Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 26Article 583639

BBC Afrique of Friday, 26 March 2021

Source: www.bbc.com

Covid-19 Afrique : Qui se fait vacciner ?

Les livraisons de vaccins dans le cadre du programme Covax ont commencé en février Les livraisons de vaccins dans le cadre du programme Covax ont commencé en février

Des programmes de vaccination sont actuellement en cours en Afrique, soutenus par l'initiative internationale de Covax visant à aider les pays les plus pauvres à s'approvisionner.

Certains pays, comme l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, ont leurs propres programmes de vaccination indépendants, mais la liste des nations bénéficiant des vaccins fournis par Covax ne cesse de s'allonger.

Comment les pays africains obtiennent-ils des vaccins ?

Les livraisons de vaccins dans le cadre du programme Covax ont commencé en février, et la plupart des pays d'Afrique se sont engagés.

Le programme vise à distribuer un demi-million de doses initiales du vaccin Oxford-AstraZeneca dans le monde entier, l'objectif étant de fournir deux milliards de vaccins d'ici à la fin 2021.

A lire en ce moment sur BBC Afrique :

    Pourquoi le fondateur d'Alibaba a-t-il disparu pendant trois mois ? Les 5 étapes clés des pays qui ont eu le plus de succès dans la lutte contre la pandémie Quel est l'"effet Matilda" qui rend les femmes invisibles dans les sciences ?
Comment fonctionne le programme Covax ?

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 600 millions de doses seront destinées à l'Afrique, soit suffisamment pour vacciner au moins 20 % de la population.

Toutefois, une poignée de pays africains ne participent pas au programme Covax pour diverses raisons.

La Tanzanie et Madagascar ont déclaré qu'ils ne prévoyaient pas d'acquérir des vaccins, et le Burundi affirme qu'il n'a pas besoin de vaccins pour le moment.

Par ailleurs, certains pays se sont procuré des vaccins en dehors du programme Covax.

Les pays en développement ont acheté des vaccins à des fabricants ou ont reçu des dons de pays tels que la Chine, la Russie, l'Inde et les Émirats arabes unis (EAU).

Au niveau mondial, des appels ont été lancés aux pays développés pour qu'ils veillent à ce que les pays plus pauvres ne soient pas laissés pour compte dans la campagne de vaccination contre le Covid-19.

Le président français Emmanuel Macron a récemment proposé que les pays riches d'Europe et des États-Unis partagent leurs vaccins supplémentaires avec l'Afrique.

Il souhaite que ces doses soient rapidement mises à la disposition des pays africains.

L'Afrique dans son ensemble reste loin derrière les autres régions du monde en termes de doses de vaccin administrées.

Fin février, le Royaume-Uni avait administré plus de 31 doses pour 100 personnes, les États-Unis plus de 22, l'Asie un peu plus de deux et l'Afrique moins de 0,3, selon les statistiques compilées par Our World in Data.

Est-ce suffisant ?

John Nkengasong, responsable des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), estime que les vaccins fournis "ne permettront pas de faire disparaître la pandémie" du continent.

Selon lui, les pays africains devront à terme vacciner au moins 60 % de leur population, son objectif pour cette année étant de 35 %.

L'Union africaine a également prévu de mettre en commun les accords d'approvisionnement au nom des 55 pays du continent.

Le premier fournisseur de réseaux mobiles d'Afrique, MTN, a fait un don de 25 millions de dollars à ce plan pour obtenir environ sept millions de doses du vaccin Covid-19 pour les agents de santé du continent.

Le CDC indique qu'un premier million de doses acquises par le biais de l'accord MTN sera expédié à environ 20 pays africains d'ici la fin du mois de février.

On ne sait pas encore quels pays recevront ces doses.

    Les "effets secondaires" positifs inattendus de la vaccination Les États riches "bloquent" les plans de vaccination des pays pauvres Lucy et Ardi, les fossiles qui ont changé l'histoire de l'humanité
Qu'en est-il des vaccinations en Afrique du Sud ?

L'Afrique du Sud, le pays le plus touché du continent, a retardé un plan de vaccination initial utilisant le vaccin d'AstraZeneca en raison de préoccupations quant à son efficacité contre une nouvelle variante du coronavirus.

Elle a commencé à vacciner le 17 février après avoir reçu 80 000 doses du vaccin Johnson & Johnson, qui est administré en une seule dose et s'est avéré efficace contre la variante.

Pfizer s'est également engagé à fournir 20 millions de doses de vaccin, les livraisons étant prévues pour la fin du mois de mars.

L'Afrique du Sud a offert à l'Union africaine le million de doses du vaccin AstraZeneca qu'elle avait commandé auprès du fournisseur indien, afin qu'elle le distribue aux autres pays qui pourraient être intéressés par son utilisation.

Cet article a été initialement publié le 20 février 2021, mais il est régulièrement mis à jour pour inclure les dernières informations.