Vous-êtes ici: AccueilSport2021 03 22Article 582085

BBC Afrique of Monday, 22 March 2021

Source: bbc.com

Conflit au Mozambique : pourquoi les forces américaines sont-elles sur place ?

Une forte augmentation des attaques de militants dans la province septentrionale de Cabo Delgado au Mozambique a obligé le gouvernement à réévaluer sa stratégie contre l'insurrection islamiste.

Il a invité des conseillers militaires américains à soutenir ses propres forces armées dans ce conflit.

Quel est le rôle des forces américaines ?

L'accord conclu entre les gouvernements mozambicain et américain prévoit que des soldats américains formeront les forces locales qui combattent la milice al-Shabaab, soupçonnée d'avoir des liens avec le groupe plus large de l'État islamique (EI).

A ne pas manquer sur BBC Afrique :

    Quel est l'"effet Matilda" qui rend les femmes invisibles dans les sciences ? Le droit de l'homme qui profite à la nature Comment, les dimanches tels que nous les connaissons ont vu le jour il y a 1700 ans Ackee et poisson salé : le petit-déjeuner des champions de la Jamaïque Du boom à la chute - pourquoi le confinement n'a pas entraîné une augmentation des naissances
"Les forces d'opérations spéciales américaines... soutiendront les efforts du Mozambique pour prévenir la propagation du terrorisme et de l'extrémisme violent", indique l'ambassade des États-Unis au Mozambique le 15 mars.

"Il est clair que les États-Unis tentent d'étendre leur influence", déclare Jasmine Opperman, analyste pour le Armed Conflict Location and Event Data Project (Acled), qui surveille la violence politique dans le monde.

Mais elle ajoute qu'il s'agit d'un conflit local complexe et que "les États-Unis présentent l'insurrection d'une manière très simpliste en désignant [les militants] comme une extension de l'État islamique".

    Cabo Delgado : avant-poste de l'État islamique au Mozambique?
Le 10 mars, le gouvernement américain a désigné Al-Shabaab au Mozambique comme une "organisation terroriste étrangère", le décrivant comme affilié à l'État islamique.

Le Portugal, l'ancienne puissance coloniale du Mozambique, s'est également engagé à former les militaires.

"Nous allons envoyer un personnel d'environ 60 formateurs au Mozambique pour former des marines et des commandos", a affirmé un responsable portugais.

Forces mercenaires

Bien que le gouvernement mozambicain soit réticent à reconnaître leur présence, des entrepreneurs militaires privés ont opéré dans la région aux côtés de ses forces de sécurité.

Initialement en 2019, des mercenaires russes du groupe Wagner étaient impliqués dans la région.

Plus récemment, le groupe Dyck Advisory Group (DAG), basé en Afrique du Sud, aurait été invité par le gouvernement mozambicain pour l'aider à combattre les insurgés.

    Procès d’un groupe djihadiste au Mozambique
Un récent rapport d'Amnesty International sur les violations des droits de l'homme commises à Cabo Delgado a impliqué ce groupe ainsi que les forces gouvernementales et les militants dans les homicides illégaux de civils.

Le DAG dit enquêter sur les allégations formulées à son encontre.

"Lorsque vous entendez ces accusations de pertes civiles impliquant des entrepreneurs militaires privés, cela donne une mauvaise image du gouvernement", déclare Emilia Columbo, associée principale au Centre d'études stratégiques et internationales basé à Washington.

L'efficacité de ces entrepreneurs privés suscite également des inquiétudes.

    Les islamistes deviennent "plus agressifs" au Mozambique
Le coordinateur américain par intérim de la lutte contre le terrorisme, John Godfrey, a déclaré que l'implication de mercenaires "n'a pas aidé de manière démontrable" le gouvernement du Mozambique à contrer la menace que représentent les militants.

Quel est le moteur du conflit ?

Cabo Delgado connaît depuis longtemps l'instabilité, mais la récente flambée de violence liée à l'islamisme a commencé en 2017.

C'est une région où les niveaux de pauvreté sont élevés et où il existe des griefs concernant l'accès à la terre et aux emplois.

    Des djihadistes tuent 12 personnes au Mozambique
Mais l'importance de Cabo Delgado pour le gouvernement, et une raison supplémentaire de griefs locaux, réside dans les riches réserves de gaz naturel off-shore actuellement explorées en collaboration avec des multinationales de l'énergie.

Lire plus sur le Mozambique :

    "Condamnation exemplaire" de policiers au Mozambique Mozambique: un cessez-le-feu annoncé Mozambique : 73 morts dans une explosion
Il semble que les militants aient réussi à trouver des recrues à l'intérieur et à l'extérieur de la province.

"Je dirais que la rapidité avec laquelle ils se propagent témoigne d'une augmentation considérable du recrutement", déclare Emilia Columbo.

"On nous rapporte que des bateaux remplis de jeunes ont été interceptés en route vers Cabo Delgado".

Acled a enregistré plus de 570 incidents violents de janvier à décembre 2020 dans la province.

Il s'agit de meurtres, de décapitations et d'enlèvements, les décès dus aux attaques menées par tous les groupes impliqués dans le conflit ayant fortement augmenté l'année dernière.

    De nouveaux mercenaires russes signalés au Mozambique
L'incident le plus horrible a été celui de 50 personnes décapitées sur un terrain de sport au cours d'un week-end.

Les groupes de défense des droits de l'homme ont signalé la destruction massive de bâtiments dans tout le nord du Mozambique par les militants. L'instabilité a conduit un grand nombre de personnes à quitter leur foyer dans les zones où le conflit a éclaté.

    L'ONU met en garde contre la montée de la violence islamiste au Mozambique
Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, près de 670 000 personnes étaient déplacées à l'intérieur du pays dans les provinces de Cabo Delgado, Niassa et Nampula à la fin de 2020.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter