Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 03Article 595105

BBC Afrique of Monday, 3 May 2021

Source: bbc.com

Covid : une étude démontre qu'une dose de vaccin réduit de moitié la transmission

Selon une étude, une seule dose de vaccin contre le coronavirus peut réduire de moitié la transmission du virus dans les foyers.

Les personnes ayant reçu une première dose des vaccins Pfizer ou AstraZeneca - et qui ont été infectées trois semaines plus tard - avaient entre 38 % et 49 % moins de chances de transmettre le virus que les personnes non vaccinées, selon le PHE.

Le ministre de la Santé, Matt Hancock, a qualifié les résultats de l'étude de "très bonnes nouvelles".

Il a exhorté "tout le monde à se faire vacciner dès qu'ils sont éligibles".

>Dans l'étude, la protection contre le Covid a été observée à partir de 14 jours environ après la vaccination, avec des niveaux de protection similaires quel que soit l'âge des cas ou des contacts, a indiqué le PHE dans un communiqué.

Il a ajouté que cette protection s'ajoutait à la réduction du risque qu'une personne vaccinée développe une infection symptomatique en premier lieu, qui est d'environ 60 à 65% - quatre semaines après une dose de l'un ou l'autre vaccin.

Le Dr Mary Ramsay, responsable de l'immunisation au PHE, a affirmé : "les vaccins sont essentiels pour nous aider à retrouver un mode de vie normal. Non seulement les vaccins réduisent la gravité des maladies et préviennent des centaines de décès chaque jour, mais nous constatons maintenant qu'ils ont également un impact supplémentaire sur la réduction des risques de transmission du Covid-19 à d'autres personnes."

Mais, bien que les résultats soient "encourageants", elle a souligné qu'il était important que les gens continuent à agir comme s'ils avaient le virus, "à pratiquer une bonne hygiène des mains et à suivre les conseils de distanciation sociale".

Les ménages sont des milieux à haut risque de transmission, ce qui signifie que l'étude fournit les premières preuves de l'impact des vaccins dans la prévention de la transmission, a précisé le PHE.

On peut s'attendre à des résultats similaires dans d'autres milieux présentant des risques de transmission similaires, tels que les logements partagés et les prisons, a-t-il ajouté.

L'épidémiologiste Mike Tildesley, de l'Université de Warwick, a déclaré que les résultats étaient significatifs, mais a insisté pour que les gens continuent à profiter des offres de vaccination.

"Nous devons garder à l'esprit que ces vaccins ne sont pas efficaces à 100 %, que ce soit pour prévenir les symptômes graves ou pour vous permettre d'être infecté, mais les preuves suggèrent qu'ils offrent au moins un certain niveau de protection contre la transmission du virus si vous êtes infecté", a-t-il indiqué au Breakfast de la BBC.

Il a déclaré que l'étude était une preuve supplémentaire de la nécessité de vacciner le plus grand nombre possible de personnes, même si elles ne risquent pas de développer des symptômes graves, afin d'obtenir des niveaux de protection beaucoup plus élevés dans la population et de réduire le nombre de personnes qui tombent gravement malades et meurent de la maladie.


Analyse

Par Pallab Ghosh, Correspondant scientifique

Il s'agit du dernier élément de preuve indiquant que les vaccins ralentissent la transmission du virus et sauvent des vies.

Les ménages sont parmi les lieux les plus propices à la propagation de l'infection, aussi ces résultats sont-ils particulièrement encourageants.

Public Health England a annoncé qu'elle s'attendrait à des résultats similaires dans d'autres milieux à haut risque, tels que les logements partagés et les prisons.

Tout cela est de bon augure pour la poursuite de l'assouplissement des restrictions, d'autant plus que la campagne de vaccination progresse bien dans les groupes d'âge plus jeunes - qui sont plus susceptibles de propager le virus.

Et cela rassure également ceux qui s'inquiètent du fait que les enfants ne seront pas vaccinés - et pourraient donc introduire l'infection dans les foyers.

Il est toutefois préoccupant de savoir si de nouvelles variantes du virus, plus résistantes aux vaccins, ne risquent pas de provoquer une nouvelle flambée des infections.

Mais les experts estiment que les vaccins actuels offrent un degré de protection important, notamment contre les maladies graves.

L'étude, qui n'a pas encore fait l'objet d'un examen complet par des pairs, a porté sur plus de 57 000 contacts de 24 000 foyers dans lesquels un cas de coronavirus confirmé en laboratoire avait été vacciné, contre près d'un million de contacts de cas non vaccinés.

Les contacts ont été définis comme des cas secondaires de coronavirus s'ils ont été testés positifs deux à 14 jours après le cas initial du ménage. La plupart des personnes participant à l'étude étaient âgées de moins de 60 ans.

Des études précédentes du PHE ont montré que les vaccins Pfizer-BioNTech et Oxford-AstraZeneca sont tous deux très efficaces pour réduire les infections à Covid-19 chez les personnes âgées, avec 10 400 décès évités chez les plus de 60 ans à la fin du mois de mars.

Le PHE entreprend également des études distinctes sur l'effet de la vaccination sur la transmission dans la population en général.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter