Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 06Article 586546

BBC Afrique of Tuesday, 6 April 2021

Source: bbc.com

Coronavirus : quand le monde sera-t-il entièrement vacciné contre le Covid-19?

"Les vaccins offrent un grand espoir pour renverser le cours de la pandémie", déclare Tedros Adhanom Ghebreyesus, le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Mais pour protéger le monde, ajoute-t-il, nous devons veiller à ce que toutes les personnes à risque, où qu'elles soient - et pas seulement dans les pays qui ont les moyens de se payer des vaccins - soient vaccinées."

Nous savons que les vaccins joueront un rôle clé dans le retour du monde à la normale après la pandémie, mais il existe de nombreux obstacles qui feront que le processus sera beaucoup plus long pour certains que pour d'autres.

Par exemple, certains États et blocs politiques ont commencé à se disputer les vaccins dès qu'elles ont été disponibles, et ce "nationalisme vaccinal" pousse les populations des pays les plus pauvres à la queue de la file d'attente.

D'autres problèmes tels que l'hésitation à adopter le vaccin, les goulets d'étranglement dans la production et les problèmes d'approvisionnement font également obstacle à l'immunité collective mondiale, qui est l'objectif ultime de la lutte contre le Covid-19.

Compte tenu de ces obstacles, quand pouvons-nous espérer qu'un programme de vaccination mondial porte réellement ses fruits dans la lutte contre le Covid ?

Comment se déroule le déploiement du vaccin ?



Les programmes de vaccination contre le virus Covid-19 ont débuté dans de nombreux pays, mais il existe un décalage entre l'offre et la demande.

À l'heure actuelle, environ 565 millions de doses ont été administrées dans 138 pays, selon les chiffres de Our World in Data (OWID). Le 30 mars, environ 13,9 millions de doses ont été administrées.

Ce total peut sembler élevé, mais avec une population mondiale d'un peu moins de 7,8 milliards d'habitants, cela ne suffit qu'à administrer une seule dose à 7,2 % des habitants de la planète.

Si ce rythme se maintient, il faudra plus de trois ans avant que tout le monde soit vacciné dans le monde, d'autant que presque tous les vaccins actuels nécessitent deux doses pour produire leur plein effet.

L'Economist Intelligence Unit (EIU) estime que la majeure partie de la population adulte des économies avancées sera vaccinée d'ici à la mi-2022.

Pour les pays à revenu moyen, ce délai s'étend jusqu'à la fin de l'année 2022, voire au début de l'année 2023, tandis que les nations les plus pauvres du monde devront peut-être attendre 2024 pour que la vaccination de masse ait lieu - si tant est qu'elle ait lieu.

Quels sont les vaccins utilisés ?



Le vaccin Pfizer-BioNTech a été le premier à être approuvé par les autorités réglementaires, d'abord au Royaume-Uni le 2 décembre de l'année dernière, puis aux États-Unis, dans l'Union européenne et à l'OMS.

De nombreux autres vaccins ont suivi, notamment Moderna, fabriqué aux États-Unis, AstraZeneca (développé par l'université britannique d'Oxford), Sinopharm et Sinovac, tous deux chinois, et Sputnik V, fabriqué en Russie.

Les résultats d'essais à grande échelle sur deux autres vaccins ont également été présentés récemment - les travaux de Janssen, qui appartient à Johnson & Johnson, et de Novavax vont maintenant être examinés par les autorités de réglementation des médicaments avant que leurs vaccins puissent être approuvés.

Dans des pays comme Israël et le Royaume-Uni, des signes prometteurs montrent déjà que les vaccins réduisent les admissions à l'hôpital et les décès, ainsi que la transmission communautaire.

Dans le monde entier, plus de 200 vaccins candidats font l'objet d'essais pour tester leur efficacité et leur sécurité. S'ils sont approuvés et mis en production, ils pourraient accroître de manière exponentielle les programmes d'immunisation mondiaux.

Mais malgré les efforts sans précédent déployés pour concevoir, fabriquer et homologuer ces vaccins en un temps record, leur déploiement à l'échelle mondiale est incroyablement inégal et se heurte à divers obstacles.

Qu'est-ce que le "nationalisme vaccinal" ?



Le "nationalisme vaccinal" désigne les actions des gouvernements qui cherchent à s'assurer des approvisionnements pour leurs propres populations aux dépens des autres, de manière avide ou injuste.

De nombreux pays riches achètent des fournitures dans le cadre d'accords bilatéraux avec des firmes pharmaceutiques - mais bien plus que ce dont ils ont réellement besoin.

Par exemple, le Canada a commandé suffisamment de doses complètes pour cinq fois sa population et s'apprête également à recevoir une partie des vaccins excédentaires d'AstraZeneca après que le président Biden a annoncé qu'ils feraient don de leurs stocks excédentaires en attendant que le vaccin soit autorisé à être utilisé dans le pays.

De même, le Royaume-Uni a été accusé d'accumuler des stocks de vaccins. Jeremy Farrar, directeur de Welcome, affirme que le Royaume-Uni aura accès à suffisamment de doses pour vacciner deux fois l'ensemble de sa population.

"Nous devons commencer à penser au-delà de nos frontières. Ces doses ne seront pas utiles au Royaume-Uni, il est temps que nous commencions à partager ces doses avec ceux qui en ont le plus besoin dans le monde", a-t-il affirmé. "C'est plus qu'une question d'éthique - c'est un impératif scientifique et économique".

L'Union européenne a également menacé d'imposer des contrôles à l'exportation sur les vaccins produits sur son territoire, alors qu'elle est aux prises avec son propre programme de déploiement.

Tout cela signifie que de précieuses réserves de vaccins sont bloquées dans une poignée d'économies riches et ne sont pas partagées équitablement avec les nations plus pauvres.

Seth Berkley, PDG de l'alliance pour les vaccins Gavi, a signalé le mois dernier : "si les gouvernements poursuivent ce type de nationalisme en matière de vaccins et si les fabricants ne proposent les vaccins Covid-19 qu'aux plus offrants, tout comme en 2009 [avec les vaccins contre la grippe porcine], cela ne fera que prolonger la crise".

"Même si des doses sont promises à tous les pays, retarder la disponibilité des doses dans le monde entier permettra au coronavirus de continuer à circuler, à muter et à s'adapter à l'hôte humain", a-t-il ajouté.

"Cela va à l'encontre des intérêts de chacun."

Les vaccins arrivent-ils là où ils doivent aller ?



De nombreux pays à revenu intermédiaire et la plupart des pays à faible revenu s'appuient sur la coalition de vaccins Covax pour obtenir des vaccins pour leurs populations.

L'initiative dirigée par l'OMS vise à fournir six milliards de doses aux pays les plus pauvres, dont deux milliards en 2021.

Covax a jusqu'à présent expédié 32 millions de doses à 70 participants, les dernières livraisons ayant été effectuées aux Tonga et à Trinité-et-Tobago, selon Gavi, l'Alliance pour les vaccins.

Les pays africains devraient être parmi les derniers à vacciner la majeure partie de leur population et seront particulièrement dépendants de cette initiative.

Le Ghana a été le premier pays à commencer à recevoir des vaccins de Covax le mois dernier, après avoir satisfait à des critères stricts et promis une distribution rapide. Cependant, la livraison initiale n'était que de 600 000 doses pour un pays de 31 millions d'habitants.

Selon Anne Mawathe, rédactrice en chef de la BBC pour l'Afrique, il est probable que de nombreux pays africains finiront par acheter les vaccins à un prix plus élevé que leurs homologues occidentaux, en partie parce qu'ils n'ont pas passé de commande préalable.

Elle ajoute : "certains ont demandé aux grandes sociétés pharmaceutiques de cesser de bloquer la levée des brevets, ce qui entraînerait une baisse des prix et signifierait que davantage de vaccins seraient produits".

"Mais les sociétés n'ont pas accepté, sachant que cela pourrait réduire leur marge bénéficiaire," explique-t-elle.

Comment les nouvelles variantes affectent-elles les vaccins ?



On s'attendait à ce que de nouvelles variantes apparaissent - tous les virus mutent en faisant des copies d'eux-mêmes pour se propager et survivre.

La plupart de ces différences sont sans conséquence, mais il arrive qu'une mutation se produise et aide le virus à se développer, comme c'est le cas pour les variantes britannique, brésilienne et sud-africaine.

Jusqu'à présent, rien ne prouve que ces variantes provoquent une maladie plus grave, et la plupart des experts pensent que les vaccins seront toujours efficaces, du moins à court terme.

Mais on craint que, si l'on laisse le Covid-19 se propager sans contrôle dans le monde, le virus ne mute à un point tel que les vaccins et les traitements actuels ne fonctionnent plus, laissant même les personnes vaccinées exposées au risque de réinfection.

Même dans le pire des cas, les vaccins pourraient être repensés et modifiés pour être mieux adaptés - en quelques semaines ou mois, si nécessaire, disent les experts.

Dans ce cas, un nouveau vaccin contre le coronavirus pourrait être nécessaire chaque année pour tenir compte des nouvelles variantes, comme c'est déjà le cas pour la grippe saisonnière.

Qu'en est-il de l'"hésitation à se faire vacciner" ?



L'"hésitation vaccinale" pourrait également avoir un impact important sur l'immunité mondiale.

Dans certaines nations plus riches, l'adoption du vaccin est en baisse malgré l'accès aux stocks de vaccins. Par exemple, des sondages récents en France et au Japon montrent qu'environ la moitié de la population ne veut pas se faire vacciner.

L'Allemagne et l'Italie ont suspendu l'administration du vaccin d'AstraZeneca quelques semaines plus tard, alors que les deux pays connaissaient une troisième vague d'infections, ce qui a amené l'OMS à faire des déclarations sur la sécurité du vaccin.

Cette hésitation dans le monde développé pourrait être reproduite dans les pays plus pauvres, en particulier si le déploiement mondial est lent.

Certains pays - en particulier ceux dont le profil démographique est jeune - pourraient bien se démotiver pour distribuer des vaccins, notamment si la maladie s'est largement répandue (de sorte qu'une grande partie de la population est déjà immunisée) ou si les coûts associés sont trop élevés.

Agathe Demarais, directrice des prévisions mondiales de l'EIU, indique que les délais de vaccination mondiale continuent de s'étirer jusqu'à fin 2022 et 2023, ce qui augmente le risque que certains pays en développement choisissent de ne pas vacciner leurs populations".

"Un tel scénario prolongerait la reprise économique mondiale et favoriserait l'émergence de nouvelles variantes du coronavirus qui pourraient s'avérer résistantes aux vaccins actuels, nous ramenant ainsi à la case départ," poursuit-il.

Un faible taux d'acceptation aura un impact dramatique sur l'objectif d'immunité collective, qui, selon les experts, est la meilleure chance pour le monde de mettre fin à la pandémie.

Comment obtenir une immunité collective ?

L'immunité collective est obtenue lorsqu'un nombre significatif de la population est immunisé - généralement par la vaccination - et qu'il protège ensuite le reste de la population en cessant de propager la maladie.

Ce seuil est différent pour chaque maladie. Par exemple, pour la rougeole, 95 % de la population doit être vaccinée, contre 80 % pour la polio.

Le Covid-19 étant une menace tellement nouvelle, le seuil d'immunité collective n'est pas connu, mais les épidémiologistes ont suggéré qu'il pourrait se situer autour de 70 %.

Toutefois, alors que la pandémie entre dans sa deuxième année, les experts font lentement grimper ce chiffre. Anthony Fauci, le principal conseiller médical du président Biden, a admis avoir augmenté progressivement ses estimations au fil du temps et pense que le chiffre se situe quelque part entre 70 et 90 %.

La vaccination va-t-elle éradiquer le Covid-19 ?



Le médecin en chef du Royaume-Uni, Chris Whitty, affirme au cours d'une séance d'information du gouvernement qu'il pense que les chances d'éliminer le Covid-19 sont "aussi proches de zéro que cela ne fait aucune différence".

"Nous n'avons réussi à éradiquer qu'une seule maladie - la variole - avec un vaccin d'une efficacité phénoménale sur une très longue période", a ajouté le professeur Whitty.

Mais cela ne signifie pas que les efforts de vaccination sont vains, car une population mondiale partiellement immunisée pourrait entraîner une augmentation de la transmission et de nouvelles variantes.

Une analyse de Christopher Murray, de l'université de Washington, et de Peter Piot, de la "London School of Hygiene and Tropical medicine", met en garde contre la nécessité d'intensifier les efforts de vaccination au niveau mondial.

"La perspective d'un Covid-19 persistant et saisonnier est réelle", indique leur rapport pour le "Journal of the American Medical Association, qui recommande d'intensifier les efforts de vaccination à l'échelle mondiale comme première étape de la gestion de la maladie.

Mais même si cela s'avère être le cas, les programmes de vaccination ont encore un rôle très précieux à jouer.

Selon le professeur Azra Ghani, titulaire de la chaire d'épidémiologie des maladies infectieuses à l'Imperial College de Londres, l'objectif premier des vaccins Covid-19 est de sauver des vies, et ce, en conférant une immunité aux personnes vaccinées et en empêchant la transmission du virus.

Elle ajoute : "étant donné que cela ne fait qu'un peu plus d'un an que le virus a été identifié, les progrès réalisés dans le développement et le déploiement des vaccins sont sans précédent. La science de ce nouveau virus est encore en pleine évolution et un grand nombre d'équipes de scientifiques à travers le monde s'emploient activement à tester et à améliorer les candidats vaccins.

"Je pense que nous pouvons donc être optimistes et croire qu'avec ces efforts, il sera possible d'atteindre des niveaux élevés de protection directe et indirecte qui, sans éliminer le virus, permettront à la vie de reprendre son cours normal."

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter