Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 14Article 597046

BBC Afrique of Friday, 14 May 2021

Source: www.bbc.com

Handicap et violence domestique: 'Personne ne sait ce qui se passe derrière ces murs'

Sara Cincurova Sara Cincurova

Alors que les cas de violence domestique augmentent pendant le confinement, les gens sont obligés de passer plus de temps avec leurs bourreaux. Comme l'explique Sara Cincurova, les victimes handicapées peuvent être confrontées à des difficultés particulières.

"Lorsque vous êtes handicapé et que vous vivez avec votre agresseur, vous avez peur de parler", explique Ebere, une survivante handicapée qui a été maltraitée pendant des années. "Surtout si vous êtes piégée avec lui à la maison, ou dépendante de son argent ou de ses soins".

Ebere, dont le nom a été modifié, a été confrontée aux maltraitances tout au long de sa vie.

Née au Nigéria, elle a contracté la polio lorsqu'elle était bébé et se déplace en fauteuil roulant. Ses parents considéraient son handicap comme une "malédiction" et la maltraitaient physiquement et mentalement.

"J'étais traitée comme une moins que rien. J'étais battue et menacée, contrairement à mes frères et sœurs, sans handicap, qui étaient traités avec respect."

À l'âge de sept ans, Ebere a été agressée sexuellement par un membre de sa famille. Mais lorsqu'elle a essayé de le signaler, "mes parents m'ont dit qu'ils me tueraient si j'en parlais". Elle s'est sentie "sans défense".

'Je pensais que c'était un gentleman.'

Selon l'UNICEF, les enfants handicapés sont quatre fois plus susceptibles de subir des abus et trois fois plus susceptibles de subir des violences sexuelles que leurs pairs non handicapés.

Ebere a fini par s'enfuir au Royaume-Uni avec un visa d'étudiant pour étudier la prise en charge sociale. "J'ai cru que j'avais échappé à tout jamais à la maltraitance parce que j'avais fui ma famille", dit-elle, mais il n'en a rien été.

Elle a rapidement rencontré un homme et a entamé une relation.

"Je pensais que c'était un gentleman, un prince charmant. Mais il s'est avéré être un agresseur et un joueur. Il est devenu autoritaire et a commencé à me violer.

"Le fait de subir des violences pour la deuxième fois m'a beaucoup affectée", dit-elle. "Personne ne sait ce qui se passe derrière ces murs. Je n'avais plus envie de vivre."

Ebere ne savait pas comment s'échapper jusqu'à ce qu'une amie mette un petit téléphone dans sa protection contre l'incontinence pour que son ex-partenaire ne le trouve pas. Il lui a permis d'appeler la police, et son partenaire a été arrêté.

Mais une fois libre, elle a eu du mal à trouver un logement accessible en fauteuil roulant. Dans de nombreux refuges, il y avait des marches pour entrer dans le bâtiment ou dans les chambres, et les portes étaient parfois trop étroites pour son fauteuil roulant. Elle a également eu du mal à trouver des endroits qui disposaient des ressources nécessaires pour répondre à ses besoins en matière de santé mentale.

"Je suis restée dans des auberges, des hôtels et des refuges, mais je n'étais pas heureuse. Je n'avais pas l'impression qu'il y avait de l'inclusion", dit-elle.

"J'ai vécu l'enfer"

Lentement, pendant cinq ans, Ebere a reconstruit sa vie et a maintenant sa propre maison.

"Je raconte mon histoire parce que j'ai vécu l'enfer et je ne veux pas que quelqu'un vive ce que j'ai dû vivre".

Lauren Avery, du Minority Rights Group International, qui protège les droits des minorités, affirme que les femmes handicapées qui ont une autre identité croisée, comme celle de réfugié, peuvent être confrontées à une double discrimination.

"Premièrement, elles sont plus susceptibles de subir des violences. Deuxièmement, elles rencontrent des obstacles pour dénoncer ces violences et accéder aux services."

Selon Avery, les informations en provenance de partout dans le monde montrent que la violence à l'égard des femmes handicapées s'est intensifiée pendant le confinement.

Bien qu'aucun chiffre n'ait encore été compilé, Women's Aid a déclaré qu'avant la pandémie, les femmes handicapées étaient trois fois plus susceptibles de subir des violences domestiques et plus susceptibles de subir de multiples formes de violence au cours de leur vie, par rapport aux femmes non handicapées.

Selon Mme Avery, ces chiffres doivent se refléter dans l'aide disponible.

"Une approche unique ne fonctionne manifestement pas", dit-elle. "Tous les clients devraient avoir la possibilité de dire quels sont leurs besoins dès qu'ils s'engagent auprès des services de lutte contre la violence domestique. On peut alors s'efforcer de procéder à des ajustements pour répondre à ces besoins."

Emma Dalmayne, une femme autiste originaire de Londres, avait 17 ans lorsqu'elle a fui les violences domestiques avec son bébé de huit mois.

"J'avais été soumise à de graves violences physiques, mais aussi à des violences mentales. Je n'avais pas le droit de regarder par la fenêtre ou d'utiliser un téléphone. Mais je ne réalisais pas qu'il s'agissait de violence", dit-elle.

"Beaucoup d'autistes ne réalisent peut-être pas qu'il n'est pas nécessaire d'être frappé pour être maltraité".

Emma aussi a dû réfléchir soigneusement à la manière de s'échapper.

"La nuit précédant mon départ, j'ai subi l'un des pires coups. J'avais fait 'trop de bruit' en préparant un biberon à mon fils dans la cuisine et j'ai reçu des coups de pied sur le sol comme un ballon de football."

Le lendemain matin, Emma s'est rendue à la Poste pour toucher ses allocations - le seul endroit où elle était autorisée à aller seule. "J'ai caché un biberon de rechange et deux couches dans la poussette, et je suis partie avec mon fils".

En chemin, elle a appelé un ami, qui a appelé à son tour la police. Des officiers les ont rencontrés dans la rue principale.

"Je leur ai montré mes blessures, les bleus sur mon dos et ma poitrine, et ils nous ont emmenés au service local du logement", raconte Emma.

Lorsqu'elle est arrivée au refuge, elle a sangloté de soulagement et de peur. Mais elle dit que son autisme a rendu la situation confuse et qu'elle aurait aimé plus de soutien et des "instructions claires" sur ce qu'il fallait faire ensuite.

"La police devrait vous accompagner jusqu'au refuge, surtout si vous avez des difficultés à vous déplacer dans les transports publics", dit-elle. "Les choses devraient également être rendues plus claires par le personnel du refuge, comme les indications pour se rendre aux commodités de votre nouveau domicile."

Emma est d'accord avec Avery pour dire que l'aide ne peut pas être une approche unique, surtout en présence d'un handicap.

Pendant sa relation violente, elle était affamée et son estomac avait rétréci, si bien qu'elle ne pouvait pas manger au refuge. "Mais personne ne m'a posé de questions à ce sujet, et j'étais incapable de communiquer", dit-elle.

Pour Emma, donner des informations sans qu'on le lui demande au préalable est quelque chose qui lui pose problème. Par conséquent, elle n'a reçu aucune thérapie ni aucun traitement.

"Il ne faut pas croire que si une personne est capable de parler, elle peut communiquer. Quand les gens me regardent, ils pensent 'elle ira bien, elle peut parler, elle peut expliquer ce qui s'est passé'. Mais je ne pouvais pas."

Elle affirme que les auxiliaires de vie devraient être formés pour soutenir les personnes handicapées.

"Nous pouvons avoir besoin d'aide pour établir un budget et nous devrions également voir un diététicien et un médecin lorsque nous sommes amenés pour la première fois.

"Nous avons besoin d'être placés dans une pièce sûre et calme, et d'être protégés de tout autre traumatisme, du bruit et de l'accablement", ajoute-t-elle.

La surstimulation peut conduire certaines personnes autistes à faire des crises ou à s'éteindre.

Lorsqu'elle a quitté le refuge, Emma a commencé à défendre les femmes victimes de violences domestiques. Elle est également devenue PDG d'Autistic Inclusive Meets, une organisation axée sur la création d'une communauté pour les personnes autistes.

"C'est un sujet qui me tient à cœur. En tant qu'autiste, il est si facile de se laisser entraîner dans une situation où l'on se rend responsable des agressions dont on est victime. Apporter de l'aide aux personnes handicapées est tellement important. L'amour ne devrait pas faire de mal."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter