Vous-êtes ici: AccueilSport2020 05 14Article 512872

Réligion of Thursday, 14 May 2020

Source: actucameroun.com

Guerre au NOSO: l’étau se resserre autour de Field Marshall, traqué


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le commandant des « Red dragons », un groupe armé qui opère dans le Lebialem, est actuellement l’objet d’une traque initiée par les forces de défense et de sécurité.

De son vrai nom Leke Olivier Fongunueh, « Field Marshall » est activement recherché par l’armée camerounaise. Celui qui a bâti sa réputation dans le sang, au point de devenir l’un des sécessionnistes les plus craints sur le front de guerre anglophone, est introuvable depuis sa dernière apparition publique en octobre 2019. Selon Amnesty international, les « Red dragons » et leur chef sont à l’origine de plusieurs attaques meurtrières «destinées à semer la peur dans la population, allant même jusqu ’à incendier les écoles et à cibler les enseignants qui n ’appliquentpas le mot d’ordre de boycott » ; ceci, outre les assassinats ciblés contre des membres des forces de sécurité.

De cette action violente, l’administration camerounaise a disparu de la plupart des villages du Lebialem, tout comme les chefs traditionnels qui ont abandonné leurs palais pour se réfugier dans les régions voisines. En prenant leur place, Field Marshall a renforcé son emprise sur ce territoire où les forces gouvernementales peinent à reprendre le contrôle où à déloger sa milice.

Une suprématie que les forces de défense relativisent néanmoins, en l’accusant de se servir des populations qu’il retourne par la violence, comme bouclier humain. «Il est difficile de mener certains types d’intervention dans ce contexte à cause de la présence des civils, confie un cadre du ministère de la Défense sous anonymat. Car ces terroristes se cachent au milieu de la population, et il est peu probable de les toucher sans faire des victimes collatérales.»



Donné pour mort au terme d’une opération militaire qui visait son groupe en décembre 2018, Field Marshall est réapparu 10 mois plus tard, notamment le 1er octobre 2019, jour de célébration de l’« indépendance » de l’Am-bazonie. Sur l’esplanade du palais royal d’Essoh-Attah, dans la région du Sud-Ouest, vêtu d’un treillis militaire portant les insignes de l’armée camerounaise. La scène, filmée par une caméra amateur, le montre autour de combattants armés, prenant part à son intronisation comme chef traditionnel d’Essoh-Attah, sous les youyous des derniers habitants de cette bourgade isolée du reste du pays depuis l’enlisement de la crise.


Pour mettre fin à cette hégémonie qui n’a que trop duré, l’armée annonce une battue pour mettre la main sur cet ancien soldat de l’armée camerounaise. Avec son frère de Chris Anu, les deux hommes sont en première ligne de la revendication armée en zone anglophone. Pendant que Field Marshall mène le front militaire sur le terrain, Chris Anu, lui, assure la coordination politique à travers sa fonction de porte-parole du gouvernement par intérim de l’Ambazonie. Grace Mafua-tem, la mère de Field Marshall, et sa sœur Beza Berist sont déjà aux arrêts à Yaoundé. Elles sont accusées de complicité de terrorisme.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter