Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 13Article 618289

BBC Afrique of Monday, 13 September 2021

Source: www.bbc.com

Fraudes fiscales : les tactiques les plus courantes des maris fortunés pour cacher leur fortune en cas de divorce

Les tactiques les plus courantes des maris fortunés pour cacher leur fortune en cas de divorce Les tactiques les plus courantes des maris fortunés pour cacher leur fortune en cas de divorce

Avertissement : ce reportage contient des descriptions de scènes de violence domestique qui peuvent être dérangeantes.

Lorsque Joana* a épousé l'entrepreneur Carlos* au début des années 2000, celui-ci avait une petite entreprise.

Les deux partenaires sont restés ensemble pendant 18 ans et, pendant cette période, la société a connu une croissance rapide.

Peu à peu, le style de vie du couple - déjà issu de la classe moyenne supérieure - devient luxueux.

Mais Joana n'avait aucune idée de l'ampleur de la fortune de son mari jusqu'à leur séparation, ou plutôt jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle avait été trompée dans la procédure de divorce.

A surtout lire sur BBC Afrique :

  • Sur la piste de l’argent investi dans les inondations au Sénégal
  • Comment un ancien footballeur a passé 39 ans dans le coma?
  • Ces trois coups d'Etat qui ont marqué la vie politique en Guinée
  • Le covid-long chez les enfants 'n'a atteint nulle part l'ampleur redoutée'
Joana, qui a maintenant 50 ans, a consacré toute sa vie à sa famille et à son mari et ne veut pas se séparer.

Elle a suivi un traitement de fertilité et, après plusieurs tentatives, est tombée enceinte pour donner naissance à l'unique enfant du couple, aujourd'hui adolescent.

Carlos a d'abord demandé le divorce en 2017, mais comme Joana ne voulait pas se séparer, la relation a traîné jusqu'en 2018, date à laquelle il l'a convaincue qu'il serait préférable de trouver un accord, qui a finalement été conclu en 2019.

"Il a dit qu'ils ne manqueraient de rien, qu'il la laisserait, elle et son fils, dans une bonne situation. Il a conclu un accord pour qu'elle conserve un appartement d'une valeur de 5 millions de reais et 30 millions de reais d'investissements (soit un total estimé à plus de 7 millions de dollars)", explique Anderson Albuquerque, l'avocat de Joana.

  • Mourinho devant la justice espagnole pour fraude fiscale
Sans savoir exactement quel était le patrimoine immobilier de son mari - et donc du couple - puisqu'ils étaient mariés sous un régime matrimonial, Joana a accepté le marché.

La surprise est venue lorsqu'elle a vu deux introductions en bourse de la société de Carlos et son nom sur la liste des milliardaires au Brésil.

C'est là qu'elle a compris qu'elle avait été dupée. C'est alors qu'elle s'est adressée à l'avocat Albuquerque et a découvert que la valeur totale de la fortune s'élevait en fait à des milliards de reais.

"Dans les séparations importantes, dont la valeur dépasse 10 millions de reais (près de 2 millions de dollars), la procédure de divorce cesse d'être un droit de la famille et devient une affaire de fraude financière et de droit fiscal", explique M. Albuquerque, qui s'est spécialisé dans le droit fiscal et le droit des affaires avant de commencer à coordonner le département de droit de la famille de son cabinet.

Dans le cas de Joana, Carlos avait simplement omis la valeur des biens au moment de la séparation.

"Il n'a pas présenté ses participations dans plusieurs entreprises", explique Albuquerque.

Le mois dernier, Joana a obtenu une décision de justice lui garantissant le droit d'accéder à tous les documents comptables de l'entreprise pour les 18 dernières années. Ainsi, avec la valeur exacte des actifs entre les mains de Joana, les deux parties peuvent essayer de trouver un nouvel accord, a déclaré le juge dans cette affaire.

"Souvent, comme dans ce cas, les conséquences de cette dissimulation vont au-delà de la famille. La fraude du mari envers sa femme peut avoir un effet sur l'ensemble de l'entreprise", prévient l'avocat de Joana.

Jusqu'à présent, la défense de Carlos n'a fait aucun commentaire sur l'affaire.

Actifs cachés

Contrairement à la grande majorité des cabinets d'avocats spécialisés dans le droit de la famille, Albuquerque n'accepte que les affaires concernant les épouses et les filles, jamais les maris.

"Ici, nous ne défendons que les femmes. Cela permet de maintenir la cohérence, car si vous soutenez quelque chose pour un côté (celui de la femme) dans un cas et que vous soutenez le contraire dans un autre cas (celui du mari), vous déformez votre propre argument", dit-il.

Selon M. Albuquerque, dans la plupart des gros dossiers de divorce qu'il traite, la principale stratégie des maris pour dissimuler des actifs consiste tout simplement à ne pas présenter les documents aux épouses et à leurs avocats.

"Beaucoup de femmes, même si elles ont une vie de luxe, ne connaissent pas les détails de la vie financière de leur famille, ne savent pas ou ne peuvent pas prouver leurs frais de subsistance et ne connaissent pas leurs droits", dit-il, ajoutant que de nombreuses fraudes passent inaperçues aux yeux des avocats de famille qui ne comprennent pas non plus l'aspect financier.

  • Aboutrika condamné pour fraude fiscale
En outre, de nombreux maris gardent le contrôle sur leur femme dans les relations abusives et les femmes ont même peur de consulter un avocat pour comprendre quels sont leurs droits.

"Le simple fait qu'elle suive un avocat spécialisé dans le droit de la famille sur les médias sociaux est déjà un motif de discorde. Le mari dit qu'il ne lui fait pas confiance et lui demande s'il veut se séparer. Je reçois des centaines de messages par jour de femmes qui me disent qu'elles ne peuvent pas me suivre parce que si leur mari le découvre, ce sera un problème", explique M. Albuquerque.

$Troubles contractuels et violence physique

L'avocat explique que si l'omission de données est la principale stratégie, ce n'est pas la seule. Il y a des cas où la falsification de documents et même la violence physique sont utilisées.

C'est ce qui s'est passé dans le divorce de Ligia* et Juan*, un couple d'entrepreneurs du sud du Brésil qui s'est séparé cette année.

Les deux se sont rencontrés en 2009. Peu après, ils ont créé une entreprise qui, au fil des ans, est devenue un grand groupe commercial.

  • Marcelo admet une fraude fiscale
Ils ont été mariés pendant 12 ans et ont eu une fille. Lorsque Juan a voulu se séparer, la fortune du couple était évaluée à environ 500 millions de reais (plus de 96 millions de dollars), indique M. Albuquerque.

Et bien que dans ce cas, Ligia connaissait ses droits, elle a été prise par surprise par une tentative d'escroquerie de la part de son mari.

En décembre 2020, John a effectué une modification contractuelle avec un changement de société par le biais d'un certificat numérique. Il a transféré les sociétés au nom de sa mère sans en informer sa femme. Mais il manquait la signature physique de Ligia pour que le changement ait lieu.

Juan a ensuite usé de violence et, en avril de cette année, alors qu'ils ne vivaient plus ensemble, il l'a obligée à signer plusieurs documents, dont le contrat de changement d'entreprise.

Tout s'est passé à la fin d'un événement social. Juan a décidé de raccompagner Ligia et sa fille à leur voiture lorsqu'il s'est jeté sur Ligia. "Il m'a attrapé par le cou et m'a laissé sans voix. Je ne pouvais pas crier, je ne pouvais pas appeler à l'aide. Puis il m'a jetée sur le toit de la voiture", explique la femme.

  • Nabil Karoui inculpé en Tunisie
Ligia a réussi à monter dans la voiture pour se protéger, mais Juan a ouvert la porte, l'a fait sortir et l'a jetée contre le mur. Plusieurs personnes ont assisté à la scène, dont la jeune fille du couple.

Le même jour, Ligia s'est rendue au commissariat de police pour déposer une plainte. En raison de la violence, l'affaire a été transférée au ministère public et Juan fait maintenant l'objet d'une procédure pénale.

En outre, Ligia a saisi la justice pour faire reconnaître la nullité de l'altération contractuelle, obtenir une indemnisation pour préjudice moral et d'autres demandes visant à protéger son patrimoine.

"La fraude était très claire car il a fait une erreur. La modification contractuelle avait été faite en 2020, mais lorsqu'il l'a forcée à signer le contrat, celui-ci était daté de cette année", explique Albuquerque, qui est l'avocat de Ligia dans le processus.

Dans cette action, John nie toute agression et affirme que l'ex-femme a signé le contrat de son plein gré.

Perte de solvabilité et donc non-paiement

Il arrive que des maris vident leurs biens pour que leurs épouses n'aient pas accès aux montants auxquels elles ont droit.

À 50 ans, Clara* essaie depuis 12 ans d'obtenir le montant convenu avec son ex-mari Rodrigo* lors de leur séparation. Les deux sont rencontrés en 1995 et sont restés ensemble pendant près de 15 ans.

Lorsqu'ils ont divorcé, ils ont conclu un accord de partage des biens dans lequel elle devait conserver la somme d'un million de reais (192 163 USD), mais Rodrigo n'a jamais transféré cette somme à son ex-femme.

  • Une peine de prison requise contre Ronaldo en Espagne
Clara a passé des années à essayer d'obtenir le paiement, mais a rencontré des difficultés car Rodrigo avait complètement vidé ses actifs, empêchant les tribunaux d'exproprier ses biens.

Avant même leur séparation, en 2007, il a vendu à une banque sa participation dans de grandes sociétés de change.

La valeur de la transaction divulguée était d'environ 40 millions de dollars US (au taux de change d'août 2007).

Selon le tribunal, le montant qu'il doit aujourd'hui à Clara s'élève à 30 millions de reais (5,7 millions de dollars), résultant du montant de l'accord qui n'a pas été payé avec les intérêts et la correction monétaire, plus la pension alimentaire qu'il doit aux filles du couple.

Rodrigo nie les irrégularités, mais il n'a plus le droit de faire appel devant le tribunal : les délais pour contester les actions en matière de pension alimentaire sont passés et il n'y a aucune possibilité de se soustraire au montant de l'accord légalement conclu par le couple.

  • Nigeria : Chef Ibori au pays après 4 ans de prison
Clara, qui est maintenant une cliente d'Albuquerque, a déposé une demande de réorientation de la dette de son ex-mari vers la banque qui a absorbé ses parts dans les sociétés d'échange.

"C'est un autre exemple de la façon dont un problème conjugal peut avoir des effets au-delà de la famille", souligne M. Albuquerque.

"Aujourd'hui, j'ai même des investisseurs qui demandent des conseils pour évaluer le régime de la communauté de biens des associés afin de mieux comprendre les risques d'investir dans certaines entreprises.

*Les noms des personnes mentionnées ont été changés pour protéger leur identité.

Vous pourriez être intéressés par :