Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 02Article 616831

Infos Sports of Thursday, 2 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Démonstration de force : les dessous de la visite d’Eto’o à Dion Ngute

Les dessous de la visite d’Eto’o à Dion Ngute Les dessous de la visite d’Eto’o à Dion Ngute

• Samuel Eto’o a été reçu par Dion Ngute

• Il n’a pas dit son dernier mot pour son projet à la Fecafoot

• L’ancien butteur camerounais serait frappé par le karma


Avant de s’envoler pour Madagascar, l’ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun Samuel Eto’o s’est entretenu mercredi avec le premier ministre Joseph Dion Ngute. Aucune information officielle n’a été divulguée à l’issue de cette rencontre. Pour les analystes camerounais, Samuel Eto’o envoie un message à la Fédération camerounaise de football qui lui a coupé l’herbe sous le pied en excluant les binationaux de la course pour la présidente de la Fecafoot.
« En effet l’actuel président de la Fédération camerounaise de football Seidou Mbombo Njoya est très proche du président de la CAF, le Sud-africain Patrice Motsepe . Ce dernier lors de sa dernière visite au Cameroun n’a pas été reçu par le président de la République et le premier ministre par ce qu’il aurait commis la bourde de rendre visite au père de Seidou Mbombo Njoya en premier », écrit Actucameroun.
Samuel Eto’o à travers cette visite, prouve qu’il est toujours dans les bonnes grâces du régime. Comme certains de ses fidèles l’annoncent, rien n’est encore perdu. Le Lion peut pourrait rebondir à tout moment.

Le karma


Sans le nommer, Bruno Bidjang indique sur sa page Facebook que l’ancien international camerounais est frappé par le karma. Samuel Eto’o aurait soutenu le principe d’éviction des binationaux lors de la précédente élection à la Fecafoot. Il aurait usé de ses relations pour installer son grand ami.

« Je connais un binational qui avait tout fait pour écarter deux binationaux candidats à la dernière élection de la Fecafoot prétextant que la loi camerounaise ne reconnaît pas la double nationalité. A cette époque c’est l’un de ses amis qui y régnait en grand maître. D’ailleurs il avait utilisé sa proximité avec certains dirigeants du football africain déchus aujourd’hui pour imposer cet ami à la Fecafoot pour mieux servir ses intérêts. Maintenant qu’il veut lui-même prendre les choses, on lui rappelle tout simplement que l’affaire ne concerne uniquement que les Camerounais. Le mec crie au complot . Le Karma », a déclaré Bruno Bidjang.