Vous-êtes ici: AccueilSport2020 09 30Article 545431

Sports News of Wednesday, 30 September 2020

Source: Cameroon Info

FECAFOOT: Pierre Semengue dénonce une nomination 'anti-statutaire' au poste de SG

Le choix porté par le président de la Fédération Camerounaise de Football, Seidou Mbombo Njoya, sur Paul Mebizo’o, n’arrange pas le patron de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun, qui rejette cette nomination.

La crise s’enlise entre la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT) et la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC), en dépit de la sentence du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), censée aplanir les dissensions entre les deux instances, et même des arbitrages initiés par le ministre du Sport et de l’Education Physique, Narcisse Mouelle Kombi.

Un nouveau rebondissement intervient dans ce feuilleton, avec la nomination le 28 septembre 2020 par le président de la FECAFOOT, Seidou Mbombo Njoya, d’un nouveau secrétaire général à la LFPC, en la personne de Paul Mebizo’o. Mais le choix porté sur l’ex-responsable du département des compétitions de la fédération n’arrange guère le patron de la LFPC, Pierre Semengue, qui dénonce une «nomination anti-statutaire».

Dans un communiqué rendu public le même jour, le président de la LFPC reconnait que d’après les statuts de la FECAFOOT, cette prérogative est dévolue à l’instance faîtière du football local, mais après proposition du conseil d’administration de la LFPC.

«La procédure de nomination du Secrétaire général de la LFPC est régie par l’article 40 alinéa 9 des statuts de la FECAFOOT qui dispose que le comité exécutif de la FECAFOOT a le pouvoir *de nommer ou de révoquer les secrétaires généraux des Ligues de football professionnel, de football féminin, de football des jeunes, régionales et départementales sur proposition de leurs conseils d’administration respectifs*», souligne Pierre Semengue.

Par conséquent, le conseil de la LFPC ne s’est pas réuni, et n’a pas émis de proposition dans ce sens. Le patron de la LFPC note chez sa tutelle une volonté manifeste de fouler au pied la sentence du TAS du 14 septembre 2020, qui a réhabilité la structure qu’il dirige, et entend défendre «fermement» cette sentence par «tous les moyens de droit en sa possession», martèle-t-il.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter