Vous-êtes ici: AccueilSport2021 02 12Article 573040

Sports News of Friday, 12 February 2021

Source: camer

Crise à la FECAFOOT: Albert Mbida, le TAS, la FIFA et la chute de Séidou Mbombo Njoya

Alors que la polémique continue d’enfler au sujet de l’organe habileté à superviser la reprise des championnats Ligue 1 et Ligue 2, le Tribunal arbitral de sport qui a rendu une décision alambiquée le 15 janvier, en faveur d’Olympique de Meiganga en proposant à la Fécafoot le maintien de l’exécutif en place, fait volte-face.

Taiseux et à la limite indifférent aux préoccupations de la presse informée de son élection comme président du Comité exécutif provisoire à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Albert Mbida a choisi de confirmer la nouvelle à travers un communiqué signé du 9 février 2021, dans lequel, il convoque les membres de son équipe à une première réunion prévue le 16 février prochain à Yaoundé. Le sénateur et non moins enseignant de journaliste envoie ainsi une réponse cinglante à ceux des détracteurs dudit Comité qui estiment qu’il craint de prendre le pouvoir parce que porté à la tête de cet organe de manière illégitime.

La lecture de ce document dont le Messager a eu copie renseigne de ce que l’ordre du jour sera axé sur quatre points dont : « l’examen de la situation créée par l’usurpation de président et des membres du comité exécutif de la Fécafoot par M. Séidou Mbombo Njoya et ses colistiers ; l’examen des modalités de réintégration des organes créés en 2009 au sein des ligues régionales et des ligues départementales conformément aux sentences arbitrales devenues définitives ; l’examen des modalités de reprise des compétitions de football professionnel conformément aux décisions du Tribunal arbitral du sport ; et l’examen de la situation du joueur André Onana, gardien des buts des Lions indomptables ».

Revirement

Dans la foulée, Albert Mbida ne met pas de gants pour s’attaquer à Séidou Mbombo Njoya que la Fédération internationale de football association a maintenu en poste malgré l’annulation de son élection par le Tas. Tout comme il est annoncé la réintégration des organes de 2009 dans les Ligues régionales et départementales pour assurer la continuité de services dans ces démembrements de la Fécafoot. Le même jour, c’est le Tas qui, dans une correspondance adressée à l’instance faîtière du football camerounais, désigne le président du Comité exécutif transitoire de la Fécafoot. Un revirement à 180 degrés qui laisse pour le moins pantois. « J’accuse réception du courrier de Me Lebel Elamo Manga, agissant en qualité de conseil de la Fécafoot, ayant à sa tête Monsieur le sénateur Albert Mbida, président du Comité exécutif provisoire nommé par l’Assemblée générale de la Fécafoot lors de sa session extraordinaire tenue le 02 février 2021 », écrit Delphine Deschenaux-Rochat, conseillère auprès de l’instance juridictionnelle basée à Lausanne en Suisse. Répondant à un courrier de l’avocat- conseil de l’exécutif nommé le 2 février 2021, celle qui parle au nom de l’arbitre unique dans la crise entre la Fécafoot et la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), reprend les termes du courrier. Mais très vite, elle s’adresse directement à Albert Mbida, l’intimée (Fécafoot). Invitant « l’appelante (Lfpc, Ndlr) à se déterminer sur la requête de bifurcation déposée par l’intimée d’ici au 15 février ».

Falsusprocurator

Une attitude qui tranche avec le commentaire orienté que le Tas avait commis dans la sentence du 15 janvier 2021 annulant les textes qui ont encadré le processus électoral ayant conduit à l’élection de Séidou Mbombo Njoya à la tête de la Fécafoot en décembre 2018. Déchu, l’exécutif était sommé de poursuivre la mandature jusqu’à l’organisation de nouvelles élections. Une décision qui tombait sur le sens quand on sait que les précédents cas de figures similaires induisaient ipso facto le départ de toute l’équipe en place. L’adoubement de cette sentence par la Fifa à travers une lettre signée de sa secrétaire général Fatma Samoura le 16 janvier au soir, est venu ajouter de l’huile sur du feu puisque non contents de cet état de chose, ce sont des membres de l’Association des clubs amateurs de football du Cameroun (Acfac) qui sont montés au créneau pour demander à celui qu’ils taxent de « Falsusprocurator » de libérer le plancher. Rendus au siège de la Fécafoot le 18 janvier pour rencontrer le désormais président par intérim, Akoue Domingo et ses compagnons ont été embarqués par les forces de l’ordre le jour suivant puis conduits dans les locaux du Commissariat central N°2 de Yaoundé pour auditions. Saisi pour réparer cette injustice et réintégrer l’exécutif de 2009, le Tas avait apporté une fin de non-recevoir à la doléance des présidents de clubs amateurs fous furieux. Par ce nouveau courrier adressé au Comité provisoire, le Tas n’annonce-t-il pas un nouvel épisode de cet interminable feuilleton de crise électorale à la Fécafoot ? On attend !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter