Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 21Article 609316

BBC Afrique of Wednesday, 21 July 2021

Source: www.bbc.com

Covid : comment pouvons-nous apprendre à vivre avec s'il ne disparaît pas ?

Les virus de la grippe et les quatre coronavirus qui causent le rhume, par exemple, sont endémiques Les virus de la grippe et les quatre coronavirus qui causent le rhume, par exemple, sont endémiques

Y a-t-il une lumière au bout du tunnel pandémique ?

Le Covid-19 a infecté plus de 185 millions de personnes et causé 4 millions de décès dans le monde depuis qu'il a été classé comme pandémie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

On espère vivement que les vaccinations conduisent à une sorte de normalité et que les restrictions qui ont façonné nos vies au cours des 16 derniers mois diminuent.

Les scientifiques, cependant, sont de plus en plus convaincus que le coronavirus ne disparaitra pas.

En janvier, la revue scientifique Nature a demandé à plus de 100 immunologistes, virologues et experts de la santé du monde entier si le Sars-Cov-2 pouvait être éradiqué. Près de 90 % des personnes interrogées ont répondu 'non' : il existe des preuves, ont-ils dit, que le coronavirus est susceptible de devenir endémique et continuera de circuler aux quatre coins du monde.

La nécessité d'une troisième dose et 3 autres inconnues apparues pendant la vaccination contre le Covid Ce virus présente des défis spécifiques. Alors, comment la science entrevoit la manière dont nous vivrons avec Covid dans les années à venir ?

L'éradication des maladies infectieuses est un phénomène rare. En fait, à ce jour, l'OMS n'a déclaré officiellement l'éradication que de deux maladies virales : la variole et la peste bovine.

Et seule la variole - une maladie ancienne qui a créé des épidémies tout au long de l'histoire et causé jusqu'à 500 millions de décès au 20e siècle jusqu'à son éradication dans les années 1980 - est comparable au Covid-19 en termes de répartition géographique et de portée.

Un ensemble unique de circonstances a aidé à éradiquer la variole, principalement grâce au développement d'un vaccin qui a coupé la transmission du virus de la variole.

Malheureusement, les vaccins Covid-19 développés jusqu'à présent n'ont pas obtenu le même effet.

"Les vaccins dont nous disposons aujourd'hui, dans certains cas, ne préviennent pas l'infection. Ils modifient simplement l'infection et rendent la maladie moins grave. Les personnes vaccinées peuvent toujours transmettre le virus à d'autres", déclare David Heymann, professeur d'épidémiologie des maladies infectieuses à la London School the London School of Health and Tropical Medicine.

Paul Hunter, professeur de médecine à l'Université d'East Anglia (Royaume-Uni), va plus loin. Il pense que les vaccins ne nous empêcheront pas d'attraper Covid-19 à l'avenir.

"Covid ne partira jamais", anticipe-t-il.

"Il est inévitable que nous allons l'attraper à plusieurs reprises pour le reste de nos vies, que nous ayons eu été vaccinés ou non".

Alors, que se passera-t-il avec le nouveau coronavirus ?

Le professeur Heymann est l'un des nombreux experts qui pensent que Covid-19 deviendra une maladie endémique, ce qui signifie qu'il continuera à circuler parmi la population mondiale dans les années à venir.

Ce n'est pas nouveau : les virus de la grippe et les quatre coronavirus qui causent le rhume, par exemple, sont endémiques. L'OMS estime que 290 000 à 650 000 personnes dans le monde meurent chaque année de causes liées à la grippe.

Mais ces maladies sont devenues gérables, avec un nombre de morts calculé.

Les scientifiques s'attendent - et les politiciens espèrent - que ce sera le cas avec Covid-19 : dans ce scénario, le virus persiste mais les gens développent une certaine immunité contre lui grâce à la vaccination et aux infections naturelles. Par conséquent, les cas graves de la maladie sont moins nombreux et les hospitalisations et les décès ne sont pas de l'ampleur que nous avons connue jusqu'à présent.

Le problème est que nous ignorons toujours si ce virus se comportera vraiment de cette façon. Pour le professeur Heymann, ce virus est "très instable".

"Lorsque ce virus se réplique dans les cellules humaines, il mute de temps en temps. Et certaines de ces mutations sont préoccupantes".

  • Comment se protéger du covid
Mais l'expert affirme également que le Covid-19 peut devenir moins préoccupant qu'il ne l'est aujourd'hui par d'autres moyens.

"Les virus peuvent également diminuer en virulence (gravité), soit par mutation, soit parce que la majeure partie de la population est vaccinée."

Cela signifie-t-il que nous devrons nous faire vacciner encore et encore, comme nous le faisons avec la grippe ?

La 'mission' d'un virus est de se propager au plus grand nombre, c'est pourquoi les mutations sont fréquentes.

"D'un point de vue évolutif, le virus doit muter pour pouvoir se propager à plus de personnes. Un virus réussi est un virus qui se propage le plus facilement", explique Trudy Lang, professeur de santé mondiale à l'Université d'Oxford.

Les changements dans les virus de la grippe sont si fréquents que la composition des vaccins contre la grippe est révisée chaque année par un réseau d'agences de santé. Il existe d'autres maladies, comme le tétanos, qui nécessitent des injections de rappel tout au long de notre vie.

  • COVID : des personnes guéries expliquent leurs symptômes
Comme nous le savons, le coronavirus a développé au moins quatre variantes majeures - dont le delta hautement contagieux, identifié pour la première fois en Inde et actuellement à l'origine des pics de cas en Europe, en Asie et aux États-Unis.

Les statistiques suggèrent que la vaccination fonctionne bien contre Delta - par exemple, les derniers chiffres de Public Health England montrent que 82 % de toutes les personnes infectees par cette variante entre février et juin qui ont été hospitalisées n'étaient pas vaccinées ou n'avaient reçu qu'une seule dose.

Pourtant, le système national de santé britannique (NHS) a commencé à planifier un troisième jab ou "rappel" avant l'hiver, qui sera administré à plus de 30 millions de personnes.

Aux États-Unis, les National Institutes of Health ont commencé un essai clinique avec des personnes entièrement vaccinées pour déterminer si un rappel augmentera les anticorps et prolongera la protection.

La réalité est que les scientifiques ne savent toujours pas combien de temps durera l'immunité contre les vaccins Covid-19. En effet, ces vaccins sont relativement nouveaux et les chercheurs analysent toujours la réponse immunitaire aux différents types de vaccins disponibles.

"Personne ne sait encore si nous aurons besoin d'autres vaccins", a déclaré le professeur Heymann.

"C'est un virus différent de celui de la grippe."

Les confinements peuvent-ils devenir fréquents ?

Plusieurs pays et régions ont dû réintroduire des restrictions de voyage et de mouvement à mesure que les taux d'infection et d'hospitalisation augmentaient.

Si ces mesures ont contribué à ralentir la propagation de la maladie et à alléger la pression sur les systèmes de santé, elles ont également causé des dommages économiques, notamment une augmentation du chômage.

Les confinements pourraient-ils encore faire partie d'un scénario endémique ? Cela dépendra du succès des programmes de vaccination à réduire les admissions à l'hôpital dans chaque pays, selon les experts.

Au cours des derniers mois, nous avons assisté à des interventions à la fois localisées et nationales à travers le monde : alors que l'Australie avait sept villes en confinement, le Bangladesh a opté pour un ensemble de restrictions à l'échelle du pays.

"Dans la mesure du possible, les confinements vont faire partie de la boîte à outils essentielle que les gouvernements doivent utiliser pour lutter contre les épidémies", a déclaré Nicholas Thomas, professeur agrégé en sécurité sanitaire à la City University de Hong Kong, à l'agence de presse Bloomberg.

Dois-je toujours porter un masque facial ?

Peu de mesures ont été plus controversées pendant la pandémie que l'utilisation obligatoire de masques.

Mais les scientifiques soutiennent massivement leur utilisation comme moyen de contenir la propagation de Covid-19 même dans les zones où les taux de vaccination sont élevés.

"Il est clair que nous ne pouvons pas continuer à instaurer des confinements à chaque fois qu'il y a une montée", explique la spécialiste du comportement Christina Gravert, de l'Université de Copenhague.

"Mais il semble raisonnable de continuer à recommander aux personnes qui se sentent malades de ne pas utiliser les transports en commun et de travailler à domicile, ou du moins de porter un masque lorsqu'elles se trouvent à proximité d'autres personnes", ajoute-t-elle.

  • Au Vietnam une nouvelle variante hybride du Covid inquiète
L'utilisation du masque est répandue dans certains pays asiatiques, mais pas dans d'autres parties du monde. Les sondages sur les intentions futures ne sont guère encourageants : aux États-Unis, par exemple, l'utilisation obligatoire de masques faciaux à l'extérieur pour ceux qui sont complètement vaccinés a été levée en avril, et la part des personnes vaccinées qui ont déclaré en porter un à tout moment a chuté depuis lors de 74 % à 63 %, selon l'indice Axios-Ipsos Coronavirus.

Le sondage a également révélé que le port du masque diminuait également chez les personnes non vaccinées.

Alors que certains soutiennent que les gouvernements devraient soutenir l'utilisation de masques dans des endroits clos dans le cadre de leurs campagnes de santé publique, d'autres pensent que ce sera à l'individu - et certaines personnes peuvent choisir d'en porter un en signe de courtoisie, en particulier dans les transports publics ou espaces encombrés.

Et les voyages internationaux ?

A l'heure actuelle, les gouvernements sont tiraillés entre les retombées économiques de la fermeture des frontières pour les déplacements non essentiels et la nécessité de protéger leur population contre le virus.

Différents pays ont des règles différentes et des experts comme le professeur Heymann critiquent ce qu'ils considèrent comme un effort mondial mal coordonné.

"Avec la distribution inégale des vaccins, l'OMS ne recommandera pas de "passeport de vaccination ", mais je m'attends à ce que certains pays les utilisent", a-t-il déclaré.

"Ce n'est certainement pas éthique d'avoir un certificat de vaccination si les gens ne peuvent pas voyager parce qu'ils n'ont pas pu se procurer le vaccin ou ont une raison de ne pas se faire vacciner".

Néanmoins, l'Union européenne a déjà déployé son Digital Covid Certificate, qui permet aux citoyens et résidents de se déplacer au sein du bloc continental sans être soumis à des restrictions s'ils ont été vaccinés, ont un test négatif valide ou se sont récemment remis de la maladie.

  • Quel est l'impact du vaccin Covid sur les règles ?
Le passeport vaccinal est reconnu par les 27 membres de l'UE ainsi que par l'Islande, la Norvège et la Suisse.

Mais il reste à voir comment le reste du monde gérera le mouvement des personnes en provenance d'autres pays à travers leurs frontières.

Les voyages internationaux ont chuté depuis mars 2020 et la CNUCED, l'organisme des Nations Unies pour le commerce et le développement, a estimé que la pandémie devrait coûter jusqu'à 1 400 milliards de dollars de revenus touristiques perdus en 2021, les pays à faible revenu faisant les frais de cette perte.

Aurons-nous un jour une 'démocratie vaccinale' - et cela joue-t-il un rôle ?

Au 5 juillet, un peu plus d'un milliard de personnes dans le monde avaient été complètement immunisées contre le Covid-19, soit moins de 15 % de la population mondiale.

"Le monde échoue, tout comme la communauté mondiale, nous échouons", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une récente conférence de presse.

Outre la question humanitaire, la 'démocratie vaccinale' est également importante pour tenir à distance les variantes de Covid-19. Dans une récente lettre ouverte, les dirigeants de l'OMS, du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont averti que la pénurie de vaccins dans les pays les plus pauvres crée des conditions pour l'émergence de nouvelles variantes.

"De plus en plus, une pandémie à deux voies se développe. La distribution inéquitable des vaccins ne laisse pas seulement des millions de personnes vulnérables au virus, elle permet également à des variantes mortelles d'émerger et de ricocher à travers le monde", ont-ils écrit.

  • Comment puis-je savoir si le vaccin Covid est sûr ?
"Même les pays dotés de programmes de vaccination avancés ont été contraints de réintroduire des mesures de santé publique plus strictes."

Lors du dernier sommet du G7, les dirigeants des sept plus grandes économies du monde (Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et États-Unis) se sont engagés à envoyer un milliard de doses de vaccin aux pays pauvres.

C'est bien en deçà des 11 milliards de doses que l'OMS estime nécessaires pour couvrir la population mondiale la plus pauvre. Et atteindre tout le monde sera la clé pour étendre l'immunité si le virus est en circulation dans un avenir prévisible.

"Il y a une responsabilité de santé publique et humanitaire de s'assurer que nous obtenons une distribution égale des vaccins dans le monde", a déclaré le professeur Heymann.

Les animaux présentent-ils toujours un risque ?

La lutte contre le Sars-CoV-2 dépend aussi du comportement du virus chez les animaux. À ce jour, les scientifiques soutiennent l'idée que ce coronavirus provient des chauves-souris et pourrait être passé à l'homme via un animal intermédiaire.

Des études ont montré qu'il peut infecter les chats, les lapins et les hamsters et qu'il est particulièrement infectieux chez le vison - des scientifiques danois ont trouvé des preuves de transmission du vison à l'homme.

Les experts disent que tant qu'il y a des animaux dans la nature qui peuvent attraper le virus, il y a un risque qu'ils puissent également infecter les humains.