Vous-êtes ici: AccueilSport2021 05 12Article 596806

BBC Afrique of Wednesday, 12 May 2021

Source: www.bbc.com

Conflit israélo-palestinien: 3 clés pour comprendre l'escalade de la violence à Jérusalem et à Gaza

Plus de 30 000 Palestiniens ont été blessés lors des affrontements de lundi à Jérusalem Plus de 30 000 Palestiniens ont été blessés lors des affrontements de lundi à Jérusalem

Jérusalem a été le théâtre de plusieurs jours de troubles, d'une nouvelle escalade de la violence entre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes qui a fait des centaines de blessés, et de représailles des deux côtés.

La violence s'est intensifiée lundi soir après que des militants palestiniens ont tiré des roquettes sur Jérusalem depuis Gaza.

Le Hamas avait menacé d'attaquer Israël après que des centaines de Palestiniens eurent été blessés lors d'affrontements avec la police israélienne sur un lieu saint musulman à Jérusalem lundi.

En réponse, l'armée israélienne a lancé des frappes aériennes contre des cibles de militants dans la bande de Gaza.

Les responsables palestiniens de la santé à Gaza ont déclaré que 22 personnes, dont neuf enfants, avaient été tuées dans ces attaques. L'armée israélienne a déclaré qu'au moins 15 membres du groupe Hamas, qui dirige Gaza, figuraient parmi les morts.

Mardi, le Croissant-Rouge palestinien, un groupe humanitaire, a signalé que plus de 700 Palestiniens avaient été blessés lors d'affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à Jérusalem et en Cisjordanie.

Nous vous donnons ici 3 clés pour comprendre la tension croissante.

1. Jour de Jérusalem

Jérusalem a connu ses pires troubles du genre depuis le week-end depuis 2017, alimentés en grande partie par une tentative de longue date des colons juifs de s'emparer des maisons des familles palestiniennes à Jérusalem-Est annexée par Israël.

Les affrontements de lundi ont eu lieu devant la mosquée Al Aqsa , dans la vieille ville de Jérusalem. Les Palestiniens ont jeté des pierres sur la police anti-émeute israélienne, qui a tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, plus de 30 000 Palestiniens ont été blessés lors des affrontements de lundi à Jérusalem.

Les forces de police israéliennes ont déclaré qu'une vingtaine d'officiers avaient été blessés.

La mosquée Al Aqsa se dresse sur une esplanade connue des musulmans sous le nom de Haram al Sharif, ou le Noble Sanctuaire, et des juifs sous le nom de Mont du Temple.

Les forces de police israéliennes ont déclaré que des milliers de Palestiniens s'étaient barricadés sur les lieux avec des pierres et des cocktails Molotov en prévision d'un affrontement lors d'une marche juive prévue lundi pour marquer la Journée de Jérusalem.

La marche dite du drapeau commémore la prise par Israël de la partie orientale de Jérusalem en 1967, lorsque, pendant la guerre des Six Jours, le pays a pris le contrôle effectif de toute la ville.

La vieille ville est située à Jérusalem-Est, où se trouvent certains des sites religieux les plus sacrés du monde : le Dôme du Rocher et la mosquée Al Aqsa des musulmans, le Mont du Temple et le Mur occidental de la religion juive et le Saint-Sépulcre de la religion chrétienne.

Elle est considérée comme la ville la plus sainte pour le judaïsme et le christianisme, et c'est la troisième ville la plus sainte de l'islam.

Le sort de Jérusalem-Est est au cœur du conflit israélo-palestinien, et les deux parties revendiquent leur droit sur cette ville. Israël considère la ville entière comme sa capitale, bien qu'elle ne soit pas reconnue comme telle par la plupart de la communauté internationale, et les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme la future capitale d'un futur État indépendant.

Lors de la marche des drapeaux, des centaines de jeunes Israéliens brandissent des drapeaux et traversent les quartiers musulmans en entonnant des chants patriotiques.

De nombreux Palestiniens y voient une provocation.

La police israélienne a décidé d'interdire aux Juifs de se rendre au complexe pendant les commémorations de la Journée de Jérusalem.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a défendu le maintien de l'ordre.

"C'est une bataille entre la tolérance et l'intolérance, entre la violence anarchique et l'ordre", a-t-il déclaré. "Les éléments qui veulent exproprier nos droits nous obligent périodiquement à rester fermes, comme le font les policiers israéliens."

Pour sa part, le président de l'Autorité nationale palestinienne (ANP), Mahmoud Abbas, a condamné les actions israéliennes.


"L'assaut brutal des forces d'occupation israéliennes contre les fidèles de la sainte mosquée Al Aqsa et de son esplanade est un nouveau défi pour la communauté internationale", a déclaré son porte-parole Nabil Abu Rudeineh.

2. Expulsion possible de familles palestiniennes

La dernière vague de violence découle en grande partie d'une action en justice menée depuis longtemps par des groupes de colons juifs pour expulser plusieurs familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier voisin de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est.

Une décision d'un tribunal de première instance rendue cette année et soutenant la demande des colons a suscité l'ire des Palestiniens.

La Cour suprême d'Israël devait tenir une audience sur cette affaire lundi, mais la session a été reportée en raison de l'agitation.

3. Tensions pendant le Ramadan

Cette nouvelle vague de violence a lieu dans les derniers jours du mois sacré musulman du Ramadan.

Les tensions se sont intensifiées depuis le début des vacances, à la mi-avril, avec une série d'événements qui ont déclenché des émeutes.

Au début du Ramadan, des affrontements nocturnes ont éclaté entre la police et les Palestiniens qui protestaient contre les barrières de sécurité situées à l'extérieur de la porte de Damas, dans la vieille ville de Jérusalem, qui les avaient empêchés de s'y rassembler pendant la nuit.

Mais les affrontements ne se sont pas limités à Jérusalem et des heurts ont également été enregistrés dans la ville de Haïfa, dans le nord d'Israël, et près de la ville de Ramallah, en Cisjordanie.

Les négociateurs du Quartet pour le Moyen-Orient - les États-Unis, l'Union européenne, la Russie et les Nations unies - ont exprimé leur profonde inquiétude face à la violence, exhortant toutes les parties à faire preuve de retenue.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter