arrêter et SkyNet utilise des androïdes appelés Terminators pour leur faire la guerre.

De nombreuses œuvres occidentales de science-fiction reprennent les mêmes avertissements moraux que Frankenstein et RUR : la folie de créer une vie artificielle, le paradoxe de savoir si une chose fabriquée par l'homme peut avoir une âme, l'impossibilité de coexister avec nos créations les plus sophistiquées.

Pendant ce temps, le Japon, moins préoccupé par les craintes d'un soulèvement des robots, est impatient d'utiliser des robots pour pallier une grave pénurie de main-d'œuvre et s'acquitter de tâches telles que la prise en charge de la population âgée du pays, qui croît rapidement.

Comme dans les années d'après-guerre, le gouvernement et les entreprises poussent à l'automatisation pour aider l'économie, contribuant ainsi à un enthousiasme national pour les robots.

Mais si Astro Boy a contribué à l'enthousiasme du Japon pour l'idée des robots, il a peut-être aussi contribué à l'ambivalence du pays à leur égard dans la pratique, jusqu'à présent.

Selon M. Rathmann, les Japonais souffrent du "syndrome d'Astro Boy" : ils ont tendance à imaginer des robots humanoïdes intelligents, flexibles et puissants, mais jusqu'à présent, la robotique dans la vie réelle n'a pas répondu à leurs attentes.

Selon lui, compte tenu de la technologie disponible aujourd'hui, les ingénieurs qui travaillent sur les robots de soins aux personnes âgées devraient se concentrer sur la fabrication d'appareils simples qui s'intégreront facilement dans les établissements de soins, plutôt que sur des appareils tape-à-l'œil, impressionnants mais coûteux et peu pratiques.

En fin de compte, même les Japonais pourraient préférer que leurs besoins humains soient pris en charge par de vrais humains.

"Lorsque j'ai voyagé au Japon, j'ai découvert que les établissements de soins japonais ne sont pas du tout encombrés de dispositifs robotisés", explique la chercheuse Marketta Niemela. "Le contact humain est plutôt apprécié".

Astro Boy a donné au Japon une vision optimiste d'un avenir robotique. Les Japonais conservent cet optimisme, mais les robots sont pour l'instant restés quelque peu dans le futur.