Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 13Article 588763

BBC Afrique of Tuesday, 13 April 2021

Source: bbc.com

"Ils ne se rendent même pas compte que quelque chose leur est arrivé" : qu'est-ce qu'un infarctus cérébral "silencieux"?

Lorsqu'une personne subit un infarctus cérébral - dû à une hémorragie, une obstruction ou une compression d'un vaisseau sanguin - les cellules privées d'oxygène peuvent mourir.

Selon la région du cerveau touchée, la personne peut perdre la parole, certains mouvements et sensations du corps, ou avoir des difficultés à se souvenir. Ce sont là les effets dramatiques de ce que l'on appelle également un accident vasculaire cérébral.

Mais il existe un autre type d'AVC dont les effets sont moins évidents et plus difficiles à diagnostiquer, car ils ne présentent pas de symptômes immédiats.

Il s'agit de l'infarctus lacunaire ou "silencieux", car il affecte des régions du cerveau plus petites et moins fonctionnelles, qui ne se manifestent pas par un AVC symptomatique, mais qui, avec le temps, peuvent s'accumuler et avoir un impact important à long terme sur la mémoire du patient.

Selon une étude publiée en 2012 par la faculté de médecine de l'université Harvard, aux États-Unis, les AVC silencieux sont plus fréquents que les AVC avec symptômes. Les chercheurs estiment que plus d'un tiers des personnes âgées de plus de 70 ans ont subi une crise cardiaque silencieuse.

Que se passe-t-il lors d'un accident vasculaire cérébral ?

L'accident vasculaire cérébral (AVC) est une façon générale de désigner un état du cerveau qui ne reçoit pas assez d'oxygène, soit à cause d'une hémorragie, soit à cause d'un blocage. La terminologie spécifique est l'infarctus, qu'il soit hémorragique ou ischémique.

"L'ischémie signifie que l'oxygène n'arrive pas en quantité suffisante et que le tissu cérébral meurt", explique Cristina Koppel, neurologue au King's College Hospital de Londres, à la BBC Mundo.

La grande majorité sont des accidents vasculaires typiques, lorsqu'un embole ou un caillot qui a voyagé dans les artères obstrue les vaisseaux sanguins et interrompt la circulation sanguine.

"Il faut imaginer le système de circulation dans la tête comme un arbre dont le tronc - une grande artère - se divise en branches de plus en plus petites et si minuscules que nous n'avons même pas de noms pour ces vaisseaux sanguins", explique le Dr Koppel. .

"Le caillot, qui peut s'être formé dans le cœur ou dans les artères carotides (artères principales du cou), se déplace dans ce système qui devient de plus en plus étroit, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus passer, bloquant les vaisseaux sanguins qui alimentent certaines parties du cerveau.

Sans cet apport de sang riche en oxygène, les cellules de cette région cessent de fonctionner et peuvent mourir, ce qui entraîne une combinaison de symptômes pouvant aller d'une faiblesse dans une partie du visage à des difficultés à parler ou à marcher, en passant par des problèmes de vision.

Au Royaume-Uni, les médecins conseillent de garder à l'esprit l'acronyme FAST, qui désigne en anglais quatre mots : face (visage), arm (bras), speech (parole) et time (temps). En d'autres termes, si un côté du visage est tombant, que le bras est faible ou tremblant, que vous avez des difficultés à parler... il est temps d'appeler l'ambulance.

"Si le patient arrive à l'hôpital dans un délai d'environ 4 heures et demie, après un scanner pour s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un infarctus hémorragique, un médicament antithrombotique peut être administré pour dissoudre le caillot et débloquer l'artère", explique le neurologue.

Toutes ces compétences perdues lors d'un accident vasculaire typique reflètent les fonctions qui étaient contrôlées par la région du cerveau touchée.

"Ils ne réalisent même pas que quelque chose leur est arrivé"



Mais il existe un type d'infarctus cérébral qui ne se manifeste pas de cette manière évidente, car "il ne se produit pas à la périphérie, mais à l'intérieur du cerveau et affecte les régions les plus profondes".

Il s'agit d'un infarctus lacunaire ou silencieux. Dans ce cas, l'interruption du flux sanguin détruit les cellules dans les régions du cerveau qui ne contrôlent pas les fonctions vitales, les régions "silencieuses".

Les dommages sont si petits qu'il n'y a pas de symptômes évidents et qu'ils ne peuvent être vus qu'avec une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (CT scan).

"Ils ressemblent à un petit point", explique le Dr Koppel. "Bien souvent, lorsque nous leur avons posé la question, les patients n'ont même pas réalisé que quelque chose leur était arrivé".

"C'est parce que cette crise cardiaque profonde n'a pas provoqué de symptômes ou qu'ils étaient si légers que le patient n'est pas allé à l'hôpital", ajoute-t-il.

Bien qu'elles aient pu souffrir d'une subtile déficience cognitive temporaire, la plupart des victimes de ce type d'accident vasculaire silencieux ne savent pas qu'elles en ont souffert.

Cependant, quelle que soit la taille de la lésion, "il y a là des cellules mortes, qui affectent le câblage ou les connexions du cerveau".

Si plusieurs de ces accidents vasculaires s'accumulent, le scénario le plus courant est que certaines fonctions cérébrales sont affectées, une lenteur cognitive, une maladresse à la marche, des oublis et, en conséquence, une démence vasculaire.

Problèmes de mémoire

Bien que les effets ne soient pas immédiatement visibles, un AVC silencieux peut interrompre le flux sanguin nécessaire à la mémoire.

Dans une étude publiée dans la revue Neurology , des chercheurs ont étudié 650 personnes sans antécédents de démence, en recherchant par IRM des signes de perturbation de l'irrigation sanguine dans le cerveau des participants.


De petites régions de tissu mort ont été trouvées chez plus de 170 des participants en raison d'un manque d'apport sanguin au cerveau, bien que seulement 66 d'entre eux aient déclaré avoir des symptômes d'un accident vasculaire cérébral.

Tous les patients qui avaient subi ces accidents vasculaires présentaient des difficultés au niveau de la mémoire et des processus cognitifs. Ces problèmes sont apparus indépendamment d'autres formes de pertes de mémoire liées à l'âge.

Les chercheurs ont conclu qu'à mesure que les dommages causés par ces accidents vasculaires silencieux s'accumulent, il est plus difficile pour le cerveau de fonctionner normalement.

Parce que les femmes vivent plus longtemps, elles sont plus vulnérables aux accidents vasculaires cérébraux. Les médecins leur recommandent de passer des tests pour évaluer les facteurs de risque de maladie cérébrovasculaire.

Prévention

La démence vasculaire ne peut être inversée. Comme il n'est pas possible de faire une IRM ou un scanner pour tout le monde, il est possible de prendre des mesures pour réduire les facteurs de risque.

Le principal facteur, explique la neurologue Cristina Koppel, est l'hypertension "et c'est la première, la deuxième et la troisième chose que nous contrôlons."

Le cholestérol et le diabète sont également surveillés, et il est conseillé de réduire la consommation de sel et de ne pas fumer.

"Il faut commencer un traitement à base d'aspirine ou d'un autre anticoagulant comme le clopidogrel , qui est un antiplaquettaire qui inhibe la formation de caillots", précise le Dr Koppel.

À cela s'ajoutent les recommandations d'adopter un régime alimentaire sain, de faire de l'exercice régulièrement et de se rendre aux contrôles médicaux de manière disciplinée .

"Avec l'âge, il est nécessaire d'y faire plus attention", prévient le neurologue. "Cela va nous arriver à tous à un degré ou à un autre", ajoute-t-il.


Ce que vous pouvez faire pour prévenir la perte de mémoire due à un AVC silencieux


Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter