Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 26Article 593053

BBC Afrique of Monday, 26 April 2021

Source: BBC

Hellah Sidibé : l'ex footballeur malienne qui a fait 4.828 km à pied de la Californie à New York

La plupart des personnes qui pratiquent la course savent que cette activité peut parfois être pénible, même si l'on est doué pour cela.

Mais Hellah Sidibé, un ancien footballeur professionnel d'origine malienne, a décidé de s'infliger une douleur d'une toute autre ampleur, sans même la promesse d'une médaille souvenir.

L'homme de 30 ans, dont la carrière de footballeur a atteint son apogée avec le club de MLS Seattle Sounders, est à mi-chemin d'une course transcontinentale de la Californie à New York - environ 5149 km au total, un exploit que seules 300 personnes auraient réalisé.

"C'est douloureux", dit-il à BBC Sport depuis le véhicule de loisirs qui lui sert de maison pendant la durée de la course, actuellement quelque part dans l'Oklahoma.

Alors pourquoi s'infliger cela ?

Voir aussi:

"Si vous achetez une paire de chaussures, vous avez intérêt à en prendre soin".

Sidibé, qui a quitté l'Afrique de l'Ouest pour s'installer aux États-Unis à l'âge de sept ans lorsque le travail de ses parents les y a conduits, raconte qu'à l'époque, il ne savait pas que d'autres sports que le football existaient.

"En tant qu'enfant au Mali, le football est un mode de vie. La seule chose qui était importante pour moi était de taper dans un ballon et de courir partout", dit-il.

M. Sidibé estime qu'il est essentiel que les enfants maliens soient régulièrement vaccinés contre le tétanos, car il est fréquent qu'ils se coupent les pieds sur des éclats de métal. La plante de ses propres pieds est marquée par des cicatrices dues à la pratique du football sur des chemins de gravier ou de terre.

"Au Mali, si vous recevez une paire de chaussures, on vous dit qu'il faut en prendre soin, car il peut s'écouler des années avant que vous n'en receviez une autre paire", explique-t-il.

Il espère donc récolter des fonds et sensibiliser le public à travers une organisation caritative, Soles4Souls, qui redistribue les chaussures inutilisées aux millions de personnes dans le monde qui vivent dans la pauvreté et n'ont accès à aucune forme de chaussure.

Le footballeur qui détestait courir

Ce défi est également lié à l'amour de Sidibé pour la course à pied, mais ce n'était pas un coup de foudre.

Après avoir obtenu une bourse d'études pour jouer dans la meilleure division universitaire américaine, il a ensuite signé un contrat professionnel avec l'équipe MLS des Seattle Sounders.

Son moment fort, dit-il, a été de jouer un match de pré-saison contre son héros Frank Lampard, alors que l'ancien joueur de Chelsea était au New York City FC.

Mais même en tant qu'athlète professionnel, Sidibé n'a jamais voulu courir pour le plaisir de courir.

"Dans le football, c'est le jeu qui compte, donc on ne se concentre pas uniquement sur la course à pied", explique-t-il.

"Mais lorsque l'entraîneur vous dit 'commençons à courir', votre estomac se vide. Vous avez peur de la douleur que vous allez ressentir."

Pour s'habituer à la course à pied, Sidibé s'est lancé un défi relativement facile : courir 10 minutes par jour pendant deux semaines.

Cela a immédiatement changé son attitude envers la course à pied. "Je pense que je peux faire ça pour le reste de ma vie", a -t-il dit et il a dit à sa petite amie.

Jusqu'à présent, Sidibé a tenu parole. Il a continué à courir tous les jours pendant presque quatre ans, quel que soit le temps.

Il a documenté son parcours et s'est constitué un public fidèle sur sa chaîne YouTube (qui compte près de 250 000 abonnés), ce qui lui a procuré un revenu régulier et le parrainage d'une marque britannique de vêtements de fitness.

Après deux ans de course quotidienne, il a voulu se lancer un nouveau défi et a cherché quelque chose de "plus grand que moi".

C'est ainsi qu'est née l'idée de la course transcontinentale.

Après un départ retardé de 12 mois à cause de la pandémie de coronavirus, Sidibé s'est finalement lancé le 1er mars dernier de Huntington Beach, près de Los Angeles.

Son objectif est de parcourir entre 48 et 65 km par jour et d'atteindre New York en 100 jours, mais il préfère être prudent : "on verra bien".

Des attaques imaginaires...et réelles

La course en altitude, combinée à des blessures au début de son défi, a sapé sa confiance et limité son kilométrage.

"Vers le 25e jour, j'ai cru que c'était fini. J'avais tellement mal. Mon genou était bloqué - je ne pouvais pas le plier", a-t-il déclaré.

Il admet qu'un physiothérapeute lui aurait conseillé de se reposer et de récupérer à ce moment-là, mais il n'était pas question de s'arrêter.

"Je me fiche de savoir si je vais lentement, tant que je couvre mon kilométrage ce jour-là".

Son meilleur ami, Garrett Jones (kinésiologue et spécialiste de la nutrition fitness), est également présent pour lui prodiguer des massages quotidiens et surveiller ses apports alimentaires : un régime 100 % végétalien mais riche en glucides.

Courir pendant huit heures, et brûler plus de 4 000 calories par jour, a également des répercussions sur le bien-être mental de Sidibé.

"Tu as beaucoup d'hallucinations. J'ai vu des serpents et des pumas qui n'étaient pas là. Une fois, j'ai vu un chien en peluche et j'ai cru que c'était un bébé ours. J'ai paniqué en pensant que la maman ours allait être proche."

Le plus terrifiant, et malheureusement pas une hallucination, Sidibé a également été poursuivi par une femme qui le menaçait avec un couteau.

Heureusement, il n'a pas été blessé, et sa petite amie Alexa Torres, qui se trouvait à proximité dans une voiture, a pu l'emmener au poste de police local pour signaler l'incident. Il n'a aucune idée de la raison pour laquelle la femme s'est comportée comme elle l'a fait et a déclaré que c'était "effrayant, mais nous allons bien".

Après 50 jours de voyage, M. Sidibé se bat contre les vents contraires, les vents latéraux et le paysage vallonné (et parfois peu inspirant) de l'Oklahoma. Il a devant lui le Missouri, l'Illinois, l'Indiana, l'Ohio, la Pennsylvanie, un rapide coup d'œil dans le Maryland et enfin New York.

"Je pense toujours à ce à quoi l'arrivée va ressembler. Tous ceux à qui j'ai parlé m'ont dit de ne pas y penser, mais pour moi, cela m'aide. Je suis excité et ça m'aide à travailler plus dur pour y arriver."

De la malbouffe végétalienne et un cocktail fruité...

Alors, que ressentira-t-il en arrivant à New York après avoir parcouru 5149 km ?

"Je continue à penser à manger autant de junk food végétalienne que possible après avoir terminé", dit-il. "Je ne bois pas vraiment d'alcool mais je rêve d'un cocktail appelé Bay Breeze - c'est fruité ! Et je vais dormir, et ne me réveiller que lorsque mon corps voudra se réveiller", ajoute Sidibé.

Que diriez-vous d'une course pour maintenir la série de presque quatre ans ?

"C'est garanti. Mais pas plus de 3 km... peut-être un peu plus, qui sait ?", répond l'ancien footballeur d'origine malienne.