Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 16Article 608587

BBC Afrique of Friday, 16 July 2021

Source: www.bbc.com

Comment parler de sexualité aux enfants

Parlez à vos enfants de vos valeurs sexuelles. Parlez à vos enfants de vos valeurs sexuelles.

De nombreuses écoles indiennes ne dispensent aucune éducation sexuelle, laissant aux parents le soin de parler à leurs enfants de la sexualité et des relations.

Mais souvent, ils ne savent pas trop quoi dire, explique Pallavi Barnwal, une sexologue, et beaucoup d'entre eux se tournent vers elle pour obtenir des conseils.

Elle s'est entretenue avec Megha Mohan, correspondante de la BBC pour les questions de genre et d'identité.

J'ai perdu 15 parents en un mois à cause de Covid' Avec le recul, mon éducation indienne conservatrice était en fait la base parfaite pour quelqu'un qui finirait par devenir sexologue.

La première influence que j'ai eue sur moi, bien que je ne l'aie pas réalisé à l'époque, a été la relation de mes parents.

Pendant des années, des rumeurs ont couru sur le mariage de mes parents. Vers l'âge de huit ans, j'ai commencé à recevoir des questions à ce sujet. Lors des fêtes, si j'étais séparée de ma famille, une infanterie de tantes à bout de souffle me coinçait pour un interrogatoire.

"Tes parents partagent-ils toujours la même chambre ?""As-tu entendu des disputes ?" "Est-ce qu'il t'arrive de voir un homme en visite ?"

  • Mariages à l’indienne
Je me tenais près d'une table à dessert, sur le point de remplir un bol de crème glacée à la cuillère, ou je me promenais dans un jardin à la recherche d'autres enfants avec qui jouer, et avant de m'en rendre compte, j'étais entourée de femmes excitées que je connaissais à peine, posant des questions auxquelles je ne connaissais absolument pas la réponse.

Des années plus tard, après mon propre divorce, ma mère m'a raconté toute l'histoire.

Au début du mariage de mes parents, avant la naissance de mon frère et moi, ma mère a ressenti une profonde attirance pour un homme qui s'est transformée en une liaison physique.

En quelques semaines, la culpabilité s'est installée et elle y a mis fin.

Mais dans les communautés indiennes, il y a des yeux et des bouches partout. Avec le temps, des rumeurs sont parvenues à mon père.

Il lui a fallu 10 ans, et deux enfants, pour finalement lui poser la question.

Il lui a promis que toute réponse n'affecterait pas leur relation, mais après des années de rumeurs, il devait savoir.

Elle lui a tout dit. Il s'agissait moins de sexe que d'intimité, a-t-elle dit. Cela s'était passé à une époque où ils n'avaient pas encore fondé de famille, où le mariage n'avait pas encore trouvé son rythme.

Dès qu'elle a cessé de parler, elle a remarqué un refroidissement immédiat dans la pièce.

Mon père s'était instantanément retiré. La confirmation par ma mère d'une histoire qu'il soupçonnait depuis des années a immédiatement rompu toute confiance construite entre eux et leur relation s'est rapidement décomposée.

Cela m'a montré très clairement que notre incapacité à parler correctement de sexe et d'intimité pouvait briser des familles.

Ma famille est originaire de l'État du Bihar, dans l'est de l'Inde.

C'est l'une des régions les plus peuplées et les plus vastes du pays, qui borde le Népal et dont les plaines sont traversées par le Gange.

J'ai eu une enfance conservatrice. Comme dans beaucoup de familles, le sexe n'était pas un sujet dont on discutait ouvertement. Mes parents ne se tenaient pas la main et ne s'embrassaient pas, mais je ne me souviens pas avoir vu de couples physiquement affectueux dans notre communauté non plus.

J'ai eu mon premier contact avec le sexe à l'âge de 14 ans.

Un après-midi, alors que je m'ennuyais, je suis allé pêcher dans une pile de livres dans l'armoire de mon père, lorsqu'un mince pamphlet, empilé entre ses romans et ses livres d'histoire, est tombé. Il contenait plusieurs nouvelles détaillées sur un monde secret où les hommes et les femmes exploraient leurs corps respectifs.

Ce livre n'était définitivement pas de la littérature, il était plus coquin que cela. L'une des histoires parlait d'une jeune fille curieuse qui avait percé un trou dans un mur pour pouvoir observer un couple marié qu'elle connaissait au lit.

J'ai dû chercher la signification d'un mot hindi que je n'avais jamais entendu auparavant, chumban, qui signifie un baiser français passionné.

J'avais tellement de questions, mais je n'avais personne à qui parler. Mes amis et moi n'avions jamais discuté d'une telle chose.

Prise dans le livre, il m'a fallu plusieurs instants pour revenir au présent et entendre la voix de ma mère qui m'appelait d'une autre pièce.

À cette époque, à la fin des années 1990, je ne savais pas que je n'avais rien fait de mal, que de nombreux enfants dans le monde avaient commencé à apprendre l'intimité à cet âge, principalement à l'école.

En Belgique, on enseigne le sexe aux enfants dès l'âge de sept ans. Mais l'Inde n'est pas un pays où le sexe fait obligatoirement partie du programme scolaire.

En fait, ce n'est qu'en 2018 que le ministère indien de la Santé et du Bien-être familial a publié des directives d'éducation sexuelle pour les écoles.

Plus d'une douzaine d'États sur 29 ont choisi de ne pas les mettre en œuvre. Selon le Times of India, plus de la moitié des filles vivant dans les zones rurales de l'Inde ne connaissent pas les menstruations ni leurs causes.

La lecture du pamphlet n'a pas été pour moi un déclic pour une période de découverte.

En fait, je l'ai enfouie dans mon esprit et, comme beaucoup de filles qui grandissent en Inde, je suis restée conservatrice.

J'avais 25 ans lorsque j'ai perdu ma virginité et j'étais encore inexpérimentée au moment de mon propre mariage arrangé, deux ans plus tard.

Ma nuit de noces ne peut être décrite que comme un fiasco. Je regardais notre lit de noces, dans la maison des parents de mon mari, jonché de pétales de fleurs, et je trouvais la situation comique.

À travers les murs minces, je pouvais entendre la famille s'affairer dans la maison, une douzaine d'entre eux, qui étaient venus de l'extérieur de la ville pour notre mariage, campaient devant notre porte car il n'y avait nulle part ailleurs où dormir.

Ma mère m'avait encouragée à dire à mon mari de l'époque que j'étais vierge, alors j'ai dû faire semblant d'être timide et confuse quant à ce que je devais faire.

Nous nous étions à peine parlés et nous nous retrouvions soudain dans une chambre, et on attendait de moi que je remplisse mes devoirs d'épouse.

Je n'étais pas vierge, mais je n'étais pas préparée. Aujourd'hui encore, je reçois chaque mois des dizaines de messages de personnes qui me demandent ce qu'il faut faire lors d'une nuit de noces : pas seulement sur le plan physique, mais aussi sur celui de l'attitude - comment ne pas paraître trop timide ni trop expérimenté.

Mon mari et moi avons été ensemble pendant cinq ans. Il était clair dès le début que j'avais épousé la mauvaise personne, et faire l'amour avec lui est devenu un événement que je redoutais. Nous négociions les heures et les dates.

Ce n'est que lorsque j'ai commencé à fantasmer sur un collègue de travail que j'ai su que c'était irrémédiable. Je ne suis pas passée à l'acte, mais je ne voulais pas d'une relation où il était possible que je le fasse. Notre mariage a pris fin.

À 32 ans, et en tant que mère célibataire, je n'avais soudainement plus de pression. J'étais divorcée et déjà une femme déchue aux yeux de la société.

Vivant à Delhi, la capitale de l'Inde, je suis tombée dans une série de relations sexuelles sans avenir. J'ai expérimenté, j'ai couché avec des hommes plus âgés, des hommes mariés.

Au fur et à mesure que je me suis ouverte, le type de conversations que j'avais a commencé à changer. Mes amis mariés venaient me demander conseil. Inspirée par mon indépendance, ma mère, qui avait toujours eu un côté rebelle, a emménagé avec moi et mon fils à Delhi.

Autour de moi, il y avait tellement de discussions féministes sur le sexe et les droits des femmes. Le viol en 2012 d'une jeune femme dans un bus à Delhi avait provoqué une onde de choc dans la ville.

Mais pour moi, la façon dont ces conversations présentaient le sexe comme quelque chose de violent, et qu'il ne fallait pas apprécier, était inquiétante.

En fait, trop souvent, les femmes indiennes ne considèrent pas l'intimité comme quelque chose de plaisant qui devrait être sous leur contrôle.

Il y a tellement de silence et de honte autour de ce sujet que les jeunes sont parfois incapables de reconnaître un abus lorsqu'il leur arrive.

  • Un mariage hindou-musulman bloqué en Inde

Les dernières données gouvernementales publiées en septembre dernier montrent que l'Inde a enregistré une moyenne de 87 cas de viols par jour en 2019 et globalement 405 861 cas de crimes contre les femmes au cours de l'année, soit une hausse de plus de 7% par rapport à 2018.

Plus de 100 enfants, garçons et filles, étaient victimes d'abus sexuels chaque jour. Selon le World Population Review de 2020, ce n'est pas seulement parce que l'Inde est un grand pays ; le nombre de crimes sexuels par habitant est l'un des pires au monde.


Bien que je travaillais dans la vente aux clients, j'ai commencé à envisager un changement de carrière.

Il m'est apparu qu'il y avait une opportunité de créer un espace sans jugement pour parler ouvertement de sexe, et de créer une plateforme où les gens pouvaient me poser des questions.

J'ai suivi une formation de coach en sexualité et en programmation neurolinguistique et et j'ai créé une page Instagram où j'invitais les gens à me demander n'importe quoi sur le sexe, sans jugement.

Pour encourager la conversation, je postais des détails sur mes propres expériences sexuelles. Cela a fonctionné. Les gens ont commencé à me contacter pour demander des conseils sur des problèmes de fantasmes sexuels, de stigmatisation de la masturbation, de mariages sans sexe et de nombreux autres sujets, y compris les abus.

Mais plusieurs venaient de parents.

Puis, il y a deux ans, on m'a demandé de faire une conférence TED sur l'importance des raisons pour lesquelles les parents devraient parler de sexe et de consentement avec leurs enfants.

J'ai porté un sari sur scène pour montrer que les Indiennes occidentalisées ne sont pas les seules à avoir des relations sexuelles, et j'ai attiré l'attention du public sur des données publiées par le site Pornhub en 2019, qui indiquaient que les Indiens diffusaient le plus de pornographie en streaming au monde, malgré l'interdiction de plusieurs sites dans le pays.

Nous avions des relations sexuelles en secret et cela n'aidait personne.

Après cette discussion, j'ai commencé à recevoir plus de 30 questions et demandes de thérapie par jour - tout, de comment utiliser un sex-toy à comment prétendre être vierge lors de votre nuit de noces.

Récemment, à la suite de la dernière vague inquiétante de cas de Covid en Inde, un homme m'a demandé quand il pouvait recommencer à se masturber en toute sécurité après s'être remis du virus. (Ma réponse : pendant le Covid, la masturbation peut entraîner un épuisement physique, mais après la guérison, il est tout à fait possible de revenir à la normale).

Beaucoup de leurs questions m'ont rappelé que certaines des parties les plus douloureuses de nos vies sont liées au manque de discussion que nous avons, en tant que culture, sur le sexe.

La plupart du temps, le sexe n'est même pas le problème. Les liaisons de mes parents étaient en partie dues au fait qu'ils ne pouvaient pas communiquer entre eux sur une partie très naturelle de la vie humaine.

L'absence de sexe dans ma propre famille était due au fait que nous ne pouvions pas non plus nous parler.

Mon fils a presque huit ans maintenant et je sais que dans quelques années, il sera curieux. Lorsque je l'ai sevré du lait maternel, je lui ai dit qu'il était maintenant en âge de ne pas toucher certaines parties du corps d'une femme.

Il était très jeune à l'époque, mais il a compris. Lorsque le moment sera venu pour lui d'être sexuellement actif, j'espère l'avoir élevé dans un environnement où il sera bien informé et en sécurité, et où il saura que je ne le jugerai pas.

Conseils de Pallavi Barnwal aux parents

Commencez par comprendre pourquoi vos enfants ont besoin d'être informés sur le sexe.

Parler de sexe et de sexualité peut protéger vos enfants d'un grand nombre de problèmes plus tard dans la vie.

Une faible estime de soi, l'anxiété liée à l'image corporelle, les abus sexuels, les relations malsaines et le consumérisme sexuel ne sont que quelques-uns des problèmes à long terme auxquels de nombreux jeunes adultes sont confrontés.

Racontez-leur vos propres expériences

Les enfants ont un lien incroyable avec les histoires de leurs parents. Ils sont curieux de savoir comment c'était pour vous lorsque vous avez grandi. Ils veulent vous voir comme des êtres humains réels et authentiques qui ont eu leur part d'erreurs.

Vous établirez un meilleur lien avec votre enfant si vous parlez des défis, de la confusion et des idées fausses sur le sexe que vous avez connus à leur âge.

Partagez vos opinions

Parlez à vos enfants de vos valeurs sexuelles. Que pensez-vous de la nudité, de l'activité sexuelle des adolescents, des LGBT, du mariage gay, de l'avortement, de la contraception, des relations sexuelles extraconjugales, des relations saines et de l'importance d'attendre jusqu'à... ?

N'oubliez pas que vous aidez vos enfants à construire un cadre de valeurs, et non à les imposer de manière rigide.

Donnez-leur des faits

Obtenez les faits sur ce qu'ils doivent savoir dans les différents groupes d'âge. Les informations que vos enfants devraient connaître entre 10 et 14 ans sont les suivantes

1. Vos attentes et vos valeurs en matière de sexualité

2. Le nom et le rôle exacts des organes sexuels masculins et féminins.

3. Qu'est-ce qu'un rapport sexuel et comment se déroule une grossesse ?

4. Les changements physiques et émotionnels qui se produisent pendant la puberté.

5. La nature et la fonction du cycle menstruel.

6. Les relations LGBT, le genre, la masturbation, l'avortement.

7. Ce qu'est le contrôle des naissances.

8. Les maladies sexuellement transmissibles (MST) et leur mode de propagation.

9. Qu'est-ce qu'un abus sexuel, comment prévenir un abus sexuel et que faire en cas d'abus ?

10. Toutes ces informations sont spécifiques à l'âge, vous devez donc décider quand les partager et combien en donner.

Propos recueillis par Megha Mohan, correspondante de la BBC pour les questions de genre et d'identité.