Vous-êtes ici: AccueilSport2021 09 01Article 616627

BBC Afrique of Wednesday, 1 September 2021

Source: www.bbc.com

Covid : les renseignements américains concluent que la maladie n'est pas une arme biologique

Ils attribuent leur incertitude quant à l'origine du virus Ils attribuent leur incertitude quant à l'origine du virus

Les services secrets américains publient les principales conclusions de leur rapport sur l'origine du Covid-19. Ils n'ont pas pu déterminer les causes exactes de la maladie, mais ont conclu qu'elle n'a pas été développée comme une arme biologique.

En mai, le président américain Joe Biden a demandé à la communauté américaine du renseignement de vérifier toutes les versions de la propagation du Covid-19, y compris les mutations de la transmission naturelle du virus de l'animal à l'homme et les spéculations plus scandaleuses sur une fuite du virus d'un laboratoire en Chine.

Mardi, la communauté du renseignement a soumis un rapport classifié au président, mais aucun consensus n'a été atteint sur l'une ou l'autre version.

"Après avoir examiné tous les renseignements et autres informations disponibles, la communauté du renseignement reste incapable de parvenir à une conclusion définitive quant aux causes les plus probables de l'origine du Covid-19", indique une description déclassifiée du rapport, qui a été publié sur le site Internet du directeur américain du renseignement national.

Deux hypothèses sont considérées comme plausibles par toutes les agences : la transmission naturelle à partir d'un animal infecté et un incident lié à un laboratoire".

L'hypothèse prédominante au sein de l'establishment scientifique depuis la pandémie était que le SRAS-CoV-2 était d'origine naturelle, par le biais de la transmission de l'animal à l'homme et des mutations que le coronavirus aurait pu subir dans son nouvel environnement.

Les virus présents dans les chauves-souris sont considérés comme les candidats les plus probables ; cette hypothèse est également étayée par le fait que bon nombre des premiers cas connus fin 2019 sont liés à un marché aux oiseaux à Wuhan.

Toutefois, les scientifiques ne sont pas parvenus à reconstituer l'évolution exacte du virus, et il semble que les premiers cas ne soient pas tous liés au marché des oiseaux ; enfin, l'habitat de chauve-souris le plus proche se trouve à des centaines de kilomètres de Wuhan, mais l'Institut de virologie de Wuhan y est situé.

Le rapport des services de renseignement américains fournit quelques détails sur la manière dont le coronavirus a pu apparaître et se propager chez l'homme.

Selon les agences de renseignement américaines, la contamination initiale a probablement eu lieu au plus tard en novembre 2019, le premier foyer connu à Wuhan ayant eu lieu en décembre de la même année.

"Nous ne pensons pas que le virus ait été développé comme une arme biologique", indique le rapport.

La plupart des agences concluent également avec un faible degré de confiance que le SRAS-CoV-2 [le virus à l'origine du Covid-19] n'est probablement pas le résultat du génie génétique.

Cependant, deux agences estiment que les preuves sont insuffisantes pour confirmer ou infirmer cette affirmation".

Qu'est-ce que cela a à voir avec l'Institut de virologie de Wuhan ?

L'origine artificielle du coronavirus est également contredite par la conclusion des services de renseignement américains selon laquelle les responsables chinois "n'avaient aucune connaissance du virus avant l'épidémie initiale de Covid-19".

Toutefois, le rapport cite une agence de la communauté du renseignement, qui "conclut avec une certitude modérée que la première exposition humaine au SRAS-CoV-2 a très probablement été le résultat d'un incident lié à un laboratoire. Un tel incident "était probablement lié à l'expérimentation, à la manipulation d'animaux ou à la collecte d'échantillons à l'Institut de virologie de Wuhan", explique l'agence anonyme.

Selon les informations recueillies par le département d'État américain sous l'administration Trump et rendues publiques en janvier dernier, l'institut de Wuhan entretient des liens secrets avec l'armée chinoise, et plusieurs de ses employés avaient été admis à l'hôpital avec des symptômes grippaux (qui sont également caractéristiques du covid) dès novembre 2019.

Les services de renseignement américains attribuent leur incertitude quant à l'origine du virus au fait que la Chine ne fournit pas toutes les informations qui permettraient de rendre la situation plus sûre.

En particulier, les services de renseignement ne disposent d'aucune information sur les premiers cas de la maladie et leur lien éventuel avec certains lieux ou employés de certaines institutions.

"Pékin continue de résister à l'enquête internationale, ne veut pas partager les informations et rejette la responsabilité sur d'autres pays, y compris les États-Unis", indique le rapport des services de renseignement américains.

Ces actions sont en partie révélatrices de l'incertitude du gouvernement chinois quant à l'issue de l'enquête.

Elle reflète également le mécontentement de la communauté internationale qui utilise cette question pour exercer une pression politique sur la Chine.

Vendredi soir, M. Biden a affirmé que la Chine disposait "d'informations essentielles sur les origines de la pandémie".

"Dès le début, cependant, les responsables gouvernementaux en Chine ont essayé par tous les moyens de soustraire ces informations aux enquêteurs internationaux et aux représentants de la communauté sanitaire mondiale", signale le président américain dans un communiqué.

Une équipe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé a visité l'Institut de virologie de Wuhan en février de cette année, mais leur visite a été étroitement surveillée par les autorités chinoises, et les scientifiques eux-mêmes ont rapidement révélé qu'on ne leur avait pas tout montré.

Les médias de propagande chinois, en particulier ceux qui s'adressent à des publics étrangers, ont beaucoup écrit ces derniers jours sur le rapport des services de renseignement américains, cherchant à le dépeindre comme faisant partie d'une guerre de l'information contre la Chine.

Pendant ce temps, la Chine elle-même s'est employée à diffuser toutes sortes de théories alternatives non fondées sur l'origine du virus, affirmant qu'il provenait de l'extérieur du pays.