Vous-êtes ici: AccueilSport2021 06 10Article 601525

BBC Afrique de

Source: www.bbc.com

Covid : "un mème m'a presque fait quitter mon groupe familial WhatsApp"

Le contenu est partagé quotidiennement, sur différents fuseaux horaires. Le contenu est partagé quotidiennement, sur différents fuseaux horaires.

En Inde, les groupes WhatsApp familiaux sont actuellement bien tristes, alors que le Covid continue de faire des milliers de morts par jour dans le pays.

Mais dans les familles qui n'ont pas encore été touchées par la crise, les blagues et les mèmes provocateurs causent parfois des tensions, explique Megha Mohan, correspondante de la BBC pour les questions de genre et d'identité.

Alors que mon doigt survolait le bouton "quitter le groupe", je me suis rendu compte que c'était la première fois que j'envisageais sérieusement de quitter le groupe WhatsApp de la famille élargie.

Bien que je me défile fréquemment et sans culpabilité des groupes qui dépassent leur objectif, aucun d'entre eux n'a jamais inclus quelqu'un de ma famille.

Pouvez-vous essayer d'imaginer à quel point un groupe avec des membres actifs sur trois continents peut être bruyant ? C'est encore plus bruyant que vous ne le pensez.

Le contenu est partagé quotidiennement, sur différents fuseaux horaires.

Lorsque la délégation basée en Inde s'endort, le bataillon américain prend le relais pour assurer un flux constant de mèmes, de vidéos des neveux et nièces et de commentaires occasionnels sur les événements mondiaux (élections, par exemple, ou divorces de célébrités).

Je suis en grande partie un répondeur, distribuant régulièrement des émojis en forme de cœur sur les photos des enfants et des animaux de la famille.

Je n'ai pas l'habitude d'entamer une conversation. Jusqu'à ce que, il y a quelques semaines, je partage avec le groupe familial une photo de l'étonnante couverture du New York Times du 26 avril.

L'article portait sur le Covid en Inde et s'accompagnait d'une photo aérienne de dizaines de bûchers funéraires en feu, sous le regard d'une poignée de personnes en tenue de protection.

Le titre était le suivant : "Les crémations ne s'arrêtent jamais". Un autre membre de la famille a suivi avec un lien vers un article australien qui accusait le Premier ministre Modi de mener l'Inde vers ce qu'il appelait "une apocalypse".

C'est alors qu'un cousin vivant en Inde a pris la parole.

"Chaque pays a souffert et aucun gouvernement n'a réussi à le gérer", a-t-il écrit. "Et les médias sont pour la plupart partiaux... les médias internationaux ont leur propre agenda."

Un autre cousin lui a emboîté le pas avec un mème.

On y lit : "Le monde entier s'inquiète pour l'Inde, les Indiens s'inquiètent de savoir si la femme de ménage viendra aujourd'hui ou pas."

Un visage emoji jaune rieur avec des larmes coulant de ses yeux fermés accompagnait le texte.

J'ai commencé à ressentir la rage qui gronde lorsqu'on passe trop de temps sur les réseaux sociaux.

J'étais là, à regarder mon téléphone depuis mon appartement de Londres, vacciné, et furieux que ma famille en Inde envoie des mèmes et s'en prenne à moi.

(En tant que journaliste, j'ai décidé de prendre personnellement cette observation sur les médias).

Les gros titres au Royaume-Uni étaient dominés par des images de guerre provenant des salles d'hôpital, des appels aux dons d'oxygène, des milliers de morts par jour, un pic imprévisible.

Ma famille, qui a fait des études universitaires et appartient à la classe moyenne, n'a heureusement pas été touchée par le virus.

De nombreux titres suggéraient que la crise du Covid en Inde avait rendu les pauvres particulièrement vulnérables - même si, bien sûr, de nombreuses personnes aisées ont déclaré ne pas pouvoir obtenir de lits d'hôpital, y compris un ancien ambassadeur indien, Ashok Amrohi, qui est mort sur le parking d'un hôpital le mois dernier alors qu'il attendait un lit.

Selon le National Domestic Workers Movement, plus de quatre millions de personnes sont employées comme domestiques dans des foyers plus aisés comme celui de ma famille, mais des estimations officieuses portent ce nombre à 50 millions.

Mes collègues en reportage à Delhi ont déclaré que la grande majorité de ces travailleurs avaient été licenciés par leurs employeurs et que beaucoup n'étaient pas payés.

Une ONG basée à Delhi, Action Aid, a estimé que 80 % de la main-d'œuvre informelle en Inde avait perdu son emploi depuis la déclaration de la pandémie.

C'est pourquoi le mème de la femme de chambre m'a particulièrement irrité.

Et juste à ce moment-là, j'ai vu un tweet d'un écrivain basé à New York : "Je suis sur le point de quitter le groupe WhatsApp de la famille Desi", disait-il.

"Les blagues sur Covid me passent au-dessus de la tête".

Après une brève recherche sur les réseaux sociaux, je suis tombé sur un certain nombre d'utilisateurs de WhatsApp qui ne se connectaient pas avec les blagues familiales sur le Covid, la plupart d'entre eux étant indiens.

L'Inde est le plus grand marché de WhatsApp, avec environ 340 millions d'utilisateurs actifs.

Les Indiens constituent également la plus grande diaspora du monde, selon l'ONU, avec 18 millions de personnes issues de familles indiennes vivant à l'étranger.

"Cela a beaucoup à voir avec la différence de perspectives", explique le Dr Charusmita, chercheur en études des médias qui vit à Delhi.

"Si ce mème avait été envoyé à une autre personne de la classe moyenne vivant en Inde, elle l'aurait très probablement vu différemment.

Il ne s'agit pas de déshumaniser l'aide ménagère, mais de souligner, et souvent de se moquer, de ses propres privilèges.

Pour certains, c'est une façon assez innocente de trouver un peu de légèreté au milieu d'une catastrophe à grande échelle".

"Certains s'identifient à cet humour qui circule dans les groupes WhatsApp, d'autres le trouvent dégoûtant."

Mais les personnes qui vivent dans le pays n'apprécient guère qu'on leur rappelle cette différence de modes de vie et de valeurs, dit-elle, car elles trouvent cela condescendant.

Le Dr Charusmita m'a dit qu'on lui avait envoyé plusieurs mèmes humoristiques sur le Covid, notamment des caricatures de personnes prenant des selfies avec des patients mourants - un commentaire sur la façon dont la mort est désormais une attraction pour les réseaux sociaux.

Il existe également des versions plus douces de l'humour quotidien du confinement, qui suscitent moins de réactions dans les groupes familiaux WhatsApp.

L'un d'entre eux montrait une photo du Premier ministre Modi en train d'effectuer la respiration d'une seule narine en yoga, le Nadi Shodhana Pranayama, avec un commentaire disant "Modiji respire d'une seule narine pour que les autres reçoivent plus d'oxygène".

J'ai trouvé quatre chaînes Telegram indiennes de partage de mèmes, dont deux avec plus de 100 000 abonnés, partageant toutes les heures des blagues sur le Covid.

"On a beaucoup parlé de la désinformation qui sévit dans les groupes WhatsApp indiens, mais pas tellement de l'humour potache qui s'y trouve", explique le Dr Rohit Dasgupta, de l'université de Glasgow, spécialisé dans la culture numérique indienne. "Quand on rit, il y a de l'espoir, et l'espoir détourne de la douleur".

Une partie de la douleur provient également de la frustration d'être perçu comme un pays du tiers monde alors qu'il y a quelques semaines à peine, l'Inde était un exportateur majeur du vaccin d'AstraZeneca.

Selon le gouvernement indien, plus de 90 pays (de la Syrie au Royaume-Uni) ont reçu des vaccins fabriqués en Inde, pour un total de plus de 60 millions de doses.

"Il y a là aussi de la fierté", dit le Dr Dasgupta. "Même s'il est clair que l'Inde a besoin d'aide, les Indiens qui vivent dans le pays veulent que vous sachiez qu'ils peuvent aussi s'aider eux-mêmes."

Plus tard, le diffuseur du mème de la femme de chambre, mon cousin du Kerala, m'a envoyé un message privé pour préciser qu'il n'avait absolument pas l'intention de manquer de respect aux femmes de chambre indiennes.

Il s'agissait d'une blague, a-t-il dit, peut-être même pas très drôle, qui laissait entrevoir un avenir plus prometteur, où les routines familières reviendraient.

La vie était loin d'être routinière en ce moment. Il était presque deux heures du matin en Inde et il venait de rentrer d'une garde dans un hôpital où il travaille comme médecin en première ligne, s'occupant des patients atteints du Covid.

J'ai ensuite parlé à un journaliste de Delhi, qui m'a dit que ses groupes WhatsApp s'étaient transformés ces dernières semaines en "annonces de cimetière", où des amis publiaient les nécrologies de membres de leur famille ou lançaient des appels à l'aide pour trouver des lits d'hôpital pour des personnes touchées qu'ils connaissaient.

La conversation sur le terrain avec les résidents indiens, dit-il, était sombre.

Je n'ai pas quitté le groupe familial WhatsApp, bien sûr. Quelqu'un a partagé des images de l'un des enfants qui avait décidé de réaliser un photoshoot de mode tout en nettoyant un placard et des dizaines d'emojis de cœur ont inondé l'écran. Nous sommes passés à autre chose.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter