Vous-êtes ici: AccueilSport2021 08 20Article 614785

BBC Afrique of Friday, 20 August 2021

Source: www.bbc.com

Découverte archéologique : l'immense et mystérieux site turc construit 6000 ans avant Stonehenge

L'immense et mystérieux site turc construit 6000 ans avant Stonehenge L'immense et mystérieux site turc construit 6000 ans avant Stonehenge

Par Andrew Curry, BBC Travel

Lorsque l'archéologue allemand Klaus Schmidt a commencé à faire des fouilles au sommet d'une montagne turque il y a 25 ans, il était convaincu que les bâtiments qu'il découvrait étaient inhabituels, voire uniques.

Au sommet d'un plateau calcaire situé près d'Urfa et appelé Göbekli Tepe, qui signifie "colline du ventre" en turc, Schmidt a découvert plus de 20 enceintes circulaires en pierre.

Le plus grand, d'un diamètre de 20 mètres, est un cercle de pierre avec en son centre deux piliers sculptés de 5,5 mètres de haut. Les piliers en pierre sculptés - d'étranges figures humaines stylisées aux mains croisées et aux ceintures en peau de renard - pesaient jusqu'à 10 tonnes.

Leur sculpture et leur érection ont dû représenter un énorme défi technique pour des peuples qui n'avaient pas encore domestiqué les animaux ni inventé la poterie, et encore moins les outils en métal. Les structures avaient 11 000 ans, voire plus, ce qui en fait les plus anciennes structures monumentales connues de l'humanité, construites non pas pour s'abriter mais dans un autre but.

Après une décennie de travail, Schmidt est parvenu à une conclusion remarquable. Lorsque j'ai visité sa maison de fouilles dans la vieille ville d'Urfa en 2007, Schmidt - qui travaillait alors pour l'Institut archéologique allemand - m'a dit que Göbekli Tepe pourrait aider à réécrire l'histoire de la civilisation en expliquant pourquoi les humains ont commencé à cultiver la terre et à vivre dans des établissements permanents.

Les outils en pierre et autres preuves que Schmidt et son équipe ont découverts sur le site montrent que les enceintes circulaires ont été construites par des chasseurs-cueilleurs, qui vivaient de la terre comme les humains l'avaient fait avant la dernière période glaciaire. Les dizaines de milliers d'ossements d'animaux mis au jour provenaient d'espèces sauvages, et il n'y avait aucune trace de céréales ou d'autres plantes domestiquées.

Schmidt pense que ces chasseurs-cueilleurs se sont réunis il y a 11 500 ans pour sculpter les piliers en forme de T de Göbekli Tepe à l'aide d'outils en pierre, en utilisant comme carrière le socle calcaire de la colline située sous leurs pieds.

Sculpter et déplacer les piliers aurait été une tâche énorme, mais peut-être pas aussi difficile qu'il n'y paraît à première vue. Les piliers sont taillés dans les couches de calcaire naturel de la roche-mère de la colline. Le calcaire est suffisamment tendre pour être travaillé avec les outils en silex ou même en bois disponibles à l'époque, à condition d'avoir de la pratique et de la patience.

Et comme les formations calcaires de la colline étaient des couches horizontales d'une épaisseur comprise entre 0,6 et 1,5 m, les archéologues travaillant sur le site pensent que les anciens bâtisseurs n'avaient qu'à découper l'excédent sur les côtés, plutôt que par en dessous également. Une fois le pilier taillé, ils le déplaçaient sur quelques centaines de mètres au sommet de la colline, à l'aide de cordes, de poutres en bois et d'une main-d'œuvre abondante.

  • Egypte : découverte d'une ville antique
Schmidt pensait que de petites bandes nomades venues de toute la région étaient motivées par leurs croyances pour unir leurs forces au sommet de la colline pour des projets de construction périodiques, organiser de grands festins, puis se disperser à nouveau. Selon Schmidt, le site était un centre rituel, peut-être une sorte de complexe funéraire ou de culte de la mort, plutôt qu'une colonie.

C'était une affirmation importante. Les archéologues ont longtemps pensé que les rituels complexes et les religions organisées étaient des luxes que les sociétés ne développaient qu'après avoir commencé à domestiquer les cultures et les animaux, une transition connue sous le nom de néolithique. Une fois qu'elles avaient un surplus de nourriture, elles pouvaient consacrer leurs ressources supplémentaires aux rituels et aux monuments.

Göbekli Tepe, m'a dit Schmidt, a bouleversé cette chronologie. Les outils en pierre du site, étayés par des dates au radiocarbone, le plaçaient fermement dans l'ère pré-néolithique. Plus de 25 ans après les premières fouilles, il n'y a toujours aucune trace de plantes ou d'animaux domestiqués. Et Schmidt ne pense pas que quelqu'un ait vécu sur le site à plein temps. Il l'a appelé une "cathédrale sur une colline".

Si c'est le cas, cela montre que les rituels et l'organisation sociale complexes ont précédé la sédentarisation et l'agriculture.

Au cours d'un millier d'années, les exigences liées au rassemblement de bandes nomades en un même lieu pour tailler et déplacer d'énormes piliers en T et construire des enclos circulaires ont incité les gens à passer à l'étape suivante : pour accueillir régulièrement de grands rassemblements, les gens devaient rendre l'approvisionnement en nourriture plus prévisible et plus fiable en domestiquant les plantes et les animaux.

Le rituel et la religion ont, semble-t-il, lancé la révolution néolithique.

Le lendemain, j'ai accompagné Schmidt au sommet de la colline avant l'aube. J'ai erré, mystifié et stupéfait, parmi les piliers tandis que Schmidt, la tête enveloppée dans un tissu blanc pour la protéger du soleil brûlant, supervisait une petite équipe d'archéologues allemands et d'ouvriers du petit village en bas de la route.

L'année précédente, Schmidt avait publié ses premiers rapports sur Gobekli Tepe, mettant en ébullition le petit monde des experts en archéologie néolithique.

Mais le site avait encore un air de sommeil et d'oubli, avec des zones de fouilles couvertes de toits de fortune en tôle ondulée et des chemins de terre défoncés qui montaient de la vallée vers le site de fouilles situé au sommet de la montagne.

Les clichés de Schmidt sur les étonnants piliers en T et les grands "bâtiments spéciaux" ronds du site ont captivé collègues et journalistes lors de leur première publication au milieu des années 2000.

Des reportages à couper le souffle ont qualifié le site de berceau de la religion ; le magazine allemand Der Spiegel a comparé les prairies fertiles qui entourent le site au jardin d'Eden.

Bientôt, des touristes affluent pour voir Gobekli Tepe de leurs propres yeux. En l'espace d'une décennie, la colline a été totalement transformée.

Jusqu'à ce que la guerre civile dans la Syrie voisine perturbe le tourisme dans la région en 2012, les travaux sur le site étaient souvent ralentis, car des bus entiers de touristes curieux se pressaient autour des tranchées de fouilles ouvertes pour voir ce que certains appelaient le premier temple du monde et rendaient impossible la manœuvre des brouettes sur les chemins étroits.

  • Découverte du plus vieux matériau sur Terre
Au cours des cinq dernières années, le sommet de la montagne située à la périphérie d'Urfa a été remodelé une fois de plus. Aujourd'hui, des routes et des parkings ainsi qu'un centre d'accueil peuvent accueillir les visiteurs.

En 2017, les hangars en tôle ondulée ont été remplacés par un abri ultramoderne en tissu et acier en forme de flèche couvrant les bâtiments monumentaux centraux.

Le musée d'archéologie et de mosaïque de Şanlıurfa, construit en 2015 dans le centre d'Urfa, est l'un des plus grands musées de Turquie ; il présente une réplique grandeur nature de la plus grande enceinte du site et de ses imposants piliers en T, permettant aux visiteurs de se faire une idée des piliers monumentaux et d'examiner de près leurs sculptures.

En 2018, Gobekli Tepe a été ajouté au registre du patrimoine mondial de l'Unesco, et les responsables du tourisme turc ont déclaré 2019 "Année de Gobekli Tepe", faisant du site antique le visage de sa campagne de promotion mondiale.

"Je me souviens encore du site comme d'un endroit isolé au sommet d'une montagne", indique Jens Notroff, un archéologue de l'Institut archéologique allemand qui a commencé à travailler sur le site en tant qu'étudiant au milieu des années 2000. "Il a complètement changé".

Schmidt, qui est décédé en 2014, n'a pas vécu pour voir la transformation du site, qui est passé de fouilles poussiéreuses au sommet d'une montagne à une attraction touristique majeure.

Mais les découvertes qu'il y a faites ont suscité un intérêt mondial pour la transition néolithique.

Ces dernières années, de nouvelles découvertes à Göbekli Tepe et un examen plus attentif des résultats de fouilles antérieures ont bouleversé les interprétations initiales de Schmidt sur le site lui-même.

Les travaux sur les fondations nécessaires pour soutenir la canopée en tissu du site ont obligé les archéologues à creuser plus profondément que Schmidt ne l'avait jamais fait.

Sous la direction du successeur de Schmidt, Lee Clare, une équipe de l'Institut archéologique allemand a creusé plusieurs tranchées "en trou de serrure" jusqu'au substrat rocheux du site, à plusieurs mètres sous les planchers des grands bâtiments. "Nous avons eu une chance unique", dit Clare, "d'aller regarder dans les couches et les dépôts les plus bas du site".

Ce que Clare et ses collègues ont découvert pourrait réécrire la préhistoire une fois de plus. Les fouilles ont révélé des preuves de la présence de maisons et d'un habitat permanent, suggérant que Göbekli Tepe n'était pas un temple isolé visité lors d'occasions spéciales, mais plutôt un village prospère avec de grands bâtiments spéciaux en son centre.

L'équipe a également identifié une grande citerne et des canaux de collecte de l'eau de pluie, essentiels à l'existence d'un établissement au sommet d'une montagne aride, ainsi que des milliers d'outils de broyage servant à traiter les céréales pour la cuisson du porridge et la fabrication de la bière.

"Göbekli Tepe reste un site unique et spécial, mais les nouvelles découvertes correspondent mieux à ce que nous savons des autres sites", explique M. Clare. "Il s'agissait d'un établissement à part entière avec une occupation permanente. Cela a changé toute notre compréhension du site."

Pendant ce temps, les archéologues turcs travaillant dans la campagne accidentée autour d'Urfa ont identifié au moins une douzaine d'autres sites au sommet des collines avec des piliers en T similaires - bien que plus petits -, datant d'environ la même période.

"Ce n'est pas un temple unique", a déclaré la chercheuse de l'Institut archéologique autrichien Barbara Horejs, experte du Néolithique qui n'a pas participé aux récents efforts de recherche.

"Cela rend l'histoire beaucoup plus intéressante et passionnante". Le ministre turc de la Culture et du Tourisme, Mehmet Nuri Ersoy, est allé jusqu'à dire que cette zone pouvait être qualifiée de "pyramides du sud-est de la Turquie".

Plutôt qu'un projet de construction de plusieurs siècles ayant inspiré la transition vers l'agriculture, Clare et d'autres pensent maintenant que Göbekli Tepe était une tentative des chasseurs-cueilleurs de s'accrocher à leur mode de vie en voie de disparition alors que le monde changeait autour d'eux. Des preuves provenant de la région environnante montrent que les habitants d'autres sites expérimentaient des animaux et des plantes domestiqués - une tendance à laquelle les habitants de "Belly Hill" auraient pu résister.

Clare affirme que les gravures sur pierre du site constituent un indice important. Les sculptures élaborées de renards, de léopards, de serpents et de vautours qui recouvrent les piliers et les murs de Göbekli Tepe "ne sont pas des animaux que l'on voit tous les jours", dit-il. "Ce sont plus que de simples images, ce sont des récits, qui sont très importants pour maintenir les groupes ensemble et créer une identité commune."

  • Egypte: découverte d'une momie gréco-romaine
Lorsque je me suis promené pour la première fois sur le site il y a plus de 15 ans, je me souviens d'un sentiment de grande distance. Göbekli Tepe a été construit 6 000 ans avant Stonehenge, et la signification exacte de ses sculptures - comme le monde dans lequel vivaient les gens qui s'y trouvaient - est impossible à cerner.

Cela fait partie, bien sûr, de l'immense magnétisme de Göbekli Tepe. Alors que des milliers de visiteurs s'émerveillent devant un lieu dont la plupart des gens n'avaient jamais entendu parler il y a dix ans, les chercheurs continuent d'essayer de comprendre pourquoi il a été construit en premier lieu.

Et chaque nouvelle découverte promet de modifier ce que nous savons aujourd'hui du site et de l'histoire de la civilisation humaine.

"Les nouveaux travaux ne détruisent pas la thèse de Klaus Schmidt ; ils s'appuient sur ses épaules", a déclaré M. Horejs. "Il y a eu un énorme gain de connaissances, à mon avis. L'interprétation change, mais c'est le propre de la science."

--

Ancient Engineering Marvels est une série de BBC Travel qui s'inspire d'idées architecturales uniques ou de constructions ingénieuses réalisées par des civilisations et des cultures passées à travers la planète.