Vous-êtes ici: AccueilSport2021 07 19Article 608956

BBC Afrique of Monday, 19 July 2021

Source: www.bbc.com

Chirurgie plastique : un secteur en plein essor en Chine malgré les dangers

Le boom de la chirurgie esthétique en Chine s'accompagne d'inconvénients Le boom de la chirurgie esthétique en Chine s'accompagne d'inconvénients

Comme beaucoup de ses pairs, Ruxin, 23 ans, parcourt chaque jour son fil d'actualité sur les médias sociaux, mais elle y recherche quelque chose de très spécifique : des mises à jour sur la chirurgie esthétique.

Ruxin prévoit de se faire opérer d'une "double paupière". Le chirurgien crée un pli sur la paupière, ce qui, espère-t-elle, fera paraître ses yeux plus grands.

Cette habitante de Guangzhou se connecte régulièrement à l'application Gengmei pour rechercher le chirurgien le plus approprié.

"Il y a tellement de cliniques dans la ville, mais je veux être sûre d'aller dans une bonne clinique. C'est de mon visage que nous parlons", a-t-elle déclaré à la BBC.

Gengmei, qui signifie "plus beau" en chinois, est l'une des nombreuses plateformes de réseaux sociaux en Chine dédiées à la chirurgie esthétique, où les utilisateurs laissent des mises à jour de statut sur tout ce qui concerne la chirurgie plastique, y compris la liposuccion et les opérations du nez.

Les résultats de recherche peuvent être filtrés par régions, traitements et cliniques, entre autres.

Depuis son lancement en 2013, le nombre d'utilisateurs de Gengmei est passé de 1 à 36 millions. Plus de la moitié sont des jeunes femmes d'une vingtaine d'années.

De même, la plateforme de chirurgie esthétique So-Young a vu ses utilisateurs actifs mensuels augmenter, passant de 1,4m en 2018 à 8,4m aujourd'hui.

Leur popularité est une indication de l'évolution des attitudes à l'égard de la chirurgie esthétique en Chine, qui réalise désormais plus d'opérations que n'importe quel pays au monde après les États-Unis.

Selon un rapport de Deloitte, la valeur du marché chinois a presque triplé en quatre ans pour atteindre quelque 177 milliards de yuans (27,3 milliards de dollars ; 19,7 milliards de livres sterling) en 2019, soit un taux de croissance annuel de 28,7 %, bien supérieur au taux mondial de 8,2 %.

Si cela continue, la Chine pourrait devenir le plus grand marché de la chirurgie esthétique au monde d'ici le milieu de la décennie, selon le Global Times.

Si les interventions les plus populaires sont celles qui créent des "doubles paupières" et des lignes de mâchoire en V, les nouvelles modes chirurgicales vont et viennent, la dernière en date étant les oreilles d'elfe pointues, selon les rapports.

Les membres de la génération Z - ceux qui sont nés après 1996 - n'hésitent pas à se faire opérer, même si le sujet était considéré comme tabou par le passé.

Ruxin, qui travaille dans le commerce de détail de la mode, affirme que ses amis "parlent ouvertement de se faire faire des procédures cosmétiques".

"Même si les gens n'annoncent pas qu'ils se sont fait faire quelque chose, ils ne le nieront pas si vous les interrogez à ce sujet".

Pour plus de réglementation

Cependant, le boom de la chirurgie esthétique en Chine s'accompagne d'inconvénients.

Selon un rapport du Global Times, le pays comptait plus de 60 000 cliniques de chirurgie plastique non autorisées en 2019.

Ces cliniques étaient responsables d'environ 40 000 "accidents médicaux" chaque année, soit une moyenne de 110 opérations bâclées par jour, ajoute le rapport.

Dans l'un des cas les plus médiatisés, l'actrice Gao Liu a partagé en ligne des images d'une procédure cosmétique qui l'a laissée avec une nécrose du nez, ce qui signifie que le tissu à son extrémité est mort.

Elle dit qu'elle devra subir d'autres opérations pour la soigner, mais cette complication lui a déjà coûté plus de 400 000 yuans en contrats de cinéma.

Son médecin traitant a été suspendu pour six mois et l'hôpital a été condamné à une amende de 49 000 yuans.

De nombreux internautes ont déclaré que la sanction n'allait pas assez loin.

Un internaute a écrit : "c'est la punition pour avoir estropié quelqu'un ?" et a demandé une meilleure réglementation du secteur.

Le mois dernier, la Commission nationale de la santé de Chine a annoncé une campagne visant les prestataires de services de chirurgie esthétique non agréés, notamment en enquêtant plus rapidement sur les plaintes des clients.

Pourquoi prendre le risque ?

De nombreux Chinois accordent une grande importance à leur apparence et la quête de la "beauté" est à l'origine de la tendance à la chirurgie esthétique, ont déclaré des experts à la BBC.

Le Dr Brenda Alegre, professeur d'études de genre à l'université de Hong Kong, estime que "se conformer à des idéaux rend une personne plus désirable, non seulement pour l'amour, mais aussi pour l'emploi".

En Chine, les candidats à un emploi sont souvent tenus de présenter une photographie. Certaines offres d'emploi précisent également des exigences physiques, en particulier pour les femmes, même si elles ne sont pas nécessaires pour effectuer le travail.

Un rapport de Human Rights Watch de 2018 mettant en lumière les annonces d'emploi sexistes de la Chine a cité des exemples, dont un recherchant un associé de vente de vêtements "esthétiquement plaisant", et un autre recherchant un conducteur de train "à la mode et beau".

Et avec Internet qui crée toute une série de nouvelles opportunités d'emploi - qui dépendent toutes fortement de l'apparence - les experts disent qu'il y a un regain d'intérêt pour l'apparence, plus que jamais auparavant.

"Dans une certaine mesure, la beauté peut apporter plus de possibilités de carrière - par exemple, il y a une monétisation dans la diffusion en direct et la création de contenu vidéo en ligne", explique Wang Jun, vice-président de Gengmei, à la BBC.

Gengmei affirme qu'il ne travaille qu'avec des praticiens agréés sur sa plateforme.

Du plus joli au plus laid

La culture des tabloïds en Chine peut également être brutale. Les publications d'actualité critiquent souvent les célébrités pour leur apparence.

Au début de l'année, une galerie d'art de Shanghai a présenté une exposition classant les images de femmes de "la plus jolie à la plus laide".

Lu Yufan, une photographe basée à Pékin qui travaille sur un livre consacré à la chirurgie esthétique, a déclaré à la BBC qu'en grandissant, les gens étaient souvent francs lorsqu'il s'agissait de son apparence.

Ses proches lui disaient qu'elle ressemblait aux actrices de télévision - "pas les jolies héroïnes mais les personnages secondaires amusants", se souvient la jeune femme de 29 ans.

"Quand j'étais au collège, les garçons faisaient aussi la liste des filles les plus laides de la classe, selon eux. Ils m'ont dit que j'étais numéro 5".

Mme Lu, qui a visité 30 cliniques de chirurgie esthétique dans le cadre de son projet, ajoute que les praticiens ne se sont jamais retenus de lui dire comment son visage pouvait être "amélioré".

"Ils étaient si persuasifs que j'ai eu du mal à dire non, sauf que je n'avais pas d'argent pour cela", dit-elle.

Pour Ruxin, l'opération des paupières est abordable, puisqu'elle coûte entre 300 et 1 200 dollars (166 708 et 666 835 FCFA .

Mais ce n'est qu'une première étape.

"Si cela se passe bien, je vais probablement en faire plus. Qui ne veut pas être plus beau ?"