Vous-êtes ici: AccueilSport2021 04 12Article 588331

xxxxxxxxxxx of Monday, 12 April 2021

Source: www.bbc.com

Comment un pilote a survécu seul pendant 36 jours après s'être écrasé en Amazonie

Perdu et seul dans l'une des régions les plus reculées des immenses forêts tropicales du Brésil, Antonio Sena savait au moins ce qu'il craignait le plus : "Les grands prédateurs de l'Amazonie - les jaguars, les crocodiles et les anacondas".

Mais le pilote de 36 ans n'avait pas seulement peur de devenir le prochain repas d'un animal mortel, il devait aussi trouver de la nourriture, de l'eau et un abri pour lui-même.

C'était une tâche terrifiante et il craignait qu'après un accident d'avion, il lui faille plusieurs jours pour être secouru.

Ce qu'Antonio ne réalisait pas, c'est qu'il allait devoir se battre pour survivre, affamé et seul, pendant plus d'un mois.

Atterrissage en catastrophe



"Mayday, mayday, mayday... Papa, Tango, India, Romeo, Juliet is falling..." commence le dernier message radio d'Antonio.

L'avion qu'il pilotait en solo, en janvier dernier, pour aller ravitailler une mine isolée, avait de gros problèmes.

"Le moteur s'est soudainement arrêté à 900 mètres. J'ai dû effectuer un atterrissage forcé au milieu de la jungle", a-t-il raconté à World Service.

S'écrasant entre les branches des arbres, il a miraculeusement réussi à poser son avion Cessna en toute sécurité dans une zone inhabitée, quelque part au nord du fleuve Amazone.

Mais ayant échappé de justesse à la mort, ses problèmes ne faisaient que commencer. Du carburant s'était répandu partout dans l'épave.

"J'ai dû quitter l'avion parce que je savais que j'étais dans une situation très dangereuse", dit-il.

Ne pouvant pas utiliser l'avion pour s'abriter, il est resté à proximité, espérant que son dernier message avait été entendu et que les secours étaient en route.

"J'ai attrapé tout ce que je pouvais qui pouvait m'aider à passer quelques jours dans la jungle".

"À ce moment-là, j'imaginais que je devrais y rester cinq à huit jours [dans la forêt tropicale], ce qui est le temps habituel pour une équipe de recherche et de sauvetage."

Mais une semaine a passé et les secours ne sont pas arrivés.

Partir seul



Antonio a décidé que s'il voulait revoir ses proches un jour, il devait abandonner le lieu du crash et tenter de marcher jusqu'à un endroit sûr.

"J'ai réalisé qu'ils ne m'avaient pas trouvé et que je devais trouver un moyen de quitter cet endroit et de retrouver ma famille."

Se mettant en route au matin, il a utilisé les premières lueurs de l'aube pour le guider dans sa tentative désespérée de trouver la zone habitée la plus proche : "j'ai décidé de marcher vers l'est, en direction du Soleil, et j'ai marché chaque matin entre deux et quatre heures."

"Après cela, je devais planifier la nuit - construire mon abri et préparer le feu."

Bien que l'Amazonie soit un endroit dangereux pour quiconque se retrouve soudainement seul et sans aucune forme de transport ou de communication, Antonio avait appris quelques compétences qui lui donneraient une chance de survivre.

"J'ai suivi un cours de survie dans la jungle grâce à ma formation en aviation."

"De plus, je suis né et j'ai vécu en Amazonie."

Et il avait pris le temps d'apprendre des gens qui vivaient dans les zones reculées de la forêt tropicale - des informations qui pourraient maintenant faire la différence entre la vie et la mort.

"Chaque fois que j'en avais l'occasion, j'aimais parler avec les gens qui vivaient là, on peut apprendre beaucoup de choses d'eux."

Trouver de la nourriture



La première chose pour laquelle les compétences de survie d'Antonio devaient l'aider était la nourriture, et il a cherché de l'aide auprès de la faune locale.

"Il y avait un fruit que je n'avais jamais vu de ma vie, mais j'ai observé que les singes avaient l'habitude de le manger", dit-il. "J'ai donc pensé que si les singes pouvaient le manger, je pouvais aussi le faire".

Il a également croisé du cacao à quelques reprises, mais il avait besoin de trouver plus que des fruits.

Et la réponse ?

Des "œufs de nandou", pondus par "un oiseau très commun au milieu de la jungle", explique-t-il.

Cet oiseau incapable de voler, qui ressemble à un émeu, pond "un gros œuf bleu" qu'il a parfois réussi à trouver.

"Les œufs sont des œufs. C'est une protéine, j'en avais besoin à ce moment-là, alors je l'ai mangé cru."

Éviter les prédateurs mortels



Mais s'il trouvait suffisamment de nourriture pour se maintenir (à peine) en vie durant son périple, il devait aussi éviter de devenir le déjeuner de certains des plus grands habitants de l'Amazonie.

"Chaque fois que je m'arrêtais pour construire mon abri, je le faisais au sommet des collines, explique-t-il.

"C'est parce que les jaguars, les crocodiles et les anacondas ont une grande relation avec l'eau, donc je ne campais jamais à côté d'une source d'eau."

Antonio faisait également attention à faire beaucoup de bruit lorsqu'il marchait dans la forêt.

Il savait que pendant la journée, il était plus susceptible d'être attaqué par un animal qu'il avait soudainement surpris, et non par un animal qui l'avait entendu arriver.

Enfin l'espoir



Bien que les techniques de survie d'Antonio fonctionnent, il a perdu énormément de poids.

Des semaines s'étaient écoulées depuis qu'il avait quitté l'épave de son avion.

Mais, après 36 jours, il est finalement tombé sur un petit groupe de personnes.

"Après tout ce temps de marche, d'escalade, de montée de collines et de passage de rivières, j'ai trouvé un groupe de ramasseurs de noix du Brésil dans une zone isolée", dit-il.

Incapable de voir les gens au début, il les a retrouvés grâce au bruit qu'ils faisaient.

"Je pouvais les entendre travailler."

Enfin, son long calvaire touchait à sa fin.

View this post on Instagram

A post shared by Antonio Sena (@antoniopilot.br)


"La seule chose qui me motivait, et me donnait la force de continuer, même avec la douleur et la faim, c'était la volonté de revoir ma famille."

"Quand j'ai enfin quitté la jungle, et que je les ai rencontrés à l'aéroport, ça a été pour moi le meilleur moment de ma vie."

Des avions et des hélicoptères avaient été envoyés à sa recherche, mais ils avaient arrêté les recherches des semaines auparavant.



Si Antonio n'avait pas réussi à sortir de la forêt tropicale par ses propres moyens, l'accident d'avion aurait signifié qu'il ne reverrait jamais sa famille.

"J'ai enfin pu les serrer dans mes bras et leur dire à quel point je les aime", dit-il.

"J'ai fait tout ça juste pour eux, en pensant à eux à chaque fois, à chaque fois".

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter