Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 17Article 614071

Infos Sports of Tuesday, 17 August 2021

Source: La nouvelle

Election à la Fecafoot : Acfac ouvre les portes de l’annulation

Acfac ouvre les portes de l’annulation Acfac ouvre les portes de l’annulation

Dans une correspondance adressée le 27 juillet dernier au ministre des Sports et de l’Education physique, l’Association des clubs de football amateurs du Cameroun (Acfac) monte au créneau pour rappeler au ministre des Sports et de l’Education physique que l’entrée en vigueur des statuts de la Fécafoot adoptés le 13 juillet 2021 ne saurait s’appliquer sans que cela constitue une autre violation de la loi. Dans le même temps, l’on annonce l’imminence d’un autre match qui se jouera devant les juridictions sportives compétentes avec l’entrée en scène d’Abdouramam Hamadou Baba. Chaud devant.

Nous l’avions déjà dit. Seidou Mbombo Njoya, président par intérim de la Fécafoot a déjà mis son artillerie lourde pour briguer de nouveau le poste de président de la Fécafoot par la voie des urnes dans un processus qu’il contrôle de bout en bout. Seulement avant de parvenir à ses fins, il lui faudra encore traverser beaucoup d’obstacles dont les premiers jets commencent à sortir.

Pour l’instant, c’est l’Acfac qui a lancé la première banderille qui suppose qu’ils sont déjà aux aguets pour perturber le processus. Et cette banderille est sortie comme une correspondance adressée au ministre des Sports et de l’Education physique et dont l’objet est « Entrée en vigueur des statuts de la Fécafoot prétendument adoptés le 13 juillet 2021 » .

« Monsieur le Ministre, écrit Henri Balla Ongolo le président de l’Acfac, dans votre corresponassociations sportives élaborent librement leurs statuts et reglements. Toutefois, elles organisent leurs activités dans le respect des lois et reglement en vigueur. 2) Pour leur entrée en viguer, les textes mentionnés à l’alinéa 1 ci-dessus sont soumis à un contrôle de conformité du ministère en charge des Sports aussi bien lors de leur adoption que de leur modification. Il en découle clairement que compte tenu des violations et défauts de conformité que vous avez relevés dans votre lettre du 8 juillet 2021, les statuts de la Fécafoot prétendument adoptés le 13 juillet 2021 ne sauraient entrer en viguer sans que cela ne constitue une autre violation de la loi. »

Voilà que la faute est déjà trouvée et l’Acfac tient déjà un argument de poids pour faire annuler lesdits textes et tout le processus qui va suivre. D’ailleurs l’Acfac a tenu à rassurer le Minsep que la loi N°2018/014 du 11 juillet 2018 est conforme aux statuts de la Fifa. Et donc son application ne saurait constituer une ingérence du gouvernement dans les affaires de la Fécafoot. Aussi l’Acfac demande-t-elle au ministre des Sports et de l’Education physique de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire « appliquer la loi en vigueur et notamment l’article 7 de la loi N°2018/014 du 11 juillet 2018. »

En ampliant cette correspondance au ministère de la Justice, l’on peut déjà subodorer que du côté de l’Acfac, l’on se prépare déjà à toutes les procédures nécessaires pour contrer Seidou Mbombo Njoya et son équipe de conseillers accusés de vouloir torpiller le processus. L’on a encore à l’esprit que cette association compte en son sein celui qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler « l’enfant terrible du football camerounais », Abdouraman Hamadou Baba. Est-ce donc pour cela qu’on accuse Seidou Mbombo Njoya d’avoir caché les statuts adoptés le 13 juillet pour que ceux-ci ne soient pas attaqués dans les délais ? Beaucoup le subodorent. En réalité, dans certains milieux, l’on indique déjà que ces statuts ont déjà été attaqués et ceci dans les délais.

C’est dire que l’équipe du président par intérim a vite chanté victoire en tentant d’organiser un processus vicié et taillé sur mesure pour qu’il reprenne son fauteuil et bénéficier de tous les prébendes qu’il pourrait engranger au cours de l’organisation de la Can. Conscient qu’on ne pourrait pas le perturber avant cette Can, il bénéficiera alors des subventions de la Fifa ; il signera quelques contrats avec les sponsors. Malheureusement pour lui, il faudra déborder Abdouramam avant de voir ce projet ambitieux prospérer. La nullité de tout le processus est déjà engagée.