Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 19Article 597745

BBC Afrique of Wednesday, 19 May 2021

Source: www.bbc.com

Conflit israélo-palestinien : pourquoi la région est-elle floue sur Google Maps ?

Il est à peine possible de voir les voitures dans la ville de Gaza Il est à peine possible de voir les voitures dans la ville de Gaza

Pourquoi Gaza, l'un des endroits les plus densément peuplés au monde, est-il flou sur Google Maps ?

C'est un problème qui a été mis en évidence par des chercheurs utilisant des informations open-source, accessibles au public - notamment des données cartographiques - pour localiser les attaques et documenter les destructions.

"Le fait que nous ne recevions pas d'images satellite haute résolution d'Israël et des territoires palestiniens nous fait reculer", explique Samir, un chercheur utilisant des données open-source.

En fait, une grande partie d'Israël et des territoires palestiniens apparaît sur Google Earth sous forme d'images satellite à faible résolution, alors que des images de meilleure qualité sont disponibles auprès des sociétés de satellites.

Il est à peine possible de voir les voitures dans la ville de Gaza.

Comparez cela à Pyongyang, la capitale secrète de la Corée du Nord, où les voitures sont clairement définies et où il est possible de distinguer des personnes.

Pourquoi l'imagerie satellitaire est-elle importante ?

L'utilisation d'images satellites est devenue un élément essentiel dans le compte rendu des conflits.

Dans le dernier affrontement au Moyen-Orient, les enquêteurs cherchent à corroborer, à l'aide de satellites, les emplacements des tirs de missiles et des bâtiments visés à Gaza et en Israël.

Cependant, sur Google Earth, la plateforme d'images la plus largement utilisée, les images les plus récentes pour Gaza sont de faible résolution et donc floues.

"L'image la plus récente de Google Earth date de 2016 et ressemble à une poubelle. J'ai zoomé sur une zone rurale aléatoire de Syrie et il y a eu plus de 20 images prises depuis ce temps, en très haute résolution", a tweeté Aric Toler, un journaliste de Bellingcat.

Google affirme que son objectif est de "rafraîchir régulièrement les lieux à forte densité de population", mais cela n'a pas été le cas pour Gaza.

Des images en haute résolution sont-elles disponibles ?

Jusqu'à l'année dernière, le gouvernement américain avait imposé une restriction sur la qualité des images satellite d'Israël et des territoires palestiniens que les entreprises américaines étaient autorisées à fournir à titre commercial.

Cette restriction était inscrite dans l'amendement Kyl-Bingaman (KBA) - une législation américaine datant de 1997 - afin de répondre aux préoccupations israéliennes en matière de sécurité.

En vertu du KBA, les fournisseurs américains d'images satellite étaient autorisés à proposer des images à faible résolution dont la taille de pixel n'était pas inférieure à 2 m (6 pieds 6 pouces, ce qui permet de voir un objet de la taille d'une voiture, mais pas plus petit).

Il n'est pas rare que des sites tels que des bases militaires soient floutés, mais le KBA est le seul cas où un pays entier est soumis à une telle restriction.

La loi ne mentionnait qu'Israël, mais elle était également appliquée aux territoires palestiniens.

Cependant, une fois que des fournisseurs non américains, comme la société française Airbus, ont été en mesure de fournir ces images à une résolution plus élevée, les États-Unis ont subi une pression croissante pour mettre fin à leurs restrictions.

En juillet 2020, la KBA a été abandonnée et le gouvernement américain autorise désormais les entreprises américaines à fournir des images de la région de bien meilleure qualité (chaque pixel peut désormais mesurer jusqu'à 40 cm, de sorte que des objets de la taille d'une personne peuvent être facilement repérés).

"La motivation initiale était scientifique", explique Michael Fradley, archéologue à l'université d'Oxford et l'un des universitaires qui ont fait campagne avec succès pour que l'amendement soit modifié.

"Nous voulions disposer d'une source de données cohérente pour travailler dans le cadre de notre projet, et nous devions donc avoir accès à une haute résolution sur les Territoires palestiniens occupés comparable à celle que nous utilisons sur d'autres parties de la région."

Alors pourquoi Gaza est-elle encore floue ?

La BBC s'est adressée à Google et à Apple (dont les applications de cartographie affichent également des images satellite).

Apple a déclaré qu'elle travaillait à la mise à jour prochaine de ses cartes à une résolution supérieure de 40 cm.

Google nous a dit que ses images provenaient de différents fournisseurs et qu'il étudiait "les possibilités de rafraîchir [ses] images satellite à mesure que des images à plus haute résolution sont disponibles". Mais l'entreprise a ajouté qu'elle n'avait "aucun projet à partager pour le moment".

"Compte tenu de l'importance des événements actuels, je ne vois pas pourquoi l'imagerie commerciale de cette zone devrait continuer à être délibérément dégradée", a déclaré sur Twitter Nick Waters, un enquêteur open source pour Bellingcat.

Qui prend réellement les images ?

Les plateformes publiques de cartographie, telles que Google Earth et Apple Maps, s'appuient sur des entreprises qui possèdent des satellites pour fournir des images.

Maxar et Planet Labs, deux des plus grandes, mettent désormais à disposition des images haute résolution d'Israël et de Gaza.

"Suite à des modifications récentes de la réglementation américaine, les images d'Israël et de Gaza sont fournies avec une résolution de 0,4 m (40 cm)", a déclaré Maxar dans un communiqué.

Planet Labs a confirmé à la BBC qu'il fournissait des images à une résolution de 50 cm.

Les enquêteurs du secteur des logiciels libres, cependant, dépendent largement des logiciels de cartographie gratuits et n'ont pas souvent un accès direct à ces images à haute résolution.

Que peut révéler l'imagerie haute résolution ?Des chercheurs de Human Rights Watch se sont associés aux fournisseurs de satellites Planet Labs en 2017 pour montrer la destruction de villages rohingyas par l'armée au Myanmar.

Les images leur ont permis de cartographier l'étendue des dommages subis par plus de 200 villages de la région, en comparant des images satellite d'une résolution de 40 cm de ces zones avant et après.

Les preuves semblent corroborer les affirmations des Rohingyas, qui ont fui le Myanmar pour se réfugier au Bangladesh voisin, selon lesquelles leurs maisons ont été prises pour cible par l'armée.

L'imagerie satellitaire a également été essentielle pour suivre ce qui se passe dans la région chinoise du Xinjiang, notamment le réseau de centres de "rééducation" mis en place pour les Ouïghours.

Ces informations ont permis de montrer où ces installations ont été construites, et des images à haute résolution ont également donné une idée de leur taille et de leurs caractéristiques particulières.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter