Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 05Article 617155

BBC Afrique of Sunday, 5 September 2021

Source: www.bbc.com

Créativité : pourquoi est-il si difficile d'avoir des idées originales

Comment ne pas cesser d'être singulier Comment ne pas cesser d'être singulier

Les mathématiciens Isaac Newton et Gottfried Wilhelm Leibniz ont formulé le concept du calcul simultanément, mais indépendamment. Carl Wilhelm Scheele, Joseph Priestley et Antoine Lavoisier ont chacun découvert l'oxygène par eux-mêmes. Charles Darwin et Alfred Russel Wallace ont travaillé en parallèle sur la Théorie de l'évolution des espèces.

Des idées aussi extraordinaires que celles-ci, ainsi que tant d'autres qui le sont beaucoup moins, sont répétées.

Au mieux, cela peut être attribué au moment où "les grands esprits se rencontrent".

Au pire, cela peut conduire à des accusations de plagiat, de vol ou, peut-être plus blessant, de manque d'originalité.

Cependant, il y a ceux qui pensent qu'il est presque inévitable que cela se produise et d'autres qui nous rappellent que le concept d'originalité comme force principale dans le processus créatif est relativement récent.

La fin du monde ?

À l'été 1998, deux films étaient en lice pour le blockbuster de la saison : "Armageddon" et "Deep Impact".

L'un d'eux racontait l'histoire de la course pour sauver le monde d'un astéroïde en collision avec la Terre. L'autre, la course pour éviter la destruction de l'humanité par une comète.

Bien qu'il y ait eu des rumeurs de vol de complot, rien n'a jamais été prouvé, alors comment deux superproductions avec un thème aussi étonnamment similaire sont-elles arrivées sur grand écran à quelques semaines d'intervalle ?

Pour la critique de cinéma Kristen López, les deux étaient une réaction à la relative stabilité des États-Unis à l'époque.

"Il n'y avait pas d'accent mis sur la guerre, le taux de chômage était bas, alors quelle meilleure façon de célébrer cela que de montrer un récit fictif de la façon dont tout pourrait mal tourner ?"

Mais d'autres choses se produisaient ailleurs qui ont exercé une certaine influence.

Quatre ans plus tôt, le monde avait vu comment Jupiter avait été frappé de manière explosive par des fragments d'une comète.

Selon López, à l'époque, l'exploration spatiale suscitait plus d'intérêt que jamais, c'était donc le cadre idéal pour présenter de nouveaux effets spéciaux.

Plutôt que d'être le produit du plagiat, les deux œuvres étaient le reflet culturel d'une expérience partagée en Amérique à la fin des années 1990.

Comment surviennent les "coïncidences" ?

Nous insistons souvent sur l'importance de l'unicité et de l'originalité. Après tout, il est agréable de se sentir spécial.

Le Dr Michael Muthukrishna de la London School of Economics attribue cela à notre évolution culturelle. Nos nouvelles idées surgissent lorsque nous expérimentons et réfléchissons à des problèmes, lisons des articles, discutons avec les autres et assemblons tout cela.

"Le problème, c'est quela source de nos idées est aussi la source des idées des autres", dit-il.

En tant qu'"animaux culturels qui dépendent de l'information socialement transmise", les humains commencent à agir collectivement comme un seul cerveau, alimenté en partie par les connaissances accumulées au fil des générations.

Puisque nous puisons tous dans la même banque de sagesse, il faut s'attendre à ce que nous trouvions à peu près les mêmes concepts en même temps, un phénomène connu sous le nom d'invention simultanée.

Autrement dit, nos cerveaux sont programmés par manque d'originalité, nous évoluons comme un cerveau collectif, absorbant nos signaux culturels partagés et recherchant ce qui a fonctionné dans le passé.

Si c'est dans notre nature, sommes-nous alors voués au manque d'originalité ?

L'originalité n'est pas si ancienne

Et si concevoir les mêmes idées en même temps fait partie de notre condition humaine, alors pourquoi nous sentons-nous si mal quand cela nous arrive ?

Nos complexes autour de l'originalité remontent à la période romantique, explique le professeur Nick Groom de l'Université de Macao.

"L'originalité est quelque chose que nous tenons pour acquis aujourd'hui, mais en fait l'originalité est quelque chose qui a une histoire, et c'est une histoire qui a radicalement changé, en particulier au XVIIIe siècle", a-t-il déclaré à la BBC.

Le romantisme est né à la fin du XVIIIe siècle en Europe et fut une scène artistique et littéraire qui s'épanouit jusqu'au milieu du siècle suivant. Ses grands noms étaient des écrivains comme William Wordsworth, Samuel Taylor Coleridge et Lord Byron.

Les romantiques étaient aux prises avec un concept entièrement nouveau d'originalité car avant le milieu de ce siècle, l'imitation était applaudie.

"Les écrivains se sont efforcés d'imiter les anciens pour écrire dans un style homérique ou virgilien, aussi pour imiter des écrivains tels que William Shakespeare ou John Milton."

Mais au milieu du XVIIIe siècle, la politique britannique avait un impact sur les idées artistiques, sur les plus hautes formes de créativité.

"Cette idée a vraiment émergé lorsque le parti Whig (ancien nom du Parti libéral britannique) a gagné du terrain dans la politique britannique.

"Leurs idées étaient très associées au protestantisme, au progrès, à l'importance des parlements. Ils étaient très entreprenants. Ils animaient aussi des ambitions impériales. Alors cet esprit d'entreprise a développé tout un côté culturel de leur politique, et curieusement, cela mettait l'accent sur l'originalité", constate Nick Groom

En 1759, un critique anglais de 76 ans nommé Edward Young a articulé ce passage de l'imitation et de la déférence au monde classique de la Grèce antique et de la Rome, à une célébration du génie romantique.

"Quand Edward Young a publié ses 'Original Composition Guesses', il a établi l'ordre du jour que la valeur littéraire pouvait être mesurée par l'originalité, la créativité, et que c'était un signe de génie."

Et l'originalité était quelque chose qui pouvait être monétisée.

  • "J'ai sauvé des milliers de femmes dans des mariages comme le mien"
"Il y avait un sentiment que l'art avait un aspect commercial important, mais il est justifié en termes culturels.

"C'est l'une des choses qui ont conduit à une distinction si nette entre ce qui est original et créatif, et donc bon, et ce qui est plagié et volé, et donc mauvais."

Le principe du noyau en caoutchouc

Ian Leslie, journaliste et auteur de livres sur le comportement humain, a réfléchi a ce que signifie le fait d'être original.

Pour lui, il n'y a aucun problème à couvrir des sujets déjà explorés par d'autres, car ce qui compte vraiment, c'est d'avoir une perspective unique car c'est ce qui rend les idées fraîches et uniques.

C'est ce qu'il appelle "le principe Rubber Soul", en l'honneur de l'album du même nom des Beatles.

Les Beatles ont produitRubber Soulaprès s'être immergés dans la musique de Motown, et bien que les résultats aient été influencés par la soul, le son était toujours incontestablement celui des Beatles.

Par conséquent, vos idées, opinions ou créations ne doivent pas nécessairement être complètement innovantes, en fait, elles ne le seront presque certainement pas.

Cependant, si deux personnes voient la même idée à travers des lentilles différentes, chacune en aura une vision unique. Et ces différences seront celles qui ajouteront de la valeur à l'idée partagée.

Comme le dit Leslie, "Vous devez vous assurer que votre gamme d'influences est aussi large que possible. C'est la seule chose qui aide à être original : être la seule personne qui a cette ampleur, cette variété, cette profondeur et cette sophistication d'influences."