Vous-êtes ici: AccueilSport2021 01 19Article 568091

Sports News of Tuesday, 19 January 2021

Source: Cameroon Info

Crise à la FECAFOOT : 'la FIFA court dans le sac'

Le chef de file des tombeurs de l‘actuel exécutif soutient qu’aucune décision du Tribunal Arbitral du Sport ne fait de l’équipe de Seidou Njoya, l’organe qui doit gérer les affaires courantes avant les prochaines élections.
Bien que vainqueur du procès qui l’oppose à ceux qui dirigent le football camerounais depuis décembre 2018, Abdouraman Hamadou Babba et ses compagnons de lutte restent sur le qui-vive. Ils s’opposent cette fois-ci au maintien de l’équipe que dirige Seydou Njoya à la tête de la Fédération afin de revoir les textes, préparer et organiser les prochaines élections. Le président d’Etoile Filante de Garoua a répondu à la lettre de la secrétaire générale de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Fatma Samoura, le 18 janvier 2021 sur l’antenne de la Radio Tiemeni Siantou.

«Le TAS ne dit pas que l’exécutif actuel doit gérer les affaires courantes. Dites-moi là où le TAS l’a décidé. Je veux bien qu’on me montre la décision du TAS qui dit que c’est l’exécutif en place qui doit être là et qui doit gérer les affaires courantes. Est-ce qu’il y a une décision ? Voilà la question. Il ne faut pas aller trop loin. Je suis méthodique. C’est peut-être pour cela que la FIFA n’a pas poursuivi la colonisation. Parce que c’est une forme de colonisation. Relisez bien la lettre de la FIFA, réécoutez le président Gianni Infantino. Il dit: "le TAS a décidé et la FIFA a respecté la décision du TAS"», a martelé Abdouraman. Il déclare que ce que la FIFA fait est «tellement ridicule, tellement grossier». Pour lui, «ce qu’ils (la FIFA) essaient de faire n’a aucun sens sur le plan juridique».

Il soutient que les décisions du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) sont dans le dispositif de la sentence et annonce une action des avocats du groupe de clubs qu’il conduit. «Nous allons écrire à la FIFA ce jour pour dire: "écoutez, votre lettre-là ça n’a pas de sens. Le TAS n’a nulle part décidé cela. Voilà la sentence, il n’y a pas de décision. Vous ne pouvez pas donc vous appuyer sur ce qui n’existe pas pour octroyer des droits à des tierces personnes". On va leur dire: "révisez votre position. Ne considérez plus ces gens comme ayant un mandat. Parce que si vous le faites cela veut dire que vous venez vous-mêmes en contradiction avec vos propres statuts" ».

Abdouraman déclare que l’exécutif déchu et ses démembrements régionaux ne peuvent pas assurer la continuité parce que ce ne sont pas ses membres qui géraient la Fédération avant leur arrivée, mais des comités de normalisation et le bureau élu en 2009. Il fait savoir que si la FIFA refuse de réviser sa position, ses compagnons de lutte et lui vont l’attaquer en justice de même que les actes que viendra à poser Seidou Mbombo Njoya. «Annuler l’élection de quelqu’un veut dire qu’il n’a jamais été élu. L’annulation a toujours un effet rétroactif. Elle anéantit tout ce qui s’était passé. On revient à l’état initial», rappelle le dirigeant sportif, qui dénonce la propension à la corruption de certains acteurs du football camerounais. «Il y a des gens qui pour un plat de riz, pour un billet de banque sont prêts à tout vendre, à tout lâcher, à tout compromettre».

Bien qu’il n’exclut pas une décision consensuelle pour assurer la transition, même avec Seidou Mbombo Njoya, Abdouraman envoie une autre pique à la FIFA. «Tout ce qui se passe là, comme on dit au quartier, c’est courir dans le sac. La FIFA court dans le sac».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter